Jeu de rôle par forum dans un univers futuriste et alternatif des X-Men.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Lun 28 Juin - 19:50

Il n'y arriverait jamais.

Les heures avaient défilé à vitesse grand V aujourd'hui et c'était maintenant éclairé par sa seule lampe de bureau que Samuel tentait frénétiquement de terminer son travail pour l'école des beaux-arts.

Pas les Beaux-Arts à la française. Non. Juste une pauvre école de dernière zone pour les relégués sans grand talent comme lui... Un diplôme de cet établissement ne serait qu'un bout de papier tout juste bon à tapisser sa salle de bain. Mais... Il se devait de terminer son œuvre parce que... Samuel devait être le meilleur. Ou plutôt, il l'était mais personne ne le savait. Et : les thèmes imposés n'avaient jamais été son fort. Car après tout, qui faisait encore aujourd'hui des natures mortes ?

Et même s'il avait un peu adapté la chose à sa sauce (en représentant un vieux carton de pizza sur lequel étaient posées les chaussettes sales de son colloc' Cid), on ne pouvait pas dire que ça l'emballait plus que ça.

Une gorgée de café. Puis deux. Ca sentait le vieux tabac dans sa chambre. Cet abruti de Cid avait du s'y balader en son absence. C'était certain. Il le faisait tout le temps. Et il devait aussi fouinasser dans ses tiroirs. Heureusement que son costume de super-héros était bien à l'abri dans son placard (Samuel réfléchit à l'absurdité d'avoir un costume fait maison quand son pouvoir était justement de grandir et de rétrécir...).

Il était né au mauvais moment. Et maintenant, il réalisait qu'il logeait au mauvais endroit.

Pour mettre un peu d'argent de côté, il s'était résolu à prendre une collocation. Un peu par hasard, ou par envie de ne pas être encore une fois de plus tout seul.

Sartre avait raison : l'enfer, c'était bel et bien les autres. Cid et George. Le porc sudoripare et l'autiste paranoïaque.

Cid était de loin l'être le plus dégueulasse qu'il ait jamais rencontré. Outre son physique peu appétissant (qui portait encore une moustache de nos jours ?), Cid avait la fâcheuse habitude de se trimballer toujours à poil dans l'appartement, exhibant à qui aurait le malheur de croiser son chemin ses attributs et sa grosse bedaine. Samuel n'avait pas mérité ça. Et puis, Cid ne se lavait pas. Ou si peu. En faisant la vaisselle dans sa baignoire. C'était également un être particulièrement radin (il faisait sécher les vieux sachets de thé sur le radiateur) semblant se nourrir exclusivement de beurre de cacahuètes et écoutant uniquement de la country toute la journée. Il ne faisait rien d'autre. Une vraie couleuvre. S'il ne payait pas sa part du loyer, nul doute qu'il serait le plus grand parasite de l'histoire de l'humanité.

George était, quant à lui, plus complexe. Ce jeune noir maigrichon à la mine toujours fâchée avait un avis sur absolument tout. Il s'était acheté une télévision juste pour le plaisir de ne pas la regarder. Bien entendu, il méprisait Cid (ce qui en soit ne posait aucun problème à Samuel) mais, plus curieusement, semblait attaché d'une quelconque manière à Samuel. Il était toujours aux premières loges quand George exposait une théorie sur l'un quelconque des sujets qui le passionnait (pèle-mêle les OVNIS, les mutants, les serial-killers, les nazis...).

Inutile de dire avec tout cela que la vie sentimentale de Samuel s'engouffrait dans un trou sans fond. Que son moral en pâtissait. Et qu'il avait la furieuse impression de stagner.

C'est ainsi que tentant de trouver le trait parfait, tout en sentant le tabac de Cid et en écoutant de la vilaine country en sourdine, Samuel se sentait au bout du rouleau.


Dernière édition par Samuel Krakow le Mar 29 Juin - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Mar 29 Juin - 16:11

[Petit détail : il faudrait que tu donnes un titre à ce sujet, autre que la localisation géographique. Bon jeu !]

La soirée avançait tranquillement, rythmée seulement par le bruit des voitures passant en bas de l'immeuble. Samuel était concentré sur son travail, et ni l'un ni l'autre de ses colocataires ne semblait décidé à le déranger ce soir, même si les deux étaient clairement présents. Le bruit de la radio de George était très légèrement audible, quand à Cid, ses rots réguliers pendant qu'il faisait Dieu sait quoi - et Dieu ne voulait sans doute pas savoir - franchissaient allègrement les minces murs, encore plus violemment que la musique qui ce soir était à un niveau étonnamment bas.

Alors que onze heures du soir allaient sonner, George ouvrit à la volée la porte de la chambre de Samuel.

- Hé, c'est chez toi que ça renifle comme ça ?


Le jeune noir semblait indisposé par une odeur quelconque, et semblait juger plus probable qu'elle vienne de chez Samuel. A moins qu'il redoute d'ouvrir la porte de Cid, c'était selon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Mar 29 Juin - 18:25

Pendant tout ce temps, Samuel avait remercié le Saint Patron des artistes (quel qu'il soit, qu'il existe ou non) de l'avoir protégé des deux tarés qui infestaient son appartement, mettant certainement autant de touches à son œuvre que Cid avait pu émettre de rots pendant la soirée.

Mais les meilleures choses avaient toujours une fin...

Il sursauta en découvrant dans sa piaule George. La question lui fit soulever un sourcil interrogateur. Peut-être les chaussettes ?

"Tu parles de ça ?" demanda Samuel en tendant du bout des doigts l'une deux pièces vestimentaires qui avait eu le malheur, un jour, d'être portées par Cid.

"A mon avis, c'est plutôt Cid. Après tout, tous les trucs dégueulasses de ce monde ont un lien avec Cid. Allons dans son antre" invita, ironique, Samuel.

A tout hasard, avant de prendre la direction de la chambre de son horrible colocataire, Samuel renifla son environnement immédiat au cas où il ne se serait pas aperçu de quoi que ce soit. Même si Samuel pensait que sa future éloge funèbre comporterait au moins un volet sur son hygiène corporelle, on ne savait jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Mer 30 Juin - 1:57

George n'esquissa même pas un commencement de sourire en voyant la chaussette brandie par Samuel, tout juste fronça-t-il les narines, signalant ainsi où il situait sur l'échelle de l'élégance quelqu'un qui acceptait de toucher une telle immondice.

- Ben ouais mais bon, je me disais...si par un coup de bol c'était chez toi, j'aurais pas eu à ouvrir ça.


Il désignait du pouce la porte de la chambre de Cid. Quand Samuel huma l'air, il put sentir comme un fumet légèrement entêtant, ressemblant vaguement à celle d'un steak trop cuit. Mais vue l'odeur moyenne fournie par la simple présence de leur gros coloc dans l'appart, il était difficile de se faire une idée précise.

- Ouais, bonne idée.


George situait visiblement la conversation avec Cid entre l'opération des dents de sagesse et les doigts coincés dans une porte sur son échelle du plaisir. Il était soulagé de ne pas avoir à tout faire seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Mer 30 Juin - 13:04

Samuel soupira à l'idée d'aller déranger Cid dans l'une quelconque de ses activités dont il ne valait mieux pas parler. Il maudit George intérieurement de ne pas avoir le cran nécessaire pour affronter l'immonde porcard qui créchait chez eux (en cet instant précis, il y avait comme une solidarité du clan des gens propres contre le gros dégueulasse).

"OK, on va voir ça. En plus, vu qu'on est deux, on pourra peut être ENFIN faire comprendre au gros lard qu'on en a soupé de ses bruits et de ses odeurs"

L'odeur était tout de même bien suspecte... Cid se serait-il résolu à faire la cuisine dans sa piaule ? Auquel cas, elle devait être encore dans un pire état qu'à son souvenir récent... La seule chose qui le consola : si tel était le cas, cela faisait au moins une occasion de la vie quotidienne où il n'aurait pas à voir l'infâme cochon. Et pas la moindre : le simple fait de pouvoir envisager que Cid ne mange plus jamais devant eux était une idée des plus réjouissantes !

En garçon poli, Samuel toqua deux fois à la porte et lança :

"Hey le schlingueur ! T'as passé les limites, là !"

Et il ouvrit la porte sans attendre la moindre réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Mer 30 Juin - 16:23

Les deux jeunes hommes purent entendre des gémissements, signe que Cid se levait, ce qui constituait en soi un effort physique vue sa corpulence. Une bordée de jurons signifiait qu'il appréciait assez peu qu'on le dérange, mais les vibrations que pouvaient ressentir George et Samuel prouvaient qu'il s'approchait de la porte. Il l'ouvrit à la volée de la main droite, la gauche étant trop occupée à se gratter les testicules à travers son caleçon.

- Qu'ess'vous voulez, p'tain ?


L'intérieur de sa chambre semblait normal. Enfin...normal, disons pas différent de d'habitude. Des habits affreusement sales un peu partout, le sol jonché d'emballages de nourritures diverses, des miettes partout, une odeur fétide. Mais l'odeur fétide était différente de celle qui dérangeait George, qui le fit savoir à Samuel.

- C'est même pas là. T'as pas l'impression que ça sent le crâmé ?


Cid haussa les épaules. Il ne devait plus avoir de sens olfactif depuis quelques années. Et Samuel pouvait effectivement se rendre compte que ça sentait le crâmé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Ven 2 Juil - 9:33

Que tu meures et disparaisses de nos vies... Que tu meures et disparaisses de nos vies... Samuel se sentait pas forcément très branché charité chrétienne en cet instant présent mais après tout comme il était plus ou moins juif, ce n'était pas tant un problème que cela.

Et puis le Christ, lui-même, n'aurait tendu ni joue ni quoi que ce soit à portée de Cid. Ce dernier était ignoble au point de foutre en l'air des années de méditation zen au plus dévoué des anachorètes, à faire renoncer à la comptabilité karmatique à n'importe quel moine taoïste...

Samuel était injuste avec Cid : la mort de ce dernier lui était au fond égale. Ce qu'il voulait vraiment c'était se barrer... et que George et Cid restent là bien ensemble pour l'éternité, à se torturer l'un l'autre...

"Euh, rien Cid. Mais euh... Ça pue le cramé, t'as fait réchauffer des fayots dans ta piaule ou ?"

George avait raison c'était pas la même odeur. Le pourri ne sentait pas le cramé. Chez Cid c'était juste du vieux sale, à l'image de la flore qui devait se trouver dans le caleçon du coutrynomane. Il y avait un problème !

"Punaise, les gars, ça doit venir d'en bas. Y a un truc qui crame !"

Il était inquiet. Aussi il s'approcha de la porte d'entrée et toucha la poignée. Il ne l'ouvrirait que si cette dernière n'était pas chaude. Parce que sinon ça voulait dire qu'il allait se prendre une grande giclée de flammes dans la gueule et... Ce n'était pas souhaitable.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Sam 3 Juil - 17:05

[Il faut que tu attribues tes points de diagramme.]

Cid renifla bruyamment, signifiant là qu'il n'avait même pas envie de prendre la peine de répondre à Samuel, et claqua la porte, avant de monter le son de sa musique de plusieurs crans, pour punir ses colocs de l'avoir dérangé. George haussa les épaules, regardant la porte d'un air méprisant, et suivit le moins crado de ses colocs vers la porte d'entrée.

La poignée était tiède. Mais la cage d'escalier commençait à se remplir d'une fumée âcre et épaisse, venant clairement d'un étage inférieur. Et le souci d'économie des trois colocataires faisait qu'ils étaient du côté de l'immeuble sans escaliers extérieurs.

- Merde.

George courut tambouriner sur la porte de l'appartement d'en face, qui, lui, disposait d'une sortie de secours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Jeu 8 Juil - 22:28

De pire en pire. C'était de pire en pire.

Pourtant cela n'avait pas trop mal commencé... Cid se retirant dans son antre après avoir été dédouané (pour une fois) de toute responsabilité dans l'odeur qui perturbait Samuel et George, c'était plutôt une chouette nouvelle !

Mais ce que vit Samuel en allant sur le palier n'était pas pour le ravir... Il se serait cru dans du cinéma social : les trois improductifs qui habitent dans un immeuble pas aux normes qui finit par prendre feu.

Samuel avait toujours voulu vivre dans un film mais pas réellement ce genre-là...

Il secoua la tête. Ils n'allaient pas crever là, juste parce qu'ils étaient radins et qu'ils vivaient dans un taudis... Non. Ni lui, ni George, ni... lui, ni George...

Il le regretterait plus tard mais Samuel lança à son colocataire :

"Va chercher le porc. On peut pas le laisser caner"

Attendant que le jeune noir s'exécute, Samuel se prépara à activer son pouvoir pour grandir et espérer ainsi pouvoir défoncer la porte plus facilement. Après tout entre finir grillé ou poursuivi par l'Etat de New York pour dégradations de biens privés son choix était fait... Et rien n'indiquait que la prison de Ryker's soit pire que son actuel logement.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Ven 9 Juil - 14:11

George s'arrêta de tambouriner plusieurs secondes, comme éberlué par ce que lui demandait Samuel.

- Nan mais tu rêves ? Occupe-toi de lui, oui, j'suis pas assistante sociale. Dépêche toi, s'il crame, y'aura de quoi entretenir le feu pendant deux heures.


Et il recommença à frapper à la porte, sans succès, les habitants de l'appartement étant peut-être déjà partis. Voyant que la fumée commençait à devenir plus épaisse, il commença à monter à l'étage supérieur, espérant sans doute répéter la même manoeuvre avec plus de succès, laissant Samuel seul à son étage.

George n'avait semble-t-il pas été vacciné avec un sérum de solidarité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Ven 16 Juil - 19:45

"Bon ça sert à rien de toutes façons de le prévenir si on n'arrive pas à trouver une issue... D'ailleurs bête comme il est, Cid, va peut-être même pas comprendre ce qui lui arrive. Ca sera pour lui comme un gros pet enflammé, c'est tout" lança Samuel comme pour se donner une contenance, George étant déjà parti.

D'ailleurs c'était logique, non ? A quoi bon prévenir le porc qu'il allait crever ? D'abord ouvrir cette fichue porte et ensuite, s'il restait encore du temps, aller voir le cochon.

Samuel était un pourri mais il voulait pas crever. Surtout pas avec ces deux colocataires. Sa gueule avant la leur, voilà le mot d'ordre.

Comme il était maintenant tranquille, Sam tenta d'activer son pouvoir pour se grandir un peu plus, sans pour autant se cogner la tête au plafond, et défoncer avec son nouveau gabarit la porte qui avait été rétive aux sollicitations de George.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Lun 19 Juil - 16:23

Débarrassé des problèmes de conscience lié à la possibilité que son gros colocataire devienne une grillade, Samuel put activer son pouvoir, et après quelques efforts, l'ouvrir en force. L'air était devenu plus âcre, et la fumée commençait à être réellement gênante.

Le mutant se retrouva face à un appartement à peu près en aussi bon état que la chambre de Cid. Les meubles étaient cassés ou d'une crasse assez effrayante, le sol était jonché de détritus divers - emballages de pizza, papiers, traces de nourriture... - quant aux murs, ils étaient décorés de tags rappelant les ruelles les plus sombres du Bronx.

La porte s'ouvrait sur une espèce de salon. Dans un fauteuil, un jeune homme noir était affalé, l'air absent.


Il ne fumait clairement pas une cigarette normale. D'ailleurs, ici et là, des seringues étaient éparpillées : sur la table basse, à moitié cachée sous un canapé aux couleurs délavées...
Alertée par le bruit de l'ouverture en force de la porte, une femme apparut à son tour. Ses gestes approximatifs laissaient penser qu'elle était dans un aussi bon état que son camarade, mais les lunettes qu'elle portait empêchaient de voir l'état de ses yeux.



Elle regarda Samuel, sans sembler plus que cela impressionnée par sa taille, puis sembla subir une révélation.

- K.C., c'est un mec de Joey, il vient pour sa thune !


Le black se leva subitement et plongea son bras sous un des fauteuils pour en sortir un couteau dont la couleur de la lame laissait présager le pire en termes d'infection si quelqu'un se coupait avec. La fille était passée dans une pièce à côté, de sa démarche chancelante, sortant du champ de vision de Samuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Ven 30 Juil - 9:40

Heureux d'avoir pu forcer la porte, Samuel se rendit compte qu'il y avait une différence entre vouloir quelque chose et l'obtenir. En fait, son quartier était vraiment pourri... Alors que George avait tambouriné sans succès à l'appartement voisin, Samuel n'avait pu que conclure que les occupants de l'endroit étaient absents...

... ce qui au regard de leur tronche n'était pas si loin de la vérité. Sauf que c'était pas réellement au sens propre (d'ailleurs pouvait-il y avoir quelque chose de propre dans cette piaule ?).

Les tox avaient cela de déplaisants qu'ils semblaient paranos. Assimilant le mutant géant à un agent de recouvrement des dettes un peu particulier, le noir voulait le charger avec une lame. Et même si Sam se souvenait d'avoir fait tous ses vaccins, il se demandait bien s'il était immunisé contre les germes contenus sur le schlass.

Il ne quitta pas l'homme des yeux. Et certainement pas son couteau.

"J'connais pas de Joe. Et j'me fous de la thune. Ca crame en bas. Y a un incendie. Faut fuire par votre cage d'escalier extérieur" lança Sam dans un essai de résumé un poil brouillon.

Le mutant tenta de s'avançer lentement, les bras en avant, prêt à taper "KC" si le garçon poursuivait dans ses démarches d'agressivité.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Dim 1 Aoû - 0:04

K.C. demeura hébété pendant plusieurs secondes, comme s'il ingérait les mots de Samuel les uns après les autres sans en comprendre le sens global. Il cligna plusieurs fois des yeux, puis s'affala brusquement sur le canapé. Il venait sans doute d'appréhender le sens de la première phrase de Samuel, et cela lui suffisant amplement.

La fille revint en titubant dans la pièce principal, se guidant d'un mur pour avancer, et tourna les yeux vers la porte d'entrée.

- C'est quoi cette...fumée ? 'tain K.C., tu sais pas rouler un joint t'es...une brêle...


Elle commença à glisser lentement contre la paroi. Elle n'était visiblement pas en train de faire une overdose, mais elle tombait dans les pommes, sans que K.C. n'en ait rien à faire : revenu sur son trône, il fixait un point énigmatique du mur.

Le chemin de Samuel était désormais dégagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Jeu 5 Aoû - 22:35

Bordel ce qu'ils étaient lourds ! Si le couple de tox semblait avoir abandonné toute velléité d'agression, la situation de Samuel n'en était pas pour autant devenue meilleure.

En effet, dans un monde sans morale, il se serait contenté d'enjamber la fenêtre et de fuir par l'escalier de secours... laissant les deux déchets être réduits à l'état de joints dans un cendrier. Mais, ce n'était pas ainsi qu'on l'avait éduqué.

Parce qu'il avait toujours voulu être un héros, Sam s'approcha de la fille évanouie et tenta de la prendre dans ses bras. Il lança au type :

"Écoute, faut évacuer l'immeuble. T'as pas un téléphone pour appeler les pompiers ? Ça crame en bas et j'ai pas quatre bras..."

En effet, il n'en avait que deux. Sauver la fille lui semblait dans l'ordre du possible. Mais pour les autres ? George avait-il pu trouver une sortie ? Cid s'était-il enfin remuer le fion ? Et ce tox hébété allait-il pouvoir se sauver lui-même ?

Mais d'abord sortir avec la fille... Ce serait déjà pas si mal.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   Ven 6 Aoû - 17:45

L'hébétude ne semblait pas quitter le junkie, mais il semblait réagir, mu peut-être par ce qui restait de son instinct de survie. Il se leva en prononçant des paroles à moitié compréhensibles.

- Le téléphone, ouais, c'est cool ça, je kiffe bien téléphoner, mais j'en ai pas, y'a que Lizy qu'en a un et elle veut pas me le prêter.


Son corps balançait étrangement d'avant en arrière, mais il se dirigea vers l'issue extérieure de leur appartement qu'il parvint à ouvrir, avant d'aller s'affaler sur la rambarde extérieure. Tandis que Samuel tentait de relever le poids mort que constituait la femme, il put voir George débouler dans l'appartement et se diriger à son tour vers la sortie. Il lui jeta un bref regard, mais ne sembla pas ressentir un besoin irrépressible de lui prêtre main-forte.

Un sac à main devant appartenir à la junkie se trouvait, sans doute par hasard, posé non loin d'elle, juste à côté d'un sachet de seringues à moitié entamé.

Cid, lui, ne semblait toujours pas être motivé pour bouger, ou alors peut-être avait-il trouvé un chemin alternatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres
» " L'enfer, c'est les autres" Sartre (Dhaaarc ! DDF ? :3)
» Martelly nomme un nouveau Consul général à New York
» Un rôliste à New York City
» New YOrk Citywide celebrations for Haitian heritage. Ayiti: Ti peyi, Gwo sekous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Héritage :: Règlement et Inscription :: Archives-
Sauter vers: