Jeu de rôle par forum dans un univers futuriste et alternatif des X-Men.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 02.04/05.L.Un fantasme réalisé

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander Conowell

avatar

Messages : 1343
Taille : 1m65
Poids : 58 Kg

Feuille de personnage
Réputation:
8/15  (8/15)
Connotation: Discrétion assurée
Nota Bene:

MessageSujet: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Dim 15 Sep - 22:51

S'ils devaient continuer à ressasser tout ce qu'il leur était arrivé depuis quelque jours (mois ?), ils ne feraient rien d'utile. C'était du moins la façon dont Alexander prit leur retour sur Terre. Outre l'évidente joie de retrouver un environnement qu'ils connaissaient et sans danger direct, certains besoins plus primaires et divers fantasmes s'étaient fait ressentir. Retrouver des toilettes, une douche et ses vêtements en faisait par exemple parti.

Ainsi, Alex était arrivé dans la cuisine, propre comme un sous neuf, ravi de pouvoir avoir la peau qui sentait la noix de coco, et vêtu d'habits qu'il appréciait de porter. Mais le tout dernier bonheur manquant pour aujourd'hui au moins se trouvait dans cette pièce. Le coeur du garçon se serra lorsqu'il vit sa machine à café, intacte, tel un joyau dans une déchetterie que semblait avoir provoqué un animal ici. Entre les paquets de céréales éventrés et les cartons de biscuits déchirés par de petites dents, l'essentiel à ses yeux était là.

Heureusement, les placards n'avaient pas été ouverts par la bestiole affamée et ses capsules de café étaient toujours présentes. Effectuant religieusement une manoeuvre qu'il n'avait plus faite depuis bien trop longtemps, il se saisit d'une tasse et commença à faire couler son précieux liquide après avoir manipulé son Graal avec moultes précautions. L'odeur enivrante se dégagea rapidement de l'appareil, et lui chatouilla les narines. Comme seule réponse à ce stimuli des plus agréables, il ne put pousser qu'un soupir d'aise avant de récupérer son récipient plein pour aller s'asseoir à la table.

La tête baissée, appuyé sur ses avants bras, Alexander observait son café silencieusement en le dévorant des yeux. Il profitait de l'odeur et de la chaleur qui s'en dégageait calmement. La douche l'avait peut être un peu endormi, mais s'il devait faire une sieste, ce serait après avoir avalé une dose de caféine ô combien réparatrice pour l'âme, davantage que pour le corps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blancpoil Wade

avatar

Messages : 677
Taille : 98 cm
Poids : 21 kg

Feuille de personnage
Réputation:
6/15  (6/15)
Connotation: Sauvageon
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Lun 16 Sep - 1:22

Blancpoil était un peu perdu depuis son retour au terrier. Il avait observé non sans peine les dégâts encore frais de la première attaque, parcourut une bonne partie du jardin, perdu dans ses pensées, puis était rentré. Il n'y avait pas prêté tout de suite attention, pris qu'il était dans l'angoisse et l'attente de ses camarades après avoir franchis le portail, mais une nouvelle odeur avait fait son apparition. Ce devait être un petit animal. Le louveteau d'ordinaire aurait bondit sur l'occasion pour le dénicher et jouer un peu avec lui, mais il ne lui inspirait que nostalgie et regret. Depuis qu'ils étaient rentré de la planète des humains-lézards, Blancpoil n'était pas dans son assiette.

Il n'avait pas arrêté de cogiter pendant une heure durant. Il avait pesé le pour et le contre, loin de tout le monde, pour, au final, prendre sa décision. Ne restait plus qu'à trouver les bonnes personnes. Il usa de son flaire pour pister Malo ou Alex. Il tomba sur l'odeur de ce dernier en premier. Il passa outre le fait que les bipèdes aimaient bien masquer leur odeur par une autre, même si ça ne changeait pas grand chose au final. ça rendait juste les recherches un poil plus compliquée, mais ça, les humains aimaient bien rendre les choses plus compliquées. Le louveteau avait retenu la leçon.

C'est le museau contre terre qu'il entra dans la cuisine. Il trouva sans surprise Alex qui regardait une tasse qui devait sans doute contenir, a l'odeur amer qui s'en dégageait, ce liquide dégueu que les humains aimaient bien siroter a tout moment de la journée. Blancpoil lui adressa un timide sourire avant de détourner le regard. Les paquets de céréales a terre ne laissaient plus de doute sur la présence du petit rongeur qu'il avait flairé. Distrait, il fit tout de même quelques pas en avant vers Alex avant de reporter son attention sur lui.

"Dis..." commença-t-il.

Il ne savait pas vraiment par ou commencer, s'il fallait tout lui annoncer d'un bloc ou non. Blancpoil préféra tout de même aller droit au but.

"Quand vous êtes venus nous chercher Dakota et moi, vous êtes venus comment ? Vous avez pris le, euh.... l'avion ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jahwa.deviantart.com
Alexander Conowell

avatar

Messages : 1343
Taille : 1m65
Poids : 58 Kg

Feuille de personnage
Réputation:
8/15  (8/15)
Connotation: Discrétion assurée
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Lun 16 Sep - 21:34

Plongé dans la contemplation de sa tasse, Dreams remarqua du coin de l'oeil un mouvement devant lui. Relevant son museau du café, il remarqua immédiatement Blancpoil qui reniflait le sol, probablement perturbé par l'odeur de l'animal qui avait saccagé la cuisine. Lorsque le petit mutant lui sourit timidement, Alex le lui rendit de la même manière. Il se sentait soudainement trop fatigué pour se montrer plus expressif qu'il ne l'était déjà d'habitude.

Le loup continua à renifler les lieux et distraitement, l'asiatique le suivit des yeux avant que Blancpoil ne l'interroge sur la façon dont il avait été récupéré en Amérique.

- " C'est ça. C'est le plus rapide quand il y a des reliefs au sol. " justifia-t-il pour avoir utilisé ce mode de locomotion qui devait paraître encore bien étrange au louveteau.

Lentement, il porta la tasse à ses lèvres et en but une toute petite gorgée, juste pour sentir ce goût si particulier exciter ses papilles, privées trop longtemps de ce goût qu'il affectionnait tant.

A regarder le petit mutant, Dreams se demanda s'il était curieux de comprendre le fonctionnement de ce genre de véhicule, mais préféra le laisser parler pour qu'il puisse suivre son idée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Mar 17 Sep - 15:48

Soupir…

Cela faisait environ une petite heure que tous le monde avaient passé ce fichu portail. Une fois celui-ci franchi sans le moindre regret, la première vision de Athenodora avait été celle de l’étrange androïde positionné en ce qui apparaissait très clairement être une posture défensive. Cela lui faisait un peu mal au ventre de l’admettre, fut-ce en son seul for intérieur, mais Danger et elle avaient visiblement eu la même stratégie en tête concernant la meilleure défense à adopter afin de parer à une éventuelle attaque de ‘’l’ennemi’’. L’ennemi… Dans l’esprit de la jeune allemande, ce mot ne trouvait aucun écho. C’était juste un mot, celui que tous les autres mutants présent avaient employé et pour lesquels il avait un réel sens. Pour Athenodora, les csatars n’étaient en fin de compte que des extraterrestres, rien de plus, peut-être légèrement intriguant de par leur origine non humaine. Toutefois, de là à employer personnellement le terme d’ennemi à leur égard, il y avait un pas qu’elle ne franchirait pas… Pas dans l’immédiat tout au moins car, après tout, ils ne lui avait rien fait, à elle. Un simple concours de circonstance chanceuse, diraient certains… Peut-être bien, mais dans ce genre de cas la jeune femme évitait toujours soigneusement de s’impliquer : ami… Ennemi… Tout était une question de point de vue en définitif.

Alors que tous les autres, ceux qui résidaient à Graymalkin de façon régulière tentaient de retrouver leurs marques dans une propriété désormais dévasté à leur grand dam, Athenodora avait tout simplement déposé son sac de voyage dans un coin de ce qui devait être le salon, juste après s’être autorisé une douche salvatrice après ces deux jours passé loin de la Terre. Elle avait profité des quelques installations sanitaires encore en état, puis avait changé de vêtements afin d’en endosser de plus frais avant de finalement se retrouver à l’extérieur. Sa première constatation l’amena à penser que, décidément, l’endroit était toujours aussi déprimant. Suite à la ce qui apparaissait être la conclusion d’une étrange aventure dont elle ne fut elle-même qu’un témoin indirect, la jeune allemande se dirigea en direction du portail de la propriété. Elle avait pensé que l’illusion qui dissimulait la destruction des lieux était le fruit des extraterrestres désireux de ne pas alerter le monde de leur présence et puisque apparemment ces derniers avaient perdu la partie, alors peut-être que l’illusion avait disparu. Dans un tel cas de figure, nul doute que les forces de l’ordre américaine finiraient pas pointer le bout de leur sale petit museau afin de s’enquérir de la situation et Athenodora n’avait guère envie d’affaire affaire à eux, même si elle n’avait rien à se reprocher sur ce coup. Mais il était difficile de lutter contre son instinct de conservation, surtout dans son milieu professionnel.

Elle franchi à nouveau le portail à double battant, puis se retourna afin de vérifier de ses propres yeux la situation. Apparemment, l’illusion était toujours présente et Athenodora se demanda qui pouvait bien en être à l’origine en fin de compte. A l’occasion, il faudrait qu’elle pose la question au tas de ferraille cybernétique. Tournant les talons, la jeune allemande entra à nouveau dans la propriété et le paysage de mort et de désolation réapparut comme par magie. Tout de même, ce n’était pas courant ce genre de chose, surtout à une telle échelle. Après avoir rejoint la bâtisse dévasté, Athenodora marqua un temps d’arrêt une fois dans l’entrée : et maintenant, que faire ? Ou aller ? Tout un chacun avait plus ou moins son petit coin bien à lui, que ce fut une chambre ou bien encore un endroit préféré, mais elle n’était finalement rien de plus qu’une touriste un peu perdue.

Errant au hasard pendant plusieurs minutes entre les murs du bâtiment en désordre, Athenodora fini par arriver devant ce qui semblait être la cuisine. Son regard fut attiré par les deux occupants qui s’y trouvaient, mais celui qui attisa plus particulièrement sa curiosité fut ce curieux jeune mutant mêlant à la fois l’homme et le loup. Elle ‘lavait déjà entrevu dans la forteresse volante, mais jamais encore elle ne l’avait approché de près. C’était d’ailleurs la même chose, pour son camarade. Entre ce mutant loup, l’espèce de démone écarlate et le gigantesque lézard dont elle avait un peu de mal à déterminer la nature sexuelle (asexué peut-être ? Allez savoir avec les mutations), Athenodora ne savait pas lequel était finalement le plus étonnant. Dans une pensée affreusement égoïste, elle se dit que, heureusement, elle avait échappé à ce type de résultat concernant sa propre mutation. On disait que l’herbe était toujours plus verte chez les autres, mais certaines fois il était préférable de se contenter d’une herbe de moindre qualité, assurément.

Le mutant loup se comportait un peu comme un chien, ce qui pouvait peut-être dénoter chez lui un esprit et une compréhension des chose humaines assez limité. Une sorte de mutation à double peine, ce qui rendrait Dame Nature assez cruelle en vérité. Athenodora les observa en silence et en se tenant à quelques pas de l’entrée de la pièce durant quelques instants, avant de se décider à les rejoindre d’un pas lent et tranquille. A peine un premier pied déposé sur le carrelage glacé de la cuisine, ses talons aiguilles commencèrent à résonner en une douce mélodie propre aux habituées de ce genre d’exercice. Marcher gracieusement avec des talons aiguilles, c’était tout un art, toutes les femmes vous le dirons.

‘’Salut les jeunes !’’

Commença-t-elle par dire en guise d’introduction, tout en effectuant un geste amical de la main. La jeune allemande avait failli employer le terme d’enfant, mais elle avait craint que cela ne fut mal pris par le plus âgé des deux mutants présent dans la pièce. De même, une caresse sur la tête du mutant loup lui était apparu assez peu de circonstance. Pour sa défense toutefois, Athenodora n’avait encore jamais rencontré ce type de mutation physique et elle ne savait pas vraiment comment se comporter face à ce dernier. Sur sa lancé, la jeune allemande ajouta :

‘’Qu’est-ce que vous faites ici ? Vous n’avez pas envie d’aller voir si vos chambres et vos affaires sont encore en bon état ?’’

La question n’était pas des plus intéressante, mais comme entrée en matière c’était plutôt honorable et, de surcroît, de circonstance, sans le moindre doute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Mer 18 Sep - 22:57

Traverser le portail avait été une expérience troublante. Pedro eut du mal à se convaincre qu'une seconde plus tôt il se trouvait dans une autre galaxie à des années-lumière de son point d'arrivée. Ici, à Graymalkin, rien n'avait bougé. L'institut était resté désespérément vide et malgré l'agitation qui régnait avec le retour massif des mutants, le contre-coup fut brutal pour le colombien lorsqu'il se retrouva seul dans sa chambre. Les derniers jours, qui semblaient avoir duré une année, avaient été éprouvants et marquants mais, en retrouvant ses repères de la vie quotidienne, Pedro eut l'impression que tout cela ne s'était pas vraiment passé. Il lui suffit pourtant de baisser les yeux vers son nombril pour avoir la preuve qu'il ne s'agissait pas d'un songe. La petite boule trônait toujours sur son ventre. Le jeune homme la manipula avec précaution mais refusa de la retirer, pour l'instant. Peut-être s'agissait-il d'une sorte de balise qui permettrait aux csatars de retrouver sa piste... Bah, ils connaissaient déjà le chemin.

Après avoir pris une douche brûlante et enfilé des vêtements propres, Pedro estima qu'il était temps de passer aux choses importantes. Non pas tambouriner à la porte de Clara en compagnie de Malo, même si l'idée lui traversa l'esprit, mais plutôt se remplir l'estomac avec un repas digne de ce nom. Sur Khane, la nourriture avait été infecte et le jeune mutant sentait que son organisme avait de vrais besoins nutritionnels, du genre coca, beurre de cacahuète ou chili con carne.

Ce fut donc d'un pas pressé et enjoué que Pedro débarqua dans la cuisine de Graymalkin. Mais son engouement disparut bien vite lorsqu'il aperçut le bazar qui y régnait. Les placards débordaient de leur contenu et le sol était maculé d'un mélange de céréales, de farine et de miettes indistinctes. Pedro jeta un coup d’œil rapide sur les mutants présents dans la pièce.

- Madre de dios... Mais qui est-ce qui a...


Il se rapprocha de Blancpoil et s'accroupit devant lui pour se mettre à sa hauteur.

- C'est toi, n'est-ce pas ? Tu cherchais un truc et y'avait personne pour t'aider, c'est ça ?

Encore une fois, Pedro faisait preuve de condescendance envers un camarade à l'apparence animale, mais toujours aussi involontairement et naïvement. Sa maladresse avait déjà vexé Dakota et Tonga dans le passé et il ne pouvait pas voir en Blancpoil autre chose qu'un chien qui parle.

Finalement, l'estomac de Pedro fut d'accord pour tenir le coup un peu plus longtemps lorsque le colombien aperçut la mutante qu'il avait rapidement croisé dans le hall d'embarquement de la forteresse volante. Elle n'avait jamais eu affaire à son numéro de latin lover, et le moment était venu pour elle de faire connaissance avec le beau gosse autoproclamé des Xmen. Il roula des épaules et s'approcha d'elle.

- Hey chica... J'ai beau revenir de l'espace lointain, la plus belle étoile, c'est maintenant que je l'admire.

Puis il enchaîna en s'empressant de répondre à sa question, avec un petit clin d’œil.

- Je te rassure ma chambre est en très bon état. Si tu me crois pas, on peut y aller faire un tour.

Après avoir essuyé des revers de la part de Natasa en tentant la méthode douce, Pedro revint à ses premières amours : la drague offensive et « raffinée ». Pas plus efficace, mais la réponse arriverait plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Blancpoil Wade

avatar

Messages : 677
Taille : 98 cm
Poids : 21 kg

Feuille de personnage
Réputation:
6/15  (6/15)
Connotation: Sauvageon
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Mer 18 Sep - 23:24

Blancpoil détourna le regard pour réfléchir un instant suite aux dires d'Alex. Il avait redouté ce genre de réponse. ça avait été suffisamment difficile de voyager dans ces gros engins métalliques, et il n'avait guère envie de retenter l'expérience. Surtout tout seul...
Il releva la tête et commença naïvement.

Alor-"

Il fut interrompu par la nouvelle qu'il connaissait pas. Le louveteau la dévisagea un instant. A première vue, elle était plutôt discrète, neutre, voire même un peu pimbêche sur les bords. Les adjectifs qui lui venaient en tête ne manquaient pas. Il en résultat une petite moue sur son visage. D'autant qu'elle posait là une question d'avantage destinée a Alex. Mais peut-être valait-il mieux préciser. Autant jouer encore son rôle de bon ambassadeur et ne pas se montrer hostile à la première main tendue.

"Bah... J'ai pas d'affaires moi."

Un terrier, quelque chose a grignoter, c'était finalement tout ce dont il avait besoin, si ce n'était ce pourquoi il était venu voir Alex. A dire vrai, les affaires matériels l’intéressait peu, voire pas du tout. Elles éveillaient en lui une certaine curiosité, mais une fois la surprise et la fonction découverte, Blancpoil s'en désintéressait aussitôt et jetait son dévolu sur autre chose. Une vraie girouette.

Et sur ces entre-vues, il repassa a Alex pour continuer:

"Et si on v-"

Et c'est Pedro qui intervint cette fois. Et en plus, il s'était accroupit pour lui demander si c'était lui qui avait fait "ça". Blancpoil ne comprit pas tout de suite de quoi il pouvait bien parler. Mais la suite de sa phrase le mit sur la voie. Son expression surprise se mua en un froncement de sourcil courroucé. Il le prenait pour qui ? Un rongeur ? Pire encore, il insinuait qu'il ne savait pas se tenir, comme un chien. C'était la pire insulte qu'on pouvait lui faire, et le louveteau n'était pas d'humeur compréhensive. Il se ramassa légèrement, le poil hérissé, et montra les crocs en grognant. Il commençait a en avoir assez de ses réflexions. Il avait beau être ambassadeur, un bon coup de croc ne lui ferait pas de mal a celui-là. Et puis il commençait a en avoir sa claque des bipèdes débiles.

"J'en veux pas de vot' bouffe toute pourrie !"

ça n'avait pas d'importance. Pedro allait déjà au devant de son future râteau, comme disait les humains. La fourrure du louveteau s’apaisa a mesure qu'il s'éloignait. Les deux autres étaient occupés, c'était le moment. Il se retourna aussi sec sur Alex et termina enfin sa requête.

"Et on si voulait prendre un de vos avions pour les terres blanches, c'est possible ça ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jahwa.deviantart.com
Alexander Conowell

avatar

Messages : 1343
Taille : 1m65
Poids : 58 Kg

Feuille de personnage
Réputation:
8/15  (8/15)
Connotation: Discrétion assurée
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Jeu 19 Sep - 20:57

La réponse qu'Alex donna à Blancpoil sembla décevoir ce dernier. Songeait-il à rendre visite à sa famille ? L'idée de voyager dans ce genre d'appareil ne devait pas le rassurer. Curieux d'avoir des certitudes quant à la raison de cette question, le garçon écouta attentivement quand le louveteau voulut reprendre la parole. Mais c'est le moment auquel arriva l'une des personnes qui les avait rejoins sur Khane, alors même que le petit mutant n'avait pu prononcer qu'une seule syllabe. L'asiatique releva le regard vers la femme qui leur posait une question.

- " Pour ma part, j'ai déjà trouvé le temps de le faire, alors je profite maintenant d'un réconfortant café avant d'aller faire une sieste. Je commencerai à ranger ensuite si personne n'a démarré. A moins que tu ne souhaites t'installer dans un premier temps ?"

Soudainement, il se demanda si sa présence était hasardeuse où si la cuisine avait été spécifiquement choisie :

- " Souhaites-tu un café ? Ou quelque chose de plus consistant ? Je n'ai pas encore fait l'inventaire de ce qui reste de consommable... " avoua-t-il en songeant que certains ne devaient pas se contenter d'un liquide pour les nourrir. D'ailleurs, où était Malo ?

Alex avait bien vu ce dernier partir à la suite de Clara mais il ne l'avait plus croisé depuis. Peut être était-ce lui en réalité qui avait retourné la cuisine ? Cette pensée faillit le faire sourire mais il se retint. Pedro arriva soudainement alors que Blancpoil tentait désespérément de reprendre le fil de la discussion.

Le Colombien (qui n'était pas Brésilien Razz) découvrit à son tour l'état de la pièce et accusa immédiatement le louveteau qui se rebella sans attendre. L'asiatique préféra intervenir avant que l'un ne morde l'autre.

- " Il y a un animal sauvage qui est venu faire son marché. C'était comme ça quand nous sommes arrivés. "

La seconde suivante, Pedro se désintéressa du petit mutant et commença à faire le joli coeur auprès d'Athenodora, avec quelques mots assez directs. Amusé, Alexander suivit le début de leur conversation lorsque Blancpoil parvint à saisir l'occasion de continuer la leur. La sensation selon laquelle Ulv voulait retourner chez les siens semblait se confirmer.

- "Oui, c'est possible. Il doit y avoir des aéroports en Alaska, relativement près de là où tu veux aller. Ta famille te manque ?" demanda-t-il pour s'assurer du fond de la conversation.

Il serait probablement en mesure de mieux l'aider s'il comprenant vraiment ce que voulait Blancpoil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Ven 20 Sep - 16:25

Si la réponse du jeune homme aux traits asaitiques à sa question lui paru être une réponse tout ce qu’il y avait de plus normale, Athenodora sembla toutefois plus intriguée par celle du louveteau. Il n’avait pas d’affaires ? c’était à dire ? Même si il n’était peut-être pas intellectuellement très avancé, il devait au moins avoir une chambre ou dormir, des livres ou peut-être encore des jouets, voire même toute autre chose qu’il devait sûrement aimer. Personne ne possédait rien, c’était une évidence incontournable… D’un point de vue humain en tous cas. Cela étant, la jeune femme jugea le moment inopportun pour demander au louveteau ce qu’il entendait précisément par ‘’pas d’affaires’’ et elle esquissa un léger sourire amusé en entendant la dernière partie de la phrase de l’asiatique.

‘’M’installer dis-tu.. ?’’

Lui répondit-elle alors, tout en faisant encore quelques pas dans la pièce et en slalomant, tant bien que mal, entre les résidus de nourriture jonchant le sol carrelé de la cuisine. Puis, elle reprit en répondant tout d’abord à la seconde question du jeune homme, avant d’expliciter sa dernière parole :

‘’Je prendrais volontiers un café, merci… Mais dites-moi les garçons, ne serait-ce pas vous, qui auriez plutôt besoin de vous installer… Ailleurs.. ? Pour un temps tout au moins. Au cas ou vous ne l’auriez pas remarqué, cet endroit est une véritable ruine et je doute que vous puissiez donner une chambre à qui que ce soit en l’état actuel des choses. Ceci dit, il est trop tard pour repartir aujourd’hui, alors je me contenterais d’un petit coin ou dormir durant quelques jours, le temps de voir la suite des évènements. D’ailleurs, à ce propos… Ou sont les responsables de Graymalkin ? Ils n’étaient pas avec vous visiblement, alors ou peuvent-ils être depuis un mois ? Serait-ce eux, qui ont créé cette illusion qui masque les dégâts de la propriété vu de l’extérieur ?’’

Tout cela faisait énormément d’interrogation en une seule fois, mais la jeune allemande venait d’arriver il y avait à peine deux jours de cela, sans que elle-même ne puisse se douter qu’en réalité ces deux jours passé dans la forteresse volante correspondait en fait à plus ou moins deux semaines terrestres. Voilà au moins une ignorance, qu’elle avait en commun avec le reste des mutants présent à Graymalkin. Ce détail mis à part, il fallait bien se rendre à l’évidence : Si ces fameux x-men se retrouvaient aussi démuni et sans personne pour prendre soin d’eux, alors cela remettait très sérieusement en question la raison de sa présence en ce lieu. Comment pourrait-elle être en sécurité ici, si eux-même se retrouvaient visiblement sans protection ? Leurs responsables avaient-ils simplement disparu, ou bien étaient-ils mort et enterré ? Si ce n’était pas le cas, alors pourquoi n’avaient-ils pas, eux aussi, été kidnappés par ces fameux extraterrestres et ou pouvaient-ils bien être maintenant ?

Tellement de réponse et, finalement, si peu de réponses.

Mais avant que le jeune asiatique ne puissent lui répondre quoi que ce soit, un nouveau venu pénétra dans la cuisine. Lui et les deux autres garçons se connaissaient. Ce qui faisait du troisième larron également un habitué des lieux. Celui-ci remarqua immédiatement le désordre dans la cuisine et, sans raison apparente, ou tout au moins compréhensible aux yeux de Athenodora, il commença à accuser le louveteau d’être le responsable de l’état de la cuisine. Ce dernier ne manqua pas de répliquer ouvertement en affichant ce qui s’apparentait à une attitude agressive envers le colombien et la jeune femme cru un instant que le plus petit allait, littéralement, écharper le plus grand au sens premier du terme. Fort heureusement, leur camarade asiatique intervint pour éviter ce qui pouvait potentiellement s’annoncer comme un véritable carnage en précisant que ce devait être là l’acte d’un animal sauvage. D’un bref hochement de la tête, Athenodora approuva ce dernier et se permit même de préciser :

‘’Ce doit être le raton laveur que j’ai rencontré en arrivant à Graymalkin, en un mois et avec la forêt dévasté, les animaux qui ont survécu à l’attaque ont du venir trouver refuge et nourriture dans le bâtiment.’’

C’était le plus logique en tous cas : Si l’homme disparaissait d’un endroit, la nature reprenait peu à peu ses droits après tout. Puis, le colombien sembla être soudainement intéressé par la présence de la jeune allemande, au point de se détourner du petit louveteau qu’il devait sans doute aimer tourmenter. C’était en tout cas l’image qu’il donnait, après cette première scène devant elle. Des qu’il prononça ses premiers mots à son encontre, avec un sourire qu’il voulu sans doute charmeur aux lèvres, Athenodora souleva un sourcil dubitatif en le dévisageant. Il lui faisait quoi là, avec son histoire d’étoile qui brillait devant ses yeux ? C’était digne d’un adolescent de quinze ans, se croyant habité par la muse de la poésie romantique la plus ringarde qui soit. S’il s’imaginait pouvoir la séduire avec ce genre de chose, il se mettait profondément le doigt dans l’œil le bougre… Le côté latin lover, c’était vraiment pour les midinettes sans un atome de cervelle, assurément. Pour sa part, Athenodora n’était pas sensible à ce genre de chose mais, peu désireuse de le vexer ouvertement et devant ses amis, elle lui répondit dans un demi sourire :

‘’Hé bien… Continue de l’admirer si cela peut te faire plaisir. Pour ce qui est de ta proposition, je crois que je vais devoir la décliner. Ton ami, ici présent, m’a déjà proposé de me faire une visite des lieux. Mais tu devrais aller voir le jeune russe, Vadim, qui est arrivé après moi, je suis certaine qu’il appréciera ton aide pour le guider dans cet endroit.’’

Cela demeurait toutefois un refus clair et net, mais au moins les formes y étaient-elles. En tous les cas, c’était toujours mieux que de se faire froidement renvoyer dans les cordes, avec une pointe d’humiliation dans la verve. Le colombien pouvait s'estimer heureux, car Athenodora n'était pas toujours aussi attentionnée dans ce genre de situation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Dim 22 Sep - 21:50

Sur le coup, Pedro resta estomaqué. Pourquoi tant d'agressivité ? Avait-il été si offensant ? Il secoua la tête pour bien signaler son incompréhension.

- Pas de quoi s'énerver chico. Et puis, elle est pas toute pourrie notre bouffe...

Il aurait bien rajouté que si la nourriture humaine était si dégoutante, pourquoi alors les chiens adoraient faire les poubelles des restos ? Fort heureusement, sa réflexion fut coupée par Alexander puis Athenodora qui expliquèrent le foutoir qui régnait dans la pièce.

- Désolé, Blancpoil.

Il ne pouvait rien ajouter. Il s'était trompé, on le lui avait prouvé, et il n'y avait pas de quoi en faire tout un fromage. D'ailleurs, les deux garçons reprirent leur conversation et Pedro ne put s'empêcher, encore une fois, d'y mettre son grain de sel, lorsque Alex confirma qu'on pouvait se rendre en Alaska par avion.

- En revanche, ils te foutront dans la soute. Il parait que c'est pas super fun.

Mais déjà, tout son esprit était tourné vers la délicieuse et inaccessible créature qui lui faisait face. Sa première approche n'avait pas totalement été un échec, ce qui était suffisamment rare pour le souligner. Pedro avait bien compris qu'elle s'était forcée à mettre les formes pour ne pas paraître trop brutale, mais il ne pouvait s'empêcher de garder un espoir non négligeable pour la suite de son entreprise. Par expérience, tant que la fille ne partait pas en courant, ne criait pas "au secours" ou ne lui envoyait pas un pain dans la tronche, l'affaire était jouable. Néanmoins, cela restait serré, et tel un grand champion russe devant un échiquier, le colombien tâcha de faire l'inventaire de ses forces, des protections de l'adversaire et des opportunités qui s'ouvraient et se refermaient au gré des événements. Il se lança.

- Le gosse là ? Nan, il s'est déjà fait des potes de son âge et il a bien raison. On a pas les mêmes centres d'intérêt quand on est adulte. Si tu vois ce que j'veux dire.

Il fit un petit sourire en coin et baissa ostensiblement la voix.

- Et j'ignore ce que t'as vraiment proposé "mon ami ici présent" mais tu devrais te méfier. Il est pas net, il est capable de t'endormir sans que tu t'en rendes compte. En une fraction de seconde !

Pedro accompagna sa dernière phrase d'un claquement de doigt.

- Alors qu'avec moi, t'es certaine de rester bien réveillée... Du début à la fin...

Quel fin stratège... Gary Kasparov en pleurerait d'émotion...
Revenir en haut Aller en bas
Blancpoil Wade

avatar

Messages : 677
Taille : 98 cm
Poids : 21 kg

Feuille de personnage
Réputation:
6/15  (6/15)
Connotation: Sauvageon
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Lun 23 Sep - 17:04

Blancpoil n'avait que faire des excuses de Pedro. A vrai dire, il n'avait pas même prêté une oreille a ce qu'il pouvait bien raconter. Pour le petit louveteau, il rentrait dans la catégorie des "méchants", du genre de ceux qu'il se devait d'éviter, un peu comme Tonga.

En revanche, la nouvelle, Athenodora, leur suggérait d'aller s'installer ailleurs. Elle ne savait sans doute pas a quel point elle avait visé juste en ce qui concernait les intentions de Blancpoil. Personne n'était au courant d'ailleurs. Il se contenta de hocher la tête en signe approbateur a sa remarque. En ce qui concernait ses questions, Blancpoil leva les yeux tout en réfléchissant. C'est vrai que y'avait plus personne.

"Bah... Grand-mère Lily-Rose et les autres nous ont protégé du mieux qu'ils ont pu quand les méchants nous ont attaqué. Pis on sait pas ce qu'ils sont devenus après."

Il se surprit un instant en réalisant qu'il avait énoncé ces faits avec tout le détachement du monde. Même si les X-men constituaient sa meute d'accueil, il ne sentait pas spécialement membre a part entière pour autant. C'était d'ailleurs là tout le problème depuis leur voyage "d'au delà de la lune": Ses multiples désaccords sur les méthodes employés par les X-men en général ne faisait que renforcer ce sentiment de différence trop profonde avec les autres. Ce qui l’amenait d'ailleurs a répondre a Alex qui devait bien se rendre compte de ce qui se passait. Autant ne pas tourner autour du pot. Blancpoil secoua la tête et lui répondit.

"Je retourne dans ma meute."

Se sentant le besoin de se justifier, peut-être par peur que les autres ne comprennent pas sa décision, il réfléchit un court instant avant de poursuivre.

"Tu sais, quand je vous ai rejoins et que vous m'avez dit que j'étais comme vous, je connaissais pas grand chose du monde des humains, et encore moins de celui des mutants. Je me disais qu'au final, vous étiez bien mieux que les humains. Je voulais même prouver a mon peuple qu'on pouvait avoir confiance aux bipèdes. Mais Tonga et les autres, ils font des trucs que je peux pas accepter. Ils sont comme les autres, et comme les anciens nous l'ont décrit. Vous êtes des mutants, mais vous êtes aussi des humains, vous venez de leur monde. Et quand vous me disiez que vous recherchiez Kyle Wade, et que je vous disais que c'était pas moi, et bah au final, je le pense encore... Je suis Blancpoil, et je peux pas rester avec vous..."

Le louveteau le regarda un peu plus intensément, déterminé qu'il était.

"Je veux rentrer chez moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jahwa.deviantart.com
Alexander Conowell

avatar

Messages : 1343
Taille : 1m65
Poids : 58 Kg

Feuille de personnage
Réputation:
8/15  (8/15)
Connotation: Discrétion assurée
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Ven 27 Sep - 12:50

[De retour, désolé pour l'attente :s]

Lorsque la nouvelle confirma qu'elle voulait un café, Alexander se leva pour démarrer la préparation et sourit légèrement à sa remarque sur l'état de Graymalkin.

- " Je te rassure, nous ne dormons pas dans le jardin. Les chambres sont intactes heureusement, et par chance assez nombreuses pour accueillir au moins une trentaine de personnes. Alors tu auras un lit, pas d'inquiétudes... "

Le café commença à couler alors que des questions au sujet des professeurs étaient émises.

- " Si nous sommes partis depuis plusieurs jours, peut être que Lorenzo est ailleurs. Dans la forteresse, la femme avait parlé de lui. Il va surement arriver bientôt. "

Du moins il l'espérait. Dans l'instant présent, il préférait largement profiter du mieux conséquent depuis leur retour. Mais ils n'en étaient pas un point de retrouver leur situation de la crémaillère.

- " Quant à l'illusion, je n'en ai aucune idée. Je ne savais pas qu'il y en avait une. Je ne suis pas sorti. " avoua-t-il en donnant le café à Athenodora.

- " Peut être Danger ? " émit-il comme hypothèse, avant que Blancpoil ne tente désespérément de reprendre la conversation une nouvelle fois sans être interrompu.

L'annonce surprit quelque peu l'asiatique qui se demanda si c'était plutôt des vacances ou un départ définitif. Mais la justification qui arriva précisa ses précédentes paroles. Blancpoil ne se sentait pas à sa place chez les mutants. Après tout, il avait été plus heureux avec les autres loups qu'avec eux et sa décision était logique.

- " Les mutants ne sont pas meilleurs que les humains. Il y a des meutes d'humains qui sont plus gentilles que d'autres. Mais quand les meutes grossissent, il y a toujours des individus qui ne pensent pas comme les autres et qui peuvent ternir la réputation de tout le groupe. Ce n'est pas propre aux humains j'imagine. Mais je comprends ton choix... Tu n'as jamais été forcé de rester comme nous te l'avons dit. J'espère simplement que tu as bien réfléchi à la question. Avec ce que nous venons de vivre, il ne faut pas se décider trop vite. Il ne faut rien regretter. "

Mais la détermination du louveteau semblait sincère. Déçu malgré tout de se séparer de lui, Alexander confirma :

- " Si c'est ce que tu veux, nous le respectons. Dans quelques jours tu seras chez toi, le temps que nous retombions sur nos pieds ici. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Mar 1 Oct - 16:56

Tout en écoutant le bellâtre de pacotille qui avait apparemment oublié de suivre le cours de séduction concernant la finesse et l’élégance, Athenodora se demanda comment quelqu’un pouvait autant ne douter de rien. Mais peut-être, était-ce tout simplement du courage et de la hardiesse, même si les plus mauvaises langues appelleraient sans doute cela de la stupidité crasse. Quoiqu’il en soit, la jeune femme l’écouta sans ire un seul mot. Après tout, si l’effort était certes voué à un échec des plus flagrant, il n’en demeurait néanmoins pas moins louable pour autant. Il était cependant fort heureux pour le jeune Pedro, que le ridicule ne tuait pas… Pas à sa connaissance en tous cas.

Son camarade asiatique, quant à lui, avait apporté à la jeune allemande quelques réponses que vint partiellement appuyer le jeune mutant à l’apparence de canidé sauvage. Tout en lui préparant le café qu’il lui avait lui-même proposé quelques instants auparavant, il l’avait informé que l’illusion recouvrant la propriété lui était parfaitement inconnu. Alexander supputa toutefois que l’androïde nommé Danger était peut-être responsable de cette dernière, ce qui était effectivement une option probable. La question était cependant de savoir si la technologie humaine était à ce point perfectionnée, qu’elle puisse créer un hologramme aussi gigantesque que terriblement réel. Pour un peu, un tel réalisme en deviendrait presque dérangeant si jamais cela était le cas. Mais l’idée du jeune asiatique était plutôt sensée cela étant dit, elle poserait la question à Danger, à l’occasion.

Pour l’état des chambres, que dire de plus sinon qu’ils avaient eu bien de la chance ma foi. Athenodora n’avait pas pris le temps de visiter entièrement les lieux, mais étant donné les dégâts apparents elle avait pensé que tout le bâtiment avait été détruit lors de cette affrontement ignoré du monde extérieur. Le louveteau et l’asiatique confirmèrent bien la disparition des dirigeant de Graymalkin, chacun à sa manière, mais d’après ce que Alexander avançait, il était envisageable que l’un d’entres eux, un certain Lorenzo, ne finisse par revenir. Revenir était bien entendu une bonne chose, mais la véritable question était plutôt de savoir ou il avait bien pu passé ce dernier mois, si il n’avait pas été lui-même kidnappé par ces fameux extraterrestres.

Tout en ressassant ces nouvelles interrogations qui venaient grossir les rangs des précédentes occupant déjà l’esprit de la jeune femme, Athenodora avala une gorgée du café que Alexander lui avait tendu après sa préparation. Elle laissa alors la conversation entre les deux mutants installé autour de la table de la cuisine se poursuivre, tout en reportant plus soigneusement son attention sur Pedro qui attendait sûrement une réponse à sa proposition aussi honteuse que éhontément embellie de vils mensonges envers son petit camarade mutant. Il était vrai qu’elle ne savait rien concernant Alexander, mais à première vue il n’avait pas l’air d’être un mauvais garçon dont il fallait absolument se méfier, contrairement à un certain personnage qui s’affichait très clairement comme quelqu’un de louche pour ne pas dire lourd. Mais dans le genre séducteur à gros sabots, Athenodora avait vu et supporté bien pire en vérité et Pedro apparaissait plutôt comme un gentil garçon naïf, quoi que non dénué d’une certaine assurance en ses talents de playboy des bacs à sable. C’était mignon dans sa maladresse, mais pas vraiment de quoi attendrir une femme qui privilégiait avant tout chose le profit au plaisir. Mais peut-être que ce genre de comportement fonctionnait avec les filles américaines… N’étaient-elles pas d’une réputation frivole après tout ? Encore que frivole, n’était pas vraiment le terme qui correspondait à l’idée que pouvait s’en faire la jeune allemande.

Une fois le liquide brunâtre et chaleureux disparu dans les méandres de son organisme, Athenodora fixa Pedro durant quelques instants tout en affichant un fin sourire amusé :

‘’Les meilleurs escrocs sont justement ceux qui te dupes, tout en te laissant croire que la situation est normal… Les plus dangereux te trompe sans avoir besoin de t’endormir d’une quelconque manière que ce soit, ce qui fait d’eux des gens dont il faut absolument se méfier tu sais…’’

Lui répondit alors la jeune allemande sur un ton légèrement malicieux, en parfaite connaisseuse de la chose qu’elle était. Endormir ses victimes d’une quelconque manière c’était du travail d’amateur et Athenodora n’avait absolument rien à craindre d’un vulgaire amateur, fut-il doté d’un visage poupin et mignon comme celui du jeune asiatique. Puis, elle rebondit sur les propos malveillants de Pedro à l’égard de Alexander, des propos que le mutant sans vergogne n’avait visiblement aucun scrupule à débiter sur le dos de son camarade x-men et ajouta tout en prêtant une oreille distraite aux propos du petit louveteau :

’‘On m’avait vanté votre équipe de pseudos héros sauveur des veuves et des orphelins comme un groupe soudé et accueillant, mais je vois que l’ambiance est plutôt aux coups bas et au chacun pour soi, on est loin de l’image familiale qu’il m’en a été faite je dois dire… Et je comprends un peu pourquoi certains préfèrent quitter les lieux lorsque tout va mal.’’

Acheva de dire Athenodora, tout en désignant distraitement le louveteau d’un geste négligé de la tête.

‘’Une famille comme ça, moi aussi je la fuirais sans la moindre hésitation.’’

Conclu la jeune allemande, tout en portant à nouveau sa tasse de café à ses lèvres maquillée de rouge.

Même si elle avait suivi la discussion voisine d’une oreille distraite, Athenodora avait au moins compris que le louveteau voulait déguerpir de ce qui lui apparaissait comme étant un véritable trou à rats. Vu l’état des lieux et si les autres mutants présents étaient aussi prompts à la médisance sur leurs camarades que le colombien qui lui faisait face, la jeune femme ne pouvait pas vraiment donner tort au petit mutant. Il était très jeune, apparemment ignorant des défauts malsains de la nature humaine… Peut-être que effectivement il n’avait pas sa place dans la société des hommes. De plus, si vraiment il était plus heureux dans sa famille d’origine, pourquoi vouloir le retenir ? Elle-même, si elle ne s’y sentait pas obligé…

Toutefois, Athenodora pensait que toute chose, qu’elle soit bonne ou bien mauvaise, était une expérience utile et enrichissante. De plus, elle doutait que le jeune louveteau puisse survivre bien longtemps dans le monde irrémédiablement hostile des humains, si jamais il n’apprenait pas à accepter de faire avec les travers dérangeant de la nature humaine. Même s’il vivait au fin fond d’une grotte ou d’une forêt, l’humanité finirait implacablement par le rattraper. Ainsi était l’homme, toujours plus loin…

Athenodora ne savait pas précisément de quoi voulait parler Blancpoil, mais elle en avait plus ou moins une vague idée étant donné ce qu’elle avait cru comprendre de l’innocence du jeune mutant. L’image ne plairait sans doute pas à ce dernier, mais il ressemblait un peu à un petit lapin encerclé par une meute de loup affamés. L’image était amusante, mais il n’était pas certain qu’il soit de cet avis. Sa bouche à nouveau dégagé de la tasse fumante, la jeune allemande s’autorisa l’audace de lancer en direction du jeune louveteau :
‘’Tu sais, je te comprends… Etre entouré de sa famille, sa véritable famille, c’est la meilleure chose au monde. Mais même si ton père et ta mère t’aime plus que tout au monde, ils souhaitent sans doute que tu fasses tes propres expériences de vie dans le monde, afin de pouvoir mieux l’affronter une fois que tu sera devenu un adulte. Bonne ou mauvaise, chaque expérience te rendra un peu plus fort à chaque fois… Et puis comme le dit ton ami, tous les humains ne sont pas mauvais, certains méritent d’être connu et s’y refuser à cause de certains individus, c’est accepter que ces mauvaises personnes gagnent. Tu ne t’es jamais demandé si ces mauvaises personnes étaient comme ça, à cause du fait qu’ils avaient peut-être vécu une vie difficile, une vie sans famille aimante ou bien encore sans amis ? Tu ne veux pas essayer d’être plus intelligent qu’elles et essayer de les accepter telles qu’elles sont ? Je suis sur que tes parents préfèreraient te voir rentrer chez toi parce que tu en as envie, plutôt que parce que tu refuses d’affronter des mauvaises expériences avec les autres, non ?’’

C’était l’avis de la jeune allemande en tous cas. Elle n’entendait bien entendu pas forcer le jeune louveteau à penser comme elle, mais humains ou peut-être demi loup, les parents devaient certainement être plus ou moins les mêmes des qu’il s’agissait de leurs enfants. De plus, le monde offrait une telle richesse et une telle diversité d’individus, que s’arrêter aux premiers crétins venus serait vraiment dommage. De plus, le cocon familial était certes rassurant, mais il n’avait malheureusement qu’un temps… Alors, il valait mieux être préparé aux horreurs de ce monde, avant qu’elles ne viennent se confronter à nous de façon aussi brutale que extrêmement douloureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Dim 6 Oct - 8:15

Pedro devait se rendre à l'évidence : même si Athenodora ne répondait pas violemment à ses tentatives de séduction, elle n'avait pas la réaction escomptée. Elle ne l'ignorait pas et cherchait à démonter ses arguments. Évidemment, elle avait vécu, elle avait déjà tout vu et elle savait tout sur la vie du haut de ses... combien ? Vingt-et-un ? Vingt-deux ans ? Le jeune colombien leva les yeux au ciel. Cette fille n'était pas pour lui. Une de plus. Bon, évidemment, il n'aurait pas refusé de tâter un peu à la marchandise, mais il sentait qu'il était encore tombé sur une grande gueule, à croire que le gène mutant était indissociable de ce trait de caractère.

- Non mais attends, quand je te disais « endormir », c'était au sens littéral du terme. Son pouvoir c'est de pouvoir te faire dormir, comme si tu t'évanouissais, quoi... Donc, tu peux le traiter d'amateur, si tu veux, mais je ne pense pas que tu puisses quoi que ce soit contre ça. Et puis... enfin c'était une blague, quoi... Je disais des conneries, pour déconner... Bref, laisse tomber.

Il commença à se désintéresser d'elle, cherchant ce qu'il était venu trouver dans la cuisine. Mais ses oreilles ne purent faire autrement qu'entendre ce que disaient la jeune femme et le lupin. Et là, ce fut le coup de grâce. Toute la tension accumulée depuis le retour de Khane (peut-être même avant) explosa.

- Raaaaah ! Mais vos gueules !

Pedro était rouge (foncé) de colère. Ses poings fermés tremblaient de rage. Il n'en aurait pas fallu beaucoup plus pour que des griffes en jaillissent. Dans un premier temps, il se tourna à nouveau vers l'allemande.

- Mais t'es qui toi, pour venir nous donner des leçons ! Tu veux fuir une famille comme la notre ? Mais casse-toi ! On n'a pas besoin de toi ! T'arrives et tu te permets de nous juger ! Tu ne sais rien de notre histoire ! Tu sais pas ce qu'il ressent, lui !

Il désignait Blancpoil, sans le regarder.

- Je sais pas d'où tu sors mais moi j'ai trouvé exactement ce que je cherchais, ici. Pas forcément une famille soudée et parfaite. J'ai passé l'âge de croire au Père Noël. Mais ici, on se serre les coudes, et on n'a pas peur de se dire nos quatre vérités. Même si ça dérange ceux qui n'ont pas l'habitude...

Il n'en avait pas fini. Cette fois-ci, il se tourna complètement vers le louveteau.

- Quant à toi, tu commences gentiment à me gaver. T'as le droit de préférer ta vie d'avant et je veux bien croire que les humains ne sont pas un modèle de vie en communauté... Mais bon sang, arrête de faire passer les loups pour des bisounours ! Autant que je sache, la vie en meute est loin d'être idéale, les faibles sont abandonnés ou même tués, le mâle dominant s'accapare toutes les femelles... C'est génial, réellement, ça donne envie...

Pedro ne pensait pas que ses quelques connaissances en la matière lui serviraient ainsi. D'ailleurs, malgré sa colère, il évita de mentionner quelques détails encore moins glamour, comme la façon singulière qu'avait le loup dominant d'asseoir son autorité sur les autres mâles. Blancpoil était encore un jeune loup, et d'ailleurs, ce n'était pas vraiment un loup, à ce que Pedro avait compris. Le but n'était pas de le blesser, même si le colombien en prenait le chemin. Il voulait lui (leur) faire comprendre que la quête de la famille idéale n'était qu'une utopie, une vaste blague, une perte de temps. Il aurait lui (leur) dire que ce serait toujours mieux ailleurs et qu'il fallait parfois savoir apprécier ce qu'on avait, avant de le regretter. Lui avait grandi dans une famille aisée, mais il n'avait jamais connu l'amour de ses parents. Il n'avait même pas reçu un minimum d'attention de leur part. Et depuis son arrivée chez les Xmen, il se sentait enfin exister, malgré les rixes et les tensions. Il ne supporterait plus davantage que l'on dise que ça ne valait pas la peine de rester à Graymalkin.

- Et toi...

Le doigt de l'animorphe pointa Alexander.

- Non, rien.

La tension était retombée chez le colombien, du moins en partie. Désormais, il se foutait pas mal de l'avis de ses camarades. Son estomac avait décrété l'état d'urgence et le jeune homme se remit à fouiller les placards, avec plus de succès cette fois-ci. Il attrapa des galettes de riz et du beurre de cacahuète, avant de s'éloigner un peu et de s'asseoir à une table, tout en tournant le dos aux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Blancpoil Wade

avatar

Messages : 677
Taille : 98 cm
Poids : 21 kg

Feuille de personnage
Réputation:
6/15  (6/15)
Connotation: Sauvageon
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Mer 9 Oct - 15:05

Bizarrement, Blancpoil se sentit grandement soulagé que Alexander, celui qui était venu les chercher, Dakota et lui, respecte sa décision. Même s'il le mettait en garde et le conseillait de bien réfléchir avant de partir, le petit louveteau avait le sentiment d'être délesté d'un poids sur le coeur. Son sourire apparut de nouveau sur son visage, celui qu'il avait eu lors de ses première journées au terrier des mutants. Il allait pouvoir rentrer chez lui. Il hocha la tête quant a la demande de temps de l'asiatique. Après tout, il pouvait bien patienter un petit peu. Après ce que les bipèdes avaient vécus, il lui paraissait normal qu'ils veuillent d'abord s'occuper de remettre un peu d'ordre ici.

La nouvelle venue appuyait sa décision, même si au passage, elle dénigrait un peu les x-men. Blancpoil ne savait pas trop quoi répondre a ses propos. Peut-être voulait-il vraiment partir pour fuir les éléments qui le gênaient, mais il avait avant-tout le sentiment que le monde des hommes était trop compliqué et encore plus dur a vivre que celui de sa famille d'accueil. Il ne savait pas trop comment l'expliquer, mais il était persuadé qu'il avait mieux a faire chez lui, fort de son expérience a Graymalkin. Quelque part, la mutante avait raison, même si il se servirait sans doute de ce qu'il avait vécu ici a des fins autre que ce qu'elle envisageait.

Pedro, quant a lui, semblait avoir lâché ses tentatives de faire la cour a la nouvelle. Il alla chercher de quoi manger et puis, sans crier gare, il explosa. Sous le coup de la surprise, Blancpoil rentra la tête dans les épaules un court instant. Il vociféra sur Athenodora et, aussi surprenant que cela puisse paraître, il prenait la défense du louveteau en lui disant de se mêler de ce qui la regardait. Le jeune louveteau en serait resté bouche bée s'il n'en avait pas pris pour son grade quelques instants plus tard. Et curieusement, même s'il disait du mal de son espèce, Blancpoil ne lui en voulait pas. Peut-être était-ce du a l'approbation d'Alex quant a son départ.

Il se contenta de le regarder et de lui sourire.

"C'est ce qu'on vous apprend sur nous ?" dit-il d'un air désolé de l'entendre.

Il regarda par la fenêtre, le temps de réfléchir a une réponse. Il se remémora ses plus beaux moment passés avec sa meute, les histoires, les légendes, les parties de chasse ou même les jeux, sans compter les récits des grandes réunions de meute qu'il n'avait pas encore connu. Et puis tout lui parut clair. Il regarda Pedro droit dans les yeux et luis sourit a nouveau.

"Tu sais, une meute, c'est pas qu'une question de femelle ou de mâle dominant. Je pensais que vous l'aviez compris, ici. On partage beaucoup de chose, comme j'ai pu partager de bons moment avec vous."

Tant qu'on en était aux quatre vérités, comme le disait si bien Pedro, Blancpoil, d'un sourire compatissant poursuivit sa réflexion.

"En fait, Pedro, même si je t'aime pas et que je trouve que t'es méchant comme Tonga, au final je vous plains. P't'etre même que je te plains plus que lui. T'es capable d'avoir des griffes et des crocs comme nous, ou même de te déguiser en animal, mais tant que tu sauras pas comment on pense ou comment on agit, tu seras jamais capable d'aller au delà de ton... pouvoir. Toi et Tonga, vous pouvez avoir notre apparence, mais vous avez toujours l'odeur des humains, et vous vous comportez comme eux."

Son sourire s'élargit. S'en suivit une proposition sincère.

"Ce serait bien que tu viennes un jour chez moi, dans ma meute. Ch'uis sur que tu pourrais apprendre plein de trucs !"

Blancpoil n'était pas certain de s'être bien fait comprendre, mais il avait au moins mis la griffe sur ce qui le différenciait des autres mutants a l'apparence animale. Et il était fier de cette différence, même si les autres n'arrivaient pas a en saisir toutes les subtilités. Ce petit discours l'amena d'ailleurs sur la nouvelle, sur laquelle il se reporta.

"Pis faut pas croire qu'ils sont si nuls que ça. Y'a plein d'humains qui sont sympas, ici, et qui sont vachement forts. Y'a euh... bah y'a Alex, y'a aussi Mbabarou qui est super gentille. Pis y'a Jane aussi, et plein d'autres ! Je te les montrerais avant de partir si tu veux. J'espère que tu pourras voir grand-mère Lily-Rose aussi.

Il y avait surement plein de trucs a voir et a faire dans ce terrier. Mais tout aussi naïf qu'il était, le louveteau espérait que le fait d’énoncer simplement quelques noms piquerait la curiosité de la nouvelle et l'inciterait a rester encore un peu. C'était peut-être malvenu de la part de quelqu'un sur le départ, mais il n'avait pas envie de dégoutter les autres qui pourraient surement bien se sentir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jahwa.deviantart.com
Alexander Conowell

avatar

Messages : 1343
Taille : 1m65
Poids : 58 Kg

Feuille de personnage
Réputation:
8/15  (8/15)
Connotation: Discrétion assurée
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Jeu 10 Oct - 17:45

Si les paroles d'Athenodora pouvaient être blessantes en leur renvoyant à la figure la terrible vérité, Alexander n'en laissa rien paraître. Pragmatique, l'asiatique ne considérait pas que sacrifier sa propre vie sans aucune chance d'en sauver d'autre était quelque chose d'utile, et que cela tenait davantage du suicide que de l'héroïsme. Tenter de récupérer les derniers mutants de Khane alors que le portail allait être détruit dans la minute, c'était malheureusement être d'un optimisme particulièrement dangereux.

Au moins, Blancpoil semblait rassuré sur son futur proche. Bien sûr, Dreams espérait grandement que le louveteau ne se décide pas à retourner parmi ceux qu'il croyait être les siens, mais chacun était libre de ses choix, que d'autres les jugent bons ou mauvais.

Pedro quant à lui n'avait pas apprécié du tout le remarque et le tempérament électrique du garçon reprit rapidement le dessus. Il répondit vivement à la notion de famille abordée par l'Allemande. Si d'extérieur, la vision des liens les unissant n'était pas reluisante, le Colombien les défendait avec hargne. Sur ce point, Alexander ne pouvait malheureusement que l'appuyer mentalement. Lui-même n'avait jamais eu beaucoup de chance dans ses relations avec d'autres personnes dans son ancienne vie, que ce soit sur le plan de la famille ou des amis.

Le garçon alla même jusqu'à critiquer la vision idéalisée de la meute que Blancpoil avait. C'était dans le fond assez normal comme façon d'être et de penser. Même si on avait beaucoup de choses à reprocher à son propre groupe, il paraissait généralement tout de même plus légitime que certains autres. Mais là où Alex fut surpris, c'est lorsqu'un doigt accusateur fut lancé dans sa direction. Il ne lui semblait pas avoir dit quelque chose qui puisse froisser Pedro, aussi écouta-t-il intrigué ce qui ne vint pas. S'était-il rendu compte qu'il n'avait rien à lui lancer, ou s'était-il juste calmé au moment de lui dire ses quatre vérités ? Quoiqu'il en soit, l'animorphe alla s'asseoir à une autre table en leur tournant le dos. Blancpoil tenta alors de montrer qu'il ne faisait pas d'amalgames.

Alexander se leva alors doucement, sans un mot et porta sa tasse à l'évier. Il avait repris des forces et avant d'aller dormir, il pourrait peut être démarrer la restauration de l'intérieur au moins.

- " Je vais chercher Malo. Je suis sûr qu'il mettra du coeur à l'ouvrage pour m'aider à ranger la pièce. ", la cuisine était une pièce qu'il appréciait...

Le Breton serait-il toujours devant la chambre de Clara ? Que ce soit le cas ou non, il devait de toute façon lui parler de la situation de Blancpoil.

Il se tourna vers l'Allemande :

- " Puis lorsque tu le souhaiteras, je te montrerai une chambre où t'installer. Enfin, si tu le souhaites toujours. " proposa-t-il dans un léger sourire.

Alex jeta un dernier regard sur Pedro puis un sourire vers le louveteau et sortit.

Arrow chambres

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Dim 13 Oct - 21:32

Le calme, avant la tempête disait-on… Visiblement, Athenodora avait mise en branle les puissances tempétueuses de Graymalkin en affichant ouvertement son ressenti vis-)-vis du comportement délateur de Pedro le séducteur des cours de récréation, lorsque celui-ci avait parlé de son camarade x-men aux yeux légèrement bridés.. Toutefois, elle ne lui en tint pas la moindre rigueur et se refusa même à lui rétorquer quoi que ce soit en guise de réponse, tandis qu’elle affichait un certain désintéressement tout en portant sa tasse de café à ses lèvres. Après tout, ce n’était pas comme si elle avait été blessé par l’agressivité soudaine du jeune homme et la jeune allemande n’était pas du genre à se voir offusquée par les propos désobligeant de ce qui n’était finalement rien de plus qu’un étranger à ses yeux.

Mais en dépit de son absence de retour verbal et d’un sentiment qui pouvait sans doute paraître quelque peu dédaigneux à l’encontre de Pedro, un sourire discret se dessina sur ses lèvres dissimulée en grande partie par sa tasse. Voilà qui était intéressant, songea-t-elle alors dans une pensée vagabonde… Il pouvait dire du mal de ses camarades, mais il ne supportait pas que une inconnue en fasse de même. Lui qui avait l’air de critiquer vertement le désir du louveteau de retourner dans sa meute,, ne voilà-t-il pas qu’il se comportait justement comme étant lui-même membre d’une meute ? Protecteur, prêt à mordre et à griffer le premier qui oserait s’en prendre à ses amis, d’une manière ou d’une autre… Etait-ce uniquement son tempérament latin qui l’obligeait à se comporter comme un macho complet, ou bien n’assumait-il pas le fait d’apprécier ouvertement les résidents de Graymalkin ? La, était sans doute la question ma foi…

Quoi qu’il en soit, Pedro se détourna très rapidement de Athenodora, préférant fouiller dans les différents placards de la cuisine afin de chercher apparemment de la nourriture. Sans doute, pour calmer ses nerfs, s’imagina la jeune femme. Quoi qu’il en soit, la mutante en avait appris un peu plus sur Alexander à travers les réponses de Pedro. Le pouvoir de celui qui discutait avec le louveteau était visiblement d’endormir les gens, ce qui en soit était plus ou moins le pouvoir de tous politiciens digne de ce nom. Dans une pensée aussi amusée que pragmatique, Athenodora se dit que ce pouvoir lui serait bien utile dans son domaine d’activité, bien plus que son propre pouvoir qu’elle considérait plus sûrement comme un à-côté que comme une véritable part d’elle-même. Mais à sa décharge, la berlinoise ne s’était jamais considérée à travers son pouvoir mais uniquement à travers sa condition d’être humain même si, elle en avait bien conscience en dépit de ce qu’elle pouvait en laisser transparaître, ce n’était peut-être pas son aspect le plus reluisant.

Sa franchise avait toutefois eu comme effet de poser les choses, une brèche dans laquelle le louveteau s’engouffra sans la moindre hésitation en disant à Pedro ce qu’il pensait de lui et d’un autre de ses camarades sur lequel Athenodora ne pouvait pas mettre un visage. Quelque part, elle se sentait comme empli d’une certaine forme de fierté. Après tout, les petites piques, les attaques mesquines et déguisées, cela ne pouvait fonctionner qu’un temps. Au bout du compte, cela empoisonnait plus sûrement l’ambiance générale qu’une bonne et franche vérité, fut-elle parfois assez douloureuse.

A contrario, le louveteau expliqua à la jeune femme, exemple à l’appui en citant les noms de certains des résidents de Graymalkin, que tous le monde n’était pas comme Pedro en ce lieu désormais devenu terriblement inhospitalité. Il lui proposa d’ailleurs de lui en présenter certains d’entres eux dans une candeur innocente à l’occasion, ainsi que une fameuse grand-mère Lily-Rose.

‘’Amusant…’’

Dit Athenodora dans un murmure bref. Un loup qui voulait présenter une mère-grand au lieu de la dévorer, voilà qui était décidément bien ironique lorsque l’on y songeait. Ceci étant dit, laisser une vieille croulante s’occuper de mutants aux rapports sociaux difficiles pour certains, c’était un peu comme pousser la pauvre femme dans sa tombe avant l’heure selon la jeune femme. Cependant, le louveteau lui paraissait plutôt gentil et baissant légèrement sa tasse de café elle tourna son regard en direction de ce dernier et lui répondit dans un large sourire qu’elle voulu accueillant :

‘’Je serais ravie que tu me présente à tes amis, jeune loup et également à grand-mère Lily-Rose. Mais tu ne pense pas qu’ils vont tous avoir de la peine, si tu retourne chez toi pour toujours ? On dirait aussi que tu l’aimes beaucoup cette grand-mère Lily-Rose, n’est-ce pas ?‘’

Dans l’esprit de la mutante, Lily-Rose était exactement ce que lui avait décrit le louveteau, une vieille femme traînant la patte comme toute grand-mère qui se respectait, assurément. L’idée qu’elle puisse être une très vieille mutante ne lui effleura d’ailleurs pas un seul instant l’esprit car, après tout, on avait encore jamais vu de ‘’vieux ‘’ mutant jusqu’ici… Pas à sa connaissance en tous cas. De son côté, Alexander était apparemment désireux de quitter la pièce afin d’aller rejoindre un autre de ses camarades afin de, si elle comprenait bien, ranger la cuisine. Vu l’état de la propriété ranger la cuisine n’était peut-être pas la plus importante des priorités, mais après tout… Chacun voyait midi à sa porte, comme on disait en Europe. A la proposition que lui adressa Alexander, Athenodora lui répondit négligemment :

‘’Prends ton temps, je ne suis pas pressée… Tu me montreras ou dormir quand tu en auras le temps, je peux bien attendre encore un peu après tout.’’

Puis, elle replongea son nez dans sa tasse de café, tout en jetant un bref regard en biais à Pedro qui avait sombré dans un silence solitaire après avoir éclater comme un ballon de baudruche. Allez savoir, s’il n’allait pas lui faire la tête durant tout son séjour parmi eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   Mar 15 Oct - 12:36

Pedro aurait déjà voulu passer à autre chose. Il avait poussé sa gueulante, rappelé à ceux qui crachaient dans la soupe que rien ne les retenait. Pourtant, quelque chose lui fit mal. Non pas la relative absence de réaction d'Athenodora mais plutôt les mots de Blancpoil, lorsqu'il entendit sa voix, si douce habituellement, qui était assez véhémente à son encontre. Le louveteau défendait son point de vue, ce qui était normal, mais il dut préciser qu'il n'aimait pas le colombien. Celui-ci eut un pincement au cœur. Malgré toutes les tensions dans le groupe, Pedro avait toujours une grande estime et une profonde affection pour chacun des mutants du groupe. Même pour Jane et Dakota...

Il lâcha sa galette de riz, pourtant généreusement tartinée de beurre de cacahuète, et il se tourna tristement vers Blancpoil. S'il avait ressenti de la peine aux mots du lupin, il était hors-de-question de lui en faire part.

- Tu penses ce que tu veux. Mais je ne crois que ce que je vois.


Pedro avait du mal à imaginer que la vie des loups à l'état sauvage ne correspondait pas aux observations qui en avait été faite. Blancpoil n'était pas un loup. Ainsi, il percevait peut-être les choses différemment et ne captait pas les liens de force qui unissaient la meute. Ou bien, c'est lui qui avait raison. Même s'il était d'un tempérament candide, Blancpoil n'en restait pas moins lucide pour autant. Il avait déjà prouvé qu'il avait de la jugeote. Certainement plus que lui-même dut reconnaître Pedro. Alors, quand le louveteau fit sa proposition, l'animorphe sauta sur l'occasion, sans même chercher à savoir s'il s'agissait d'une moqurie.

- Entendu ! Si tu repars en Alaska, je t'accompagne et je reste suffisamment de temps pour que tu me persuades.

Puis Blancpoil se tourna vers Athenodora. Pedro se désintéressa de la suite de la conversation et mordit dans une galette. Un sourire apparut sur son visage. Les csatars pouvaient bien revenir, il était gonflé à bloc...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 02.04/05.L.Un fantasme réalisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
02.04/05.L.Un fantasme réalisé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02.04/05.L.Un fantasme réalisé
» ventes réalisées et dettes en cours
» L’amour n’est rien d’autre qu’un fantasme.
» Les dúnedain
» Rice note les progrès "remarquables" réalisés par

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Héritage :: Graymalkin Industries :: Premier étage :: Cuisines-
Sauter vers: