Jeu de rôle par forum dans un univers futuriste et alternatif des X-Men.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork

Aller en bas 
AuteurMessage
Ryoichi Kinami

Ryoichi Kinami

Messages : 2375
Taille : 1m72
Poids : 69

Feuille de personnage
Réputation:
Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork Trai7/15Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork Trai  (7/15)
Connotation: Mauvais garçon
Nota Bene:

Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork Empty
MessageSujet: Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork   Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork EmptyVen 25 Mai - 16:29

J'espère que ma non-aptitude en français ne gâchera pas le plaisir des lecteurs.
J'ai fais sa en 2005-2006 et je trouve toujours des fautes, ou de meilleurs formules dans certaines phrases :p

Bonne lecture Smile


_________________


Dans la pénombre d’un monde en furie, Grombarg regardait l’horizon.
Il se savait être un nob Ork puissant et fort, et il n’y avait rien de plus important pour lui :  « SI !!! Y’a une gross’ baston ké aussi bon ! » pensa t’il.

Mesurant pas loin de 2 fois la taille d’un homme et faisant 4 fois leur poids en muscle, il se sentait invulnérable. Son corps est couvert de cicatrices de batailles anciennes et récentes, et son bras cybernétique pouvait broyer chair et os avec une égale facilité.
Son armure se composait de pièce récupérées sur les cadavres de ces ennemis : ici une épaulière de garde impériale, divers morceaux assemblés d’armures carapaces, de gilets part-balles standard impérial ou de simples plaques de métal couvraient le corps massif de l’Ork. On pouvait même voir l’aigle impériale d’un plastron de Space-Marine.
Son flingu’ et une sorte d’immense hachoir pendaient de chaque côté de la créature verte.

Tout en regardant son arme à feu le Nob se mit à ricaner : « Font moins les malins les zoms depuis que le mécano il m’a r’filé ses balles Dum-Dum. Y’ peuvent toujours s’planquer derrière des palissades ou s’blinder mieux kun gargant sa sert pus à k’dalle. »
L’Ork continua a ruminer ses pensés avant de se tourner vers les tranché de son camp à lui et à ses Boyz : « L’a pas était facile à convaink’ le mécano . »
En faite le dit mécano avait toujours refusé de donner ses Dum-Dum ,qu’il chérissait comme des reliques, jusqu’à ce que Grombarg lui donne son argument ultime : son pied botté de fer sur sa tête « C’est dingu’ comm la perssuazion Ork k’c’est la meilleur…mais c’est parc’kon est les plus fort, c’est normal »

Alors qu’il retournait une demi-seconde toute la philosophie de sa dernière pensé (temps record chez un Ork!) il commença à s’énerver en entendant le bruit de bagarre devant lui.
Il entra dans un Bunker déjà couvert par tout un tas de graffitis et d’inscriptions Orks, et regarda en soupirant le chaos qui régnait à l’intérieur : une masse mouvante de chair verdâtre d'où fusaient des jurons était la seule chose notable. De temps en temps on observé un poing ou un pied sortir de la masse pour foncer vers une tête Ork histoire de la délester d’un max de dents . Les Gretchins participaient comme ils pouvaient en mordant a l’occasion un pied, un bras ou une oreille qui traînait à porté de leurs canines… si possible leurs cibles n’étaient plus trop actives et SURTOUT PAS réactives.
Grombarg secoua la tête d’un air désolé : « c’est r’parti » se dit il. Alors qu’un Ork s’était extrait de la mêlée pour pouvoir mieux y re-rentrer, le Nob l’attrapa par le revers de son gilet pare-balle et lui décolla un coup de boule : « HE !! HO !!! CALMOS LA-D’DANS !!!! » L’Ork à la tête aplatie servi encore à Grombarg pour calmer un Ork un peu dur de la feuille… se qui aplati un peu plus la première tête et en créa une autre tout aussi plate.
Les poings et les pieds étaient maintenant suspendus en l’air et toutes les têtes étaient tournées vers lui.
Le gros Ork se dirigea vers une meurtrière qui faisait face au front et désigna d’une griffe sale le front ennemi « c’est cont’eux ki fo s’battr. Et pas ent’ vous !!!! »
Un des Ork commença a se plaindre « Ouais, mais chef, les Zoms en face y sont pas tous normaux…Y’a des Boyz-Marines tout blindé là-bas, on peut même pas y planter un kroc…En plus y sont tout rouge, sa fait ki sont pluss rapide »
Le courageux Ork fut récompensé par une torgnolle qui lui décolla (presque) littéralement la tête « T’as k’de la cervelle de Gretchin ou koi !!!! Y’as k’des lavettes des Kult’ D’la vitesse pour croire sa. T’es un vrai Ork toi ? Oui ou non !? Alors utilise ton Kikoup’ ou ton flingu’. Une bonne bastos dans la tronche, et HOP ! Y’en a pus d’Boyz-marine. »
Un autre Ork osa prendre aussi la parole « ouais Chef, mais y’a le plan Chef ». Son courage diminua aussi vite que grimpa son trouille-Ô-mètre
« Parc’qu’y’en a d’aut’ qu’moi ki font des plans maintenant ???!!!! » L’Ork présomptueux se fit (complètement cette fois) littéralement écrabouiller la tête.
Un haut de tête et 2 yeux apparurent au sommet des Orks toujours en tas « j’crois ki voulait dire les kartes Chef… » La tête disparu.
En effet sur un coin de mur un morceau de papier traînait. Le Nob le pris entre ses grosses pattes griffus et commença à le lire.
Tout les Orks de la salles retinrent leur souffle en regardant la tête du Chef : visage féroce… expression féroce… regard vide… le Chef étant revenu à une humeur normale les peaux vertes commencèrent à se dés-amasser discrètement.

Sur le papier les positions Orks et impériales étaient représentées : des tâches vertes pour les Orks et d’autres blanches pour les bunkers ennemis. Des petites croix bordées aussi les lignes Impériales avec une petites annotation qui disait : « Koin Kraignoss! ».
Vu que le concepteur de la carte devait sûrement être déjà mort, l’Ork ne pouvait pas savoir pourquoi il devait ce méfier des petites croix.
Grombarg regarda le tout et laissa son cerveau faire le point : « j’ai un plan » dit simplement le Nob . Puis il sorti, se rendant vers une ligne de bunkers plus à l’est.



_________________




Un Ork montait la garde devant un bunker… et il s’ennuyait ferme. Le bunker, contrairement à celui des Boys de Grombarg avait pris pas mal de coup avant d’être enlevé aux impériaux et son sas, arraché, avait était remplacé par des planches clouées entre elles, tirés d’on ne sais où.
L’Ork ne savait pas pourquoi il devait monter la garde…mais le Chef l’avait dit, et vu qu’il était plus gros que lui…

Alors qu’il se demandé combien de temps il allait encore resté ici il vit arriver Grombarg…
Lui et ses potes Boyz étaient de la bande à Galborg et comme tout Ork sensé voyant un Ork d’une bande rivale, il lui lança une petite vanne : « Alors Grombarg, té v’nu voir a koi sa r’semble un vrai Ork, Urgh! Urgh! Urgh!… »
Dommage…
Il avait aussi oublié que tout Ork sensé ne cherché pas noise à plus gros Ork que lui…

…Ses camarades en eurent aussi un rappel en le voyant traverser la « porte » et atterrir telle l‘enclume lancée en phase de piqué Stucka: très mal.
Ils avaient tous levés leurs armes alors que Grombarg passé la porte : « Savez plus faire des sentinelles a c’que j’vois…sa m’étonne pas kan j’vous r’garde »
Un Ork au moins aussi gros que lui se leva et commença éructer : « Dis donc Grombarg, nous au moins on est pas une bande de Zoms pour pas être capable d’envoyer un Ork plus loin que sa en lui donnant un coup de boule. »
En voyant son rivale froncer les sourcils Galborg s’attendit à ce qu’il lui saute à la gorge.
En faite, Grombarg avait vu rouge de s’être fait insulter deux fois et il en avait perdu son idée (une vrai en plus!).
Il faisait un effort de concentration extrême pour s’en souvenir : « t’as de la chance parc’qu’ ch’ui en mission…C’est l’Big Boss qui m’envoit. »
A la grande satisfaction de Gombarg, Galborg sembla impressionné : « le Big Boss…T’ve dire le Big Boss …?? »
« Ouais, le Big Boss… LE Big Boss… L’plus grand, l’plus gros , l’plus fort : Gazgull Uruk Traka »
Galborg avait les sourcils haut sur son crâne : « Ouais lui même. Et y m’a dit de te r’filer une mission…Il a un plan le Big Boss »
Grombarg montra le plan qu’il avait apporté avec lui…Une petite différence y avait était apporté : un trou au niveau d’un tas de petites croix. Mais Galborg n’y préta pas attention…s’était un plan Ork après tout.
L’Ork reprit la parole : « Le Big Boss a dit qu’tu dois t’dékaler sur ton flan là… vers la gauche tu balances plein de grenades à fumée pour pas que les Zoms te voient arriver, et après tu charges tout droit sur les Zoms et tu les tues tous »
Le Nob eu tout à coup une inspiration : « C’est une attak de flan qu’il a dit le Big Boss ».
Golbarg sourit : « J’aime bien les attaks de mon flan : sa met tout droit sur les Zoms et la baston. Et c’est tout ? »
« Ouais…NON !!! »
Galborg regarda l’autre Nob qui remettait tranquillement son plan dans une de ces poches «Alors comme sa j’ai une bande de Zoms !!??» 

Grombarg avait mal à la mâchoire et une de ses oreilles était un peu plus arraché, mais il était satisfait, car il avait une des dents de son adversaires. Dix minutes et un coup de poing plus tard et le calme revenu dans son bunker, il hurla « Préparez vous car on va s’bastonner les Boyz »
« WAAAAAAAGGGGGHHH !!!!!!! »



_________________




Le "hasard" (Urgh! Urgh! Urgh!) voulu que le décalage de « l’attaque de flan » de Galborg le mène lui et ses Boyz juste devant le bunker de Grombarg. Ce dernier le regarda charger de sa tranché, tout ces Boyz à ses côtés. Lorsque son adversaire arriva sur les « petites croix du plan » Grombarg se dit que les Orks de Galborg volaient pas si mal : la bande en plein assaut venait de tomber sur un champs de mines.
Grombarg sourit en voyant son adversaire disparaître dans la fumée de ses fumigènes : « C’est vrai qu’on ai vraiment trop intelligent nous les Orks Urgh! Urgh! Urgh!» pensa sournoisement le Nob.
Il se tourna vers son nouveau mécano qui portait des jumelles qui permettaient de voir a travers la fumée « Kek’tu vois ? »
« Les Boyz de Galborg Chef…Y’en a pu bocoup…Y sont arriver au contact…
OH la la! Kess K’il leurs mettent !!! » Ricana le mécano
« KOI !! T’as dis k’y’en avait pu bocoup !! »
« Ouais, Chef…C’est les Zoms tout Tankés qu’il leur en mettent plein dans le groin »
« Les Boyz-Marines » Pensa le Nob « Pu d’mines… » se dit il « …donc… »
« ON Y VAS » Hurla t’il en sautant hors de sa tranché.

Le no-man’s-land qui s’étendait jusqu’au lignes impériales résonna du bruit furieux des bottes des Orks. Quelques Orks distrais ou trop impliqués dans leur soif de combat, sautèrent sur des mines, sur les bords de la trace dégagé par Galborg.
Alors que les Orks sortaient de la fumée les derniers membres de la précédente bande ce faisaient exterminer.
Ils se lancèrent à l’assaut en lançant leur cri de guerre séculaire : « WAAAAAAAGGGGGHHH !!!!! »
Seule une poignée d’Impériaux virent tout de suite la nouvelle vague arriver, et sur cette poignée une petites partie réagit avec la promptitude nécessaire.
Grombarg regarda les restes de la ligne Impérial en constatant que le peu d’Ork de la vague précédente avaient fait des ravage au corps à corps.
Ils se dirigeait vers les servant d’un canon laser qui étaient en train de recharger lorsque sa bande hurlante avait était repérée. Il se demandait si il allait y arriver avant qu’il ait fini de recharger.
15m, les servants le regardaient arriver éberlués. 10m ils réagissaient finalement. 8m ils mettaient en place le cristal énergétique dans le chambre du chargeur, Grombarg se mit à sprinter comme jamais. 5m les servants refermèrent la chambre de chargement, Grombarg sauta en l’air de toute la puissance de ses lourdes jambe. 1 seconde plus tard les servants appuyèrent sur le bouton d’armement du canon laser.
Une ombre passa devant le soleil : « TROP TAAAAAAAAARRD !!!!! » hurla joyeusement le Nob qui coupa presque en deux le tireur de son Kikoup. Le malheureux Impérial ne s’ennuya pas trop longtemps dans l’au-delà car son servant le rejoignit bien vite.
La bande directement arriver au contact avec des pertes négligeables en fini bien vite avec les Impériaux malgré la présence de plusieurs Space-Wolf en épaulières rouges.



_________________




Une heure plus tard Grombarg plantait son KiKoup dans le dernier Impérial dans un cris de victoire.
Le corps ensanglanté par le sang de ces ennemis il regarda par delà la ligne de bunker qu’il venait de prendre. Une autre ligne Impériale attendait, d’autres combats en perspective.
Grombarg se retourna en criant « Alors les Boyz, cé qui l’plu f… !? » la fin resta coincée dans la gorge du Nob.
Il contempla sa bande d’un air dégoûté. Il était sur que les humains n’avaient pas se genre de soucis…


Quelque part sur une planète ravagé par la guerre, un Ork exaspéré se dirigeait sur une masse de poings et de pieds en lutte. Et en jouant de l’autorité de son front, il hurlait : « HE !! HO !!! CALMOS LA-D’DANS !!!! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Warhammer 40.000. Une histoire d'Ork
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shogun2 breve histoire féodale du japon nlle version
» Histoire en litographie...
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» AGATE ♣ L'histoire d'une vie, l'histoire d'une envie.
» Partie de Warhammer 40k ou d'apo le 1er Juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Héritage :: Entre deux posts :: Le QG des artistes :: Divers-
Sauter vers: