Jeu de rôle par forum dans un univers futuriste et alternatif des X-Men.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elisha Logan

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Elisha Logan   Mer 23 Mai - 1:53

Fiche numéro XW-033

Nom : Logan

Prénom : Elisha

Nom de code : Helly (on peut aussi la surnommer Hellish’, ça passe)

Date de naissance : 18/11/2023

Âge : 21 ans (nous sommes en 2045)

Lieu de naissance : Calcutta (Inde)

Nationalité(s) : Indienne – Visa américain en cours d’obtention

Taille : 1m65

Poids : 53 kgs

Langues parlées : Anglais

Pouvoir : Donner vie à ses dessins

Elisha a la capacité de matérialiser concrètement un objet dessiné sur une surface quelconque.
Si elle dessine une canette de soda, elle peut la matérialiser, la canette sera pleine.
Si elle dessine une porte sur un mur, la porte apparaîtra véritablement, même si le mur ne comportait aucune ouverture.
Une fois le dessin extrait de sa surface d’origine, la surface redevient dans l’état où elle était avant le dessin.

Quelques limites toutefois :

- Elle ne peut pas faire apparaître d’être vivant, humain, animal ou végétal (raté pour l’apparition d’herbe folle à volonté donc)
- Le produit du dessin a une durée d’existence limitée dans le temps, durée proportionnelle au talent déployé lors du dessin : un objet dessiné sommairement durera vachement moins longtemps que s’il était dessiné avec un grand soin.
- Il y a aussi un temps limite entre le moment du dessin et celui de la matérialisation : moins c’est frais, plus ça a de chances de rater.
- Si on lui demande de dessiner quelque chose, il y a de bonnes chances que l’objet ne remplissent pas les fonctions que l’on attend de lui. Puisqu’elle dessine avec son propre a priori sur les objets… Imaginons que vous lui demandiez une bouteille en verre, sans plus de précisions, elle vous donnera à la sortie une bouteille d’une forme et d’une couleur qui correspond à SA vision des bouteilles, pas forcément à la vôtre. Et je vous laisse imaginer si vous lui demandez un sceau (seau), un verre (ver), une grenade (fruit) et autres homonymes qui conduisent à des résultats improbables et inattendus…

Savoirs particuliers :
  • Peinture – Théorie / pratique
  • Mécanique auto / Tuning
  • Musique – Théorie / pratique

Sport(s) pratiqué(s) :
  • Batterie (musique)
  • Graffiti sauvage
  • Tuning

Description physique :

D’une silhouette plutôt petite mais équitablement proportionnée, Elisha a un physique d’européenne type. Un petit corps certes, mais plutôt à son avantage, Dame Nature l’ayant assez bien dotée ; en clair, elle est loin d’être une planche de surf. Plutôt fine, voire un rien athlétique, et des formes toutes en courbes généreuses, voila qui définit l’ensemble de l’allure de la jeune indo-canadienne.

Par un grand mystère de la vie, Elisha a bien du mal à bronzer sans brûler, elle a donc le teint de peau plutôt clair en toutes saisons, ce qui contraste assez nettement avec ses cheveux noirs de jais. Encadrés de noir d’ébène, son visage aux angles arrondis laisse transparaître son côté décidée et volontaire. Le haut de ses joues présente un petit arrondi qui la fait paraître plus jeune qu’elle ne l’est, d’ailleurs elle n’aime pas trop ça. Le reste du visage d’Elisha continue d’évoquer la finesse et la grâce, comme ses petites lèvres ou son nez ultrafin. Le plus beau reste malgré tout une paire d’yeux couleur océan souvent soulignée d'un épais trait de khôl.

En outre, la jeune femme se distingue beaucoup plus spécifiquement par les nombreux ornements dont son corps est pourvu. Elle est en effet 7 fois piercée, des oreilles au nombril en passant par le nez, et également 5 fois tatouée. Chaque tatouage a été dessiné de sa plume puis réalisé par sa moman et elle. Si on les prend par ordre d’encrage, elle porte une croix gothique sur la nuque, un crâne style oldschool entouré de fleurs sur le haut de la poitrine, une paire d’ailes sur le haut du dos, un motif d’inspiration gamble sur le bras gauche et une manchette intégrale style punk-rock au bras droit.

Côté vestimentaire enfin, Elisha alterne sa garde-robe, entre tenues de skate des plus « urbans » le plus souvent, et parfois quelques fringues plutôt dans le style glam-rock. Elle apprécie et porte les deux genres, tout dépendant de l’humeur ou de ses activités ; quand il s’agit de sortir, elle opte plutôt pour le côté classe des habits étudiés dans le style glam, et dans la vie de tous les jours, un baggy et un t-shirt suffisent amplement. Enfin, quand elle exerce son art, qui est connu pour être salissant (le graph’ donc), elle ne met parfois que son soutif’ en guise de top.

Caractère :

Pour décrire le caractère d’Elisha en une phrase : elle est le mélange parfait de ses 2 nationalités : le froid et le côté rigoriste de l’Amérique, la douceur et la simplicité de l’Inde. Ou encore, un bon fond mais une méchante surface, très corrosive.

De prime abord, pour qui fait sa connaissance, Hellish' aura toutes les chances de ressembler un gros monolithe fraîchement décroché d’une calotte glaciaire du grand nord, un iceberg en somme. Il est aisé de constater que faire des grands sourires et des tapes dans le dos aux premiers venus, c’est vraiment mais vraiment pas son truc. Au plus, elle gratifiera les nouvelles têtes d’un Bonjour poli, mais froid comme le métal d’un couteau au fil bien affûté. Sans compter ces grands yeux de glace, digne d'un scanner à embrouilles, qui a tôt fait d'analyser chaque chose visible… Bref, Elisha n’est pas du genre à mettre tout de suite les gens à l’aise, cela serait même plutôt le contraire. Comme pour une noix de coco, il faut casser la coquille pour parvenir à goûter à la douceur du fruit caché à l’intérieur.

Car à l’intérieur, il y a un être au cœur tout mou, et prompt à manifester une certaine complicité. Pour qui la connaît un peu mieux, Elisha c’est en effet une sensibilité rare, une délicatesse de l’esprit et du cœur en toutes circonstances. Autant dire que pour gagner son amitié, la route est longue et semée d’embûches, mais à la sortie la patience de cet exercice est largement récompensée. De nature assez généreuse, facilement câline quand on sait s’y prendre, Elisha saura également prêter une oreille attentive à son proche entourage, même si ce n’est pas fondamentalement son truc. Sous la carapace de glace, un cœur chaud et tout en délicatesse, en somme.
Sentimentalement, cette jeune fille a toujours été plus ou moins isolée, socialement parlant. Elle n'a jamais vécu que dans des cocons, d'abord celui tissé par sa maman puis à présent dans celui de son papa. Sa nature peu sociable, voire misanthrope, a en effet tendance à l'éloigner des gens de son âge, et elle préfèrera souvent passer une soirée seule à dessiner plutôt qu'à sortir pour se mêler à la foule et y faire des rencontre. Son autonomie est finalement son point faible, puisque cette indépendance la rend solitaire. Elisha se soigne cependant via la musique, et son groupe de trance-métal, s'obligeant à participer aux concerts du trio pour voir un peu l'extérieur de son appartement, une fois de temps en temps. Amoureusement, c'est le néant absolu : malgré son physique pas vilain, elle n'a jamais eu de petit-ami. Elle n'en voulait pas tout simplement, mais ce choix tend à évoluer depuis son installation aux States, mais rien ne s'est encore produit dans ce sens. Malgré son côté "forte en gueule", elle osera difficilement faire le premier pas...

Il est également à noter son côté "artiste", très prononcé. Elisha est capable de vivre son art, d’être habitée, comme le sont les artistes inspirés et qui ont cette graine de talent, de génie et d’audace que peu de leurs contemporains ont. Il suffit de lui mettre à disposition les éléments suivants : de la peinture en spray et un mur vierge, ou à défaut une feuille blanche et un sachet de feutres épais, et le résultat sera souvent à couper le souffle. La même chose se produit dès qu'elle passe derrière sa batterie, elle aura tendance à surprendre par sa dextérité et son jeu à la fois technique et intuitif.

Par ailleurs, il est à noter qu'elle est d'une obstination rare, plus têtue qu'une bourrique. Quand cette fille a une idée en tête, elle ne l’a pas ailleurs. C’est véritablement une grande bornée qui serait capable d’enfoncer des murs avec son crâne, pour peu qu’elle l’ait décidé. Ajouté à cela, son goût des défis, un sens prononcé de la compétition, qui donnent au final une petite personne aisément qualifiable de chieuse. Le fait est que, à force de fréquenter son père qui est loin d’être le modèle paternel que l’on est endroit d’attendre, elle a fini par développer cet esprit de défi permanent, un sens très masculin de la lutte sociale en quelque sorte. Aussi elle passera facilement pour un garçon manqué à cause de ses manières rudes, de son je-m’en-foutisme chronique ou de sa façon d’envoyer balader les gens avec une prose digne des meilleurs poètes contemporains de banlieue.

Bien sûr, malgré ces apparences qui joueront souvent contre elle, Elisha Logan reste une âme charitable, plutôt gentille et généreuse, si on lui laisse le temps de se montrer sous son meilleur jour. L'impulsivité et la verve insolente laisseront alors place à une certaine maturité de cœur et d'esprit et à un esprit d'entraide très développé.

Historique :

Comme le laisse entendre son passeport, Elisha est née dans un hôpital de Calcutta, Inde, en fin d’année 2023. Le fruit du hasard, l’enfant d’un couple européen né lors d’un voyage d’agrément ? Pas du tout. Le fruit de l’amour libre.
Linda, la maman d’Elisha, anglaise de Manchester expatriée dans ce coin paumé, était alors tatoueuse; enfin elle l’était déjà depuis un moment, elle l’est encore même.
Michael, le papa, était également un expatrié, de Essex, cité ouvrière à l’est de Londres ; Hellish’ ne le saurait que bien plus tard, mais il vivait en Inde à cette époque pour son évidente implication dans la lutte pour les droits des mutants.
Toujours est-il qu’un jour d’hiver 2023, en février, le futur papa décida de se faire tatouer, et que le parfait hasard guida ses pas jusqu’au salon de tatouage de la future maman. Tatouage il y eut, mais pas que… Puisque 9 mois plus tard, Elisha poussa son premier cri.

Linda fut évidemment bien embêtée car le doux fruit de cet amour d’un jour, ce petit rejeton avait bien un papa mais, elle était bien incapable de le retrouver pour lui annoncer fièrement qu’il avait oublié un truc à lui dans le tiroir.

Aussi Elisha grandit, fut éduquée plus que convenablement par la maman esseulée, et développa ses talents surhumains peu après sa puberté. Pour elle, donner vie à ses dessins lui apparut tout d’abord comme quelque chose de bien naturel, que tout le monde peut faire ça. Elle ne comprit que plus tard qu’elle était différente, et que non, tout le monde ne peut pas faire ça. Bien entendu, quand elle s’interrogeait sur l’absence de son papa, elle tentait bien de le faire apparaître de sa feuille de dessin d’enfant, c’était d’ailleurs bien le seul truc qu’elle ne pouvait pas extraire du papier. Du reste, l’ouverture d’esprit des indiens aidant, elle n’eut pas la moindre difficulté d’insertion car dans ce pays, être Mutant a toujours été moins grave que de l’être dans un pays dit civilisé. Au moins pouvait-elle dessiner sans vergogne, et continuer à jouer les magiciennes en faisant sortir tout un tas de loufoqueries de ses feuilles de papier. Quant à son petit pouvoir, elle l’adora dès qu’elle l’eut découvert, et ça n’a pas changé depuis. Avec le temps, il est devenu aussi naturel pour elle de faire apparaître quelque chose que d’aller aux toilettes en cas d’envie pressante… En effet, ce don avait pour effet de flatter son côté tête en l’air : chaque fois qu’elle oubliait quelque chose, elle n’avait qu’à le faire apparaître à l’envi, et c’était réglé. D’où un usage fréquent de cette aptitude.

Quand elle eut atteint l’âge de raison, celui qui arrive après l’âge bête de l’adolescence, Linda lui dévoila ses origines via le récit ci-dessus. Elisha ne fut pas bien choquée d’apprendre qu’elle était le fruit d’un amour fugitif de quelques heures, elle en fut même plutôt ravie, à la surprise de sa génitrice. Déjà à l’époque (15 ans et des brouettes), elle avait le goût de la bohème et cette histoire lui semblait avoir été faite sur mesure pour sa petite personne. Plutôt rêveuse et romantique, elle se plut à demander plus de détails sur cette relation éphémère à sa chère maman, qui ne put que se sentir soulagée de cette curiosité bienveillante. Ainsi, aux récits de sa mère, Elisha se prit à s’imaginer à quoi pouvait bien ressembler ce papa qu’elle n’avait jamais vu, qui ignorait jusqu’à son existence. Linda le décrivait toujours comme un beau jeune homme plein de fougue, au cœur de braise, et Elisha voyait bien dans les brumes obscures du regard de sa maman que ce papa devait être un sacré bonhomme qu’elle regrettait certainement d’avoir laissé filer si facilement.

Le temps et les idées passant dans la tête de linotte de la jeune fille, lorsque pointa l’âge de sa majorité, elle se mit en tête de partir à la recherche de ce papa-surprise, avec le peu d’éléments dont elle disposait pour se faire. Dans sa mansuétude devenue entre-temps légendaire, maman daigna accepter que sa fille chérie, la prunelle de ses yeux, la chair de sa chair, passe un peu de temps à rechercher son géniteur ; aussi elle lui accorda une année pour accomplir sa petite mais pourtant grande quête personnelle.
Ainsi, armée d’une bête facture portant un nom, « Michael Logan », ainsi que d’une reproduction sur papier du tatouage de son père, Elisha se mit en route. Sa première étape fut tout logiquement l’Angleterre où, après un atterrissage à Londres, elle campa une cabine téléphonique, armée d’un botin, et appela tous les Logan de la ville d’Essex et des districts alentours. A chaque fois, ce fut le même rituel d’interrogations : « C’est ici que vit Michael ? ». Après moult réponses négatives, elle finit par appeler une certaine Kate Logan, qui lui assura avoir un fils prénommé Michael, et qu’il était bien tatoué au bras. Ni une ni deux, Elisha se rendit au domicile de la dame, un vieil appartement d’une banlieue à moitié bouffée par la pauvreté et la misère humaine – elle qui arrivait d’Inde ne fut donc pas dépaysée. Madame Logan lui ouvrit donc sa porte, et au fil de la longue conversation qui suivit, entre deux tasses de thé et pas mal de clopes, Hellish’ finit par être convaincue qu’elle parlait depuis tout à l’heure avec sa grand-mère paternelle. Lorsque cette dernière demanda : « Mais qui êtes-vous donc, curieuse jeune fille ? », ladite jeune fille répondit avec un naturel inouï : « Oh, certainement votre petite-fille, je crois bien. Enchantée, mamie ! ».
Kate n'en revenait pas, mais une fois le choc de la surprise passé, elle finit par accepter avec joie l’identité d’Elisha. Alors que cette dernière lui expliquait sa quête de papa depuis l’Inde, la grand-mère expliqua finalement que papa Logan avait encore baroudé ces dernières années : Irlande, Ex-USA, Australie, Etats-Unis… Les States où, aux dernières nouvelles, il s’était installé, en Californie précisément. Elisha nota ce point précis, puis passa finalement une nuit chez sa grand-mère biologique avant de reprendre la voie des airs. Tandis que les 2 générations se quittaient sur la palier de l’appartement, l’ainée ne pu s’empêcher de commenter en son for intérieur : « tel père, telle fille, encore une baroudeuse devant l’éternel. »

Elisha atterrit donc à Los Angeles et poursuivit sa quête. Sauf que, au lieu de téléphoner bêtement à tous les Logan du coin, elle utilisa le numéro de portable que sa mamie lui avait confié. Répondeur. Elle laissa un message des plus sibyllins et énigmatiques : « Salut papa Shiva, ta promise Parvâti te fait savoir que ton enfant Ganesh est à ta recherche, et qu’il t’attendra à l’endroit suivant. Bises indiennes. » Elle indiqua le nom d’un café quelconque vers lequel elle se dirigea aussitôt, avec la ferme intention d’attendre jusqu’à ce que son père daigne bien se présenter.
Elle n’attendit qu’une paire d’heures avant qu’un homme n’arrive, un homme dont elle su dès qu’elle le vit que : c’était Lui. La ressemblance avec elle-même, avec la description dressée par sa maman aussi, puis autre chose, une sorte d’appel des gênes qui hurlent : c’est luiii, notre papa ! Elle sourit tandis que l’homme aux cheveux noirs hérissés, l’homme piercé et tatoué s’asseyait à sa table. Après de longs instants d’observation mutuelle, il demanda avant de s’allumer une clope :
« Alors… Tu es Ganesh, si j’ai tout suivi ? »
« Ga-gné, papa Shiva. Enfin, papa Michael. Enfin, papa tout court. Dis, tu m’en files une ? »
Papa Logan tendit son paquet de cigarettes, avec une légère hésitation, vers sa fille.
« Maman Parvâti sait que tu fumes ? »
« Maman Linda le sait, oui. Tu te souviens de maman Linda ? »
Il parut se perdre en réflexions. Pour l’aider, Elisha lui montra son cahier à dessin, la page comprenant la reproduction du tatouage. Puis elle dit d’un ton plus impératif :
« T’as pas chaud papa, avec ce pull ? »
Comprenant le message, il s’exécuta et ôta le vêtement, dévoilant deux surprises aux bras : le tatouage était bien là, traits pour traits, à sa place, mais de l’autre côté du corps, il y avait un bras… Robotique. Une prothèse en fait, destinée à remplacer un membre perdu. Elisha tapota les pièces de métal, siffla, et dit :
« Maman ne m’avait pas parlé de ça. »
« Elle aurait eu du mal, j’ai eu ça bien après la séance de dermographe. »
S’en suivit une longue conversation, où père et fille s’échangèrent le récit de leurs vies, entre bières et cigarettes. Arriva naturellement la question :
« Tu dois savoir que je suis Mutant. Par le plus grand des hasards, as-tu toi aussi un… Truc ? »
Elisha sortit un feutre rouge de sa poche et griffonna rapidement le cahier à dessin. Michael se pencha pour regarder sa fille dessiner un paquet de Marlboro… Et le dessin fini, il eut la surprise de voir Elisha littéralement arracher le dessin de la feuille, matérialisant le paquet avant de le présenter à son géniteur, laissant la feuille du cahier aussi vierge que si elle était neuve. Logan père vérifia, et le paquet était bien plein.
« Mon truc, c’est le dessin, comme tu vois. »
« Pas mal. Le talent de ta mère avec un petit truc en plus. »
Plus tard au fil des discussions, Elisha émit le souhait de rester vivre quelques temps avec son paternel, lequel ne parût pas bien hésitant : « si ta mère est d’accord, pourquoi pas ; attention, je suis un papa bordélique par contre. ». Ce à quoi la jeune fille répondit du tac à tac « bah, il n’y a qu’à le lui demander, prête-moi ton téléphone. ». Elle appela donc en direction de Calcutta, et maman Linda donna téléphoniquement sa bénédiction. Comme elle ne demandait rien, Elisha lui dit tout à coup : « je te passe papa », et les deux adultes furent bien gênés de se retrouver en contact téléphonique, après plus de 18 ans sans s’être revus. Comme son papa semblait bien gêné, Elisha s’éclipsa pour le laisser tranquille ; pas de doute qu’ils durent parler beaucoup et ressasser les bons souvenirs car lorsqu’elle revint demi-heure plus tard, il affichait une mine souriante emplie d’une espèce de paix intérieure, une forme de béatitude peut-être. « Tu vois, elle est d’accord pour que je reste avec toi » dit Elisha, mais elle ne parvint pas à obtenir plus qu’un simple hochement de tête… Il était déjà lui aussi perdu dans les brumes du souvenir des beaux jours passés...

Elisha emménagea donc chez son père, qui vivait dans la banlieue Est de L.A. ; elle s’inscrivit également aux cours de l’école d’art locale, histoire de faire quelque chose ; et le reste de son temps, elle le partagea avec son père et ses cahiers de dessins, parfois également avec les murs du quartier qu’elle rajeunissait à sa façon. Michael lui fit découvrir son monde à lui, comme elle partagea avec lui son monde à elle.
Pour fêter ses 42 ans, elle lui repeint sa voiture overtunée. Pour fêter ses 20 ans, il lui offrit son propre bolide. Une vraie symbiose s’installa donc tout naturellement, comme s’ils étaient faits pour s’entendre. Elisha accorda tout son être au tempo de son paternel, elle apprit à aimer tout ce qu’il aimait, et à détester tout ce qu’il abhorrait. C’est ainsi qu’il l’initia à la batterie, art auquel elle fut vite aussi bonne voire meilleure que lui, et ils ne tardèrent pas à improviser des jams. Elle finit même par rejoindre un groupe, sur les encouragements du "vieux", un petit trio batterie-machines-guitare sans prétentions. Au bout de six mois et quelques de composition puis de répétition intensives, le temps des premiers concerts arrivait.
Elle adorait sa nouvelle vie, et entre deux bouchées de pizza surgelée et de bière bon marché, elle évoquait de façon très nébuleuse l’idée de faire venir sa mère sur place pour reconstituer la famille, et ainsi boucler la boucle. Mais ce doux projet s’avérait compliqué à mettre en place, d’autant qu’Elisha avait déjà fort à faire pour se voir accorder un visa permanent, et ça, elle peinait à le faire apparaître à grands renforts de pouvoir.

C’est avec ce genre de problèmes que la miss déambule désormais sous le timide soleil californien de ce début d’année 2045. Ça pourrait être pire.


Nombre de points initiaux : Pouvoir apparu vers la puberté, elle a 21 piges, disons 8 ans de pratique assidue (genre, trois fois par jour minimum, quand elle est mal lunée). Je dirais que ça vaut 11 points, a priori.



Dernière édition par Elisha Logan le Dim 27 Mai - 1:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Mancini

avatar

Messages : 999
Taille : 1m83
Poids : 72 kg

Feuille de personnage
Réputation:
7/15  (7/15)
Connotation: En muto-ménopause
Nota Bene:

MessageSujet: Re: Elisha Logan   Sam 26 Mai - 19:53

Bonsoir Elisha et bienvenue sur X-Heritage! cheers


Dans l'ensemble ta fiche ne pose pas de problèmes. J'ai juste quelques points à aborder:

- Pour ton pouvoir, il n'y a pas de soucis. Nous essaierons de tenir compte de tes limitations dans la création du diagramme. Celui-ci sera publié sous peu, durant ta mission de contact. Petite note au passage : le pouvoir "création psychique" ne peut désormais plus être pris.

- Pour ton avatar, tu peux garder celui-ci pour le moment mais nous allons en discuter en admin pour savoir si tu peux l'utiliser. Ton dessin est très bien fait mais si nous l'acceptons pour toi et que nous le refusons aux joueurs qui souhaitent un avatar-manga ou un avatar au fusain/sanguine etc, cela nous contrait à porter un jugement personnel, à savoir si tel dessin est assez "beau" ou assez "réaliste" pour être accepté. Comme cela est du ressort de la perception - propre à chacun - et que cela peut être blessant pour les "joueurs aux dessins refoulés", je préférais que tu utilises une photographie. Mais comme nous décidons de cela collégialement, je ne peux pas te donner une réponse définitive tout de suite. Nous t'informerons de notre décision une fois qu'elle sera prise.

- J'aimerais que tu "neutralises" le plus possible ta fiche, dans ton historique et ton caractère notamment, sans faire référence donc au HJ, à ta personne en tant que joueur, au lecteur, ou à des jugements personnels, un peu à la manière d'un article encyclopédique. Nous savons que c'est contraignant et rébarbatif mais pour les fiches, nous souhaitons qu'il y ait une certaine uniformité (ce qui n'exclut pas l'originalité) pour préserver une cohérence d'ensemble. Cette règle n'est bien évidemment pas de mise pour le RP où vous pouvez vous permettre tout l'humour et toutes les tournures de phrases que vous souhaitez!

- Un dernier point et ce sera le dernier pour ma part, j'aimerais savoir si Elisha a déjà eu une relation autre que familiale. Des amis? Un copain, une copine? Si oui, peux-tu l'évoquer dans ton historique?

Un de mes collègues passera éventuellement donner son avis sur ta fiche au besoin mais comme il n'y a pas de soucis majeur, je t'invite d'ors et déjà à débuter ta mission de contact en postant dans "San Francisco" et dans le quartier ou Elisha vit en ce moment. Un MJ viendra alors s'occuper de toi! What a Face

Si tu as des questions, nous restons à ton entière disposition pour y répondre...

...En attendant, je te souhaite bon jeu sur X-heritage! Basketball

_________________


Dernière édition par Lorenzo Mancini le Dim 27 Mai - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Elisha Logan   Dim 27 Mai - 1:38

Nyuh !

Point n°1 : Si mes limitations vous emmer... ennuient, vous pouvez les kicker, no problemo Razz

Point n°2 : Résolu, avatar en pixels kické au profit d'une photographie, selon vos codes. J'en ai quand même sué pour trouver chaussure à mon pied, je tiens à le dire Razz

Point n°3 : Fiche éditée, ça devrait être plus propre à présent.

Point n°4 : J'ai mis en relief le célibat de longue date d'Hellish' dans la partie caractère, qui se prêtait mieux à l'historique. Si besoin j'en remet une couche !

Voili voilou, merci de votre/ton intervention/avis Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisha Logan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elisha Logan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Logan Echolls
» Alice Logan [validée]
» Logan Wright
» Logan(X)
» Brooke Logan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Héritage :: Règlement et Inscription :: Archives-
Sauter vers: