Jeu de rôle par forum dans un univers futuriste et alternatif des X-Men.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Lun 18 Avr - 15:03

Une fois encore, elle était plongée dans un de ses films à l'eau de rose. Le genre comédie romantique, mièvre à souhait. Elle, vêtue d'une longue robe noire, du genre sobre et élégante à la fois. Un espèce de châle de même couleur était posé sur ses genoux, et sur le buffet à côté, il y avait un minuscule sac à main. Le genre super chic. Et dans sa main, une canette de bière. Devant elle, son film. En réalité, elle avait une exposition d'art prévue pour ce soir. Dans deux heures, très précisement. Mieux valait donc être prête à l'avance donc. S'habiller n'était pas spécialement une partie de plaisir pour elle, même si elle s'aidait toujours de ses ombres au final. Après tout, ce serait du gachis ne pas se servir de ses talents lorsque personne ne la voyait.

Et avec du temps libre, autant en profiter. Elle vivait seule dans son petit studio après tout. Le ménage ? Elle n'y pensait pas vraiment. C'était bien sa mère qui venait souvent lui rendre visite pour lui faire ça. Elle l'avait d'ailleurs fait hier, non sans rouspéter une enième fois sur l'addiction de sa fille à l'alcool lorsqu'elle avait ouvert le frigo. Et Savannah s'en fichait. Elle faisait ce qu'elle voulait après tout. Elle était adulte et avait payé les bières et le vin avec son propre salaire. Et de toute manière, elle se fichait absolument de ce que pouvait bien penser sa mère sur quoique ce soit. Elle était juste contente qu'elle vienne lui faire le ménage. Ca s'arrêtait là.

Finalement, le film arriva à sa fin, avec le beau et niais happy end. Les deux amants finissaient ensemble devant les méchants qui affichaient des mines dégoutés à souhait, sous les applaudissement de leurs proches. Elle vida le reste de sa bière d'un seul coup et jeta de nouveau un regard à sa pendule. Bon, vu l'heure, elle pouvait amplement se rendre à l'exposition en roues. Elle jeta sa canette, et se servit de ses ombres pour attraper son minuscule sac à main qu'elle cacha sous le châle posé sur ses genoux. Et sorti.

L'avantage, quand on était en fauteuil roulant, s'amusa la jeune rousse, c'est qu'au moins les gens ne vous bousculaient pas. Ils se poussaient en s'excuser de devant elle, plutôt. Etre prise en pitié, ca la faisait rire. Elle envia tout de même un motard qui roulait avec sa copine juste derrière lui. Elle n'était jamais monté sur une moto. Elle aurait bien connaitre ça. C'est une pensée qui la rendit amère. La soirée s'annoncait bien. Une exposition de photos.... Elle s'emmerdait toujours à ce genre de trucs en plus. C'était toujours des pseudos artistes qui, tout fier d'avoir réussis quelques clichés, s'empressait d'en faire une expo. A croire que franchement, le premier pecno du coin pouvait le faire.

Elle soupira lorsqu'elle arriva devant les portes de l'exposition, où une grande affiche avec le nom de cette dernière était accroché ; "20 000 clichés sous verre". Allons donc. C'était quoi ce nom pourri et ridicule ? Des photos prises derrière une vitre ? C'était un voyeur peut-être ? Elle poussa ses roues pour rentrer, espèrant qu'au moins, il y aurait quelques verres de quelque chose. Du vin, du champagne, peu importe. Parce qu'elle prévoyait déjà une soirée d'un ennui profond.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mar 19 Avr - 9:57

L'exposition à laquelle était conviée Savannah était l'oeuvre d'un photographe moyennement célèbre du nom de Brent Werritt. Aucun flyer de résumé n'était disponible à l'entrée pour appréhender à l'avance la démarche de l'artiste, mais la jeune femme comprit assez rapidement quel en était le thème : toutes les photos avaient visiblement été prises à travers les immenses baies vitrées de divers gratte-ciels. Les vues, souvent plongeantes, montraient des mégapoles reconnaissables ou non - la Statue de la Liberté ou l'Opéra de Sydney permettaient assez aisément d'identifier la ville, mais d'autres manquaient de repères de paysage marquants. Les successions de clichés étaient relativement monotones, ce qui faisait ressortir certaines photographies plus originales : ici la fumée d'un incendie et une procession de véhicules rouges roulant dans sa direction, là une immense procession couvrant des rues les unes après les autres.

Savannah n'avait jamais rencontré ce Werritt. Elle reconnaissait cependant certains visages parmi les visiteurs : des amateurs d'art, des acheteurs potentiels qui observaient chaque oeuvre comme ils le feraient d'une voiture de sport, et certains de ses compatriotes critiques.

Deux d'entre eux, un homme et une femme, étaient en grande discussion. L'homme se prénommait Charles Wooden, et écrivait la rubrique culturelle d'un magazine de style pour hommes. Même s'il affectait un comportement assez dédaigneux, il était très généralement considéré comme un critique plus constructif que destructif.

Spoiler:
 

La femme travaillait elle pour plusieurs journaux variés, essentiellement féminins, et portait le nom de Wendy McKinnon. Elle était aussi souriante et décontractée dans la vie que cassante et meurtrière dans ses chroniques.

Spoiler:
 

Le duo se trouvait face à une vue de la ville de Kuala Lumpur prise depuis l'une des deux immenses tours Petronas, et une réflexion de Charles semblait avoir provoqué un fou rire inarrêtable chez sa collègue, qui cachait son visage dans ses mains pour éviter les regards désapprobateurs de certains visiteurs trop sérieux.

Un peu plus loin sur la droite se tenait l'inévitable buffet, que l'artiste avait voulu à l'image de son exposition : éclectique. Des alcools et des plats venant de toutes les villes prises en photo s'alignaient les uns à côté des autres, et plusieurs membres de la sécurité veillaient à ce que nul visiteur ne fasse de visites trop fréquentes.

Enfin, à quelques mètres des boissons, Savannah reconnut une des représentantes de la mairie de Dallas détachée aux affaires culturelles, Cassidy Williams.

Spoiler:
 

Sachant que Williams était friande de bonne compagnie, elle déduisit que l'homme à l'air timide se trouvant à sa gauche devait être l'auteur des clichés. Celui-ci semblait mal à l'aise au milieu de la foule, contrairement à sa compagne qui distribuait les sourires comme une maîtresse de cérémonie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mar 19 Avr - 11:12

L'avantage d'être une jeune rousse dans un fauteuil, c'était qu'on vous remarquait. Toujours. Surtout dans une soirée de ce genre ; elle était bien la seule critique de la ville qui était dans cet état. Autant dire qu'on la voyait venir de loin. Et ca l'amusait. En faisant avancer son fauteuil, elle nota très vite qu'effectivement, les photos avaient été prises à travers des vitres. Ce qui provoqua immédiatement chez elle un profond dédain pour l'artiste, même si elle ne le connaissait pas encore. Ce n'était là que de simples clichés, pas de quoi fouetter un chat. Elle avait plutôt l'impression que la personne était associale, le genre à ne pas oser sortir de quatre murs. Aucun travail particulier, remarqua-t-elle au passage. Pas de jeu de lumière ou d'ambiance particulière. Si c'était pour voir ça, elle pouvait tout aussi se mettre derrière une vitre et attendre que quelque se passe. Elle commençait déjà à avoir une idée précise sur le ton de son article, tout en avancant et s'arrêtant, examinant de près quelques photos. Bon, certaines semblaient moins ennuyeuses. Et encore, songea-t-elle. Ce n'était que dû aux photos voisines : seules, elles étaient tout aussi banales.

Se désinsteressant finalement des clichés, elle se mit en quête d'examiner les personnes présentes. Beaucoup de personnes qu'elle connaissaient déjà ou avaient déjà vu : amateurs d'arts, acheteurs potentiels, et d'autres critiques. Elle reconnut notamment Charles Wooden et Wendy McKinnon, tout deux semblant en grande discussion. Elle n'aimait guère Charles, et encore moins son style de critique. Lui semblait penser qu'une bonne critique devait être "constructive". Pfeuh. Et pourquoi ne prenait-il pas par les mains tout les artistes du dimanche ? Un critique se devait de critiquer pour donner une idée aux potentiels visiteurs, pas pour aider un artiste ou pseudo-artiste, avait toujours été l'avis de Savannah sur le sujet. Et puis elle ne l'aimait pas tout court. Il était souvent trop dédaigneux à son goût, il n'était pas drôle, et puis il était humain. La messe était dite. Et Wendy, c'était pareil. Pour elle, ce n'était qu'une blondasse. Mais les chroniques de celle-ci avait néanmoins le mérite d'être moins pénible à lire que d'autres. Elle les regarda papoter, avant que la blonde en question ne pique un fou rire en essayant de rester discrête. Savannah songea alors avec un dédain qu'ils seraient très bien assorti tout les deux. Tout les deux à peu près ininteressant et se complétant parfaitement. Elle reporta son attention en pensant vaguement qu'elle pourrait toujours s'amuser à faire courir la rumeur sur eux lorsque l'occasion se présenterait.

Et puis enfin, elle le vit. L'oasis. Le St Graal. La septième merveille du monde. Le buffet, et surtout, des verres de vins. Du vin ! Allélouia ! Elle se retint de lever les yeux au ciel, heureuse de voir enfin quelque chose de positif dans cette soirée à la noix. Elle s'approcha doucement, notant parfaitement la présence de la sécurité à quelques mètres d'elle. Elle renifla dédaigneusement. Elle se fichait à d'eux à moitié. Que pourrait-elle bien craindre d'eux ? Elle n'était pas une menace pour le buffet. Du moins, son addiction à l'alcool ne l'avait jamais poussé à trop boire lors d'une soirée de ce style. Et puis en général, ils hésitaient toujours un peu avant de jarter une handicapée comme elle de toute manière. Elle ne se gêna donc certainement pas pour prendre un verre de vin, ne s'occupant ni de la sécurité, ni de ce qu'on pourrait penser d'elle. Et s'éloigna, gardant le verre dans une main, l'autre manoeuvrant son fauteuil. Heureusement que ces engins-là étaient électriques.

Elle vit alors une des représentantes de la mairie, du genre "affaires culturelles". Pauvre culture. Si prendre des photos derrière une vitre était de l'art, elle pourrait s'y mettre un jour. Elle en prendrait depuis son fauteuil roulant et appelerait ça "vision d'une handicapée en deux roues". Sur qu'il y aurait du monde, c 'était bien ça le pire. Il y avait déjà beaucoup de personnes de mauvais goût, mais tout autant prête à aller à un truc fait par une handicapée, juste par pitié. Ca la faisait marrer cette idée. Y avait vraiment des pigeons partout. Apparemment, la représentante, qui au passage s'appelait Cassidy Williams, était fort souriante et semblait saluer tout les visiteurs passant à sa portée de main. A côté d'elle, un homme d'apparence timide. Elle n'eut presque aucun mal à comprendre qu'il devait s'agir du pseudo-artiste de la soirée. Autant Cassidy aimait la bonne compagnie, autant elle avait déduis d'après les photos que la personne qui les avaient prise ne pouvait être qu'associal ou timide. Elle haussa un sourcil. Bon, elle avait son verre de vin à la main. Maintenant, restait à savoir si elle préférait aller saluer Cassidy ou retourner vers le couple de blondinets.

Le couple, ça pouvait être marrant. Y avait peut-être moyen à ce qu'elle fasse allusion au fait qu'ils pourraient très bien coucher ensemble. Un truc permettant d'en faire rougir un des deux. Et puis ça lui permettrait aussi de faire une bonne petite remarque sur le fou rire de Wendy. D'un autre côté, Cassidy connaissait à peu près Savannah. Du moins, suffisamment pour savoir qu'elle était loin d'être une bisounours et qu'elle même lorsqu'elle jouait aux faux semblants, elle finissait toujours par lâcher une pique ou quelque chose faisant très souvent mouche. Si ca pouvait lui effacer son sourire quelques micro secondes, ça valait bien le coup. En plus, si l'homme était l'artiste, elle pourrait s'amuser avec lui avec quelques sourires hypocrites. Elle allait le démolir dans son article de toute manière. Bon cela dit, elle avait toute la soirée. Elle aurait l'occasion de tous les voir.

Finalement, elle choisi Cassidy. Autant en profiter pendant que Wendy avait son fou rire. Elle s'en approcha avec un bon sourire. Hypocrite, en réalité. Et leva très légèrement son verre, comme pour lui porter un toast en son honneur.

"Cassidy Williams !" dit-elle avec entrain. "C'est un véritable plaisir de vous voir." Là-dessus, elle regarda l'homme, d'un air curieux, et de sourire une nouvelle fois avant de rajouter : "Savannah Lecter, critique d'art. " Poliment. Juste histoire de se présenter et surtout d'avoir en retour la confirmation ou non qu'il était bien l'artiste du dimanche de ce soir. Mais elle rajouta tout de même sans plus attendre à l'attention de Cassidy et de son compagnon : "Charmante soirée, vous ne trouvez pas ? Certains s'amusent follement." Le tout en levant son verre de vin pour désigner indirectement et surtout mine de rien Wendy, prise de fou rire, en train de cacher son visage dans ses mains, puis d'avaler directement une gorgée de vin. Sans jeter un seul coup d'oeil à Wendy. L'idée étant bien évidemment de montrer la blondasse, comme elle l'appelait, en train d'essayer de se cacher en train de rire aussi follement, tout en ne le disant clairement. Savannah savait mettre son grain de sel, et beaucoup en étant conscient. Mais elle savait le faire savamment, au moins.

Et comme ça, c'était parfait. D'un point de vue extérieur, elle venait juste saluer et papoter un brin. En revanche, si l'homme d'apparence timide l'était vraiment et était bien celui auquel elle pensait, il risquait fort de se sentir gêné. Et ça, ça lui plaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mer 20 Avr - 8:51

Si le léger tressaillement de l'homme n'était pas une preuve suffisante, ce fut une Cassidy Williams qui apporta la confirmation de son identité.

- Enchantée, mademoiselle Lecter ! Je vous présente Brent Werritt, l'auteur de cette formidable exposition.


Ledit Brent se contenta d'un simple hochement de tête accompagné d'un petit signe de la main et, visiblement mal à l'aise, détourna le regard pour observer un petit groupe de Japonais qui se faisaient prendre en photo à côté d'un cliché pris depuis une des nombreuses tours tokyoïtes.

La déléguée aux affaires culturelles tourna les yeux vers les deux critiques d'art, mais leur attitude ne la fit pas se départir de son sourire. Extérieurement, du moins. L'artiste, par contre, semblait voir son inquiétude empirer en voyant la réaction du duo. Soit il les connaissait personnellement, soit Cassidy l'avait informé de leur identité.

- En effet...et bien, l'art a également pour rôle d'apporter du plaisir aux masses, ne pensez-vous pas ? Seriez-vous partisane de plus d'élitisme dans ces manifestations ?


La question était posée avec sérieux. Cassidy Williams était certes une politicienne avant tout, mais elle savait que toutes les compétences et connaissances étaient bonnes à exploiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mer 20 Avr - 9:26

A peine avait-elle commencé à parler que l'homme avait déjà tressailli. Intérieurement, elle était ravie de son coup. Ce serait peut-être même plus simple qu'elle ne l'aurait cru. Ces artistes au rabat.... Ils pensaient que prendre quelques clichés comme de vulgaires touristes suffisaient. Pfeuh. Dans tout les cas, il semblait ne pas être très à l'aise. Néanmoins Cassidy lui confirma très vite qu'elle avait vu juste : c'était donc bel et bien l'auteur de ces espèces de clichés d'associal. Bien. Mais elle n'aurait pas eu l'amabilité de cette dernière qui venait de qualifier l'exposition de "formidable". Formidable ? Comme quoi, le statut de représentante ne recquierait pas spécifiquement d'avoir du bon goût. C'était bien pour ça qu'il y avait les critiques, après tout. Le boulot de Cassidy était de sourire béatement, d'encourager tout pseudo artistes, et de saluer des gens. Celui de Savannah était de remettre à leur place les artistes en question et permettre à ses lecteurs de ne pas venir s'emmerder dans ce genre d'endroits.

Elle avait au moins réussi son premier objectif qui consistait à le mettre mal à l'aise d'entrée de jeu. Si son statut de critique avait suffit pour cela, la suite n'en serait que plus drôle, songea-t-elle. Et effectivement, les deux critiques qu'elle désigna indirectement et de manière "accidentelle" ne fit que renforcer le malaise chez Brent. Il n'était sans nul doute pas habitué à ce genre de soirée. Ce qui était dommage. Après tout, un photographe comme lui devait pourtant savoir vendre son exposition. Mais elle aurait pu lui pardonner s'il avait eu du talent. Un associal comme lui pouvait très bien en avoir. Mais ce n'était pas le cas. Finalement, il n'y avait que le vin et le titre de l'exposition en points positifs. Rien de plus.

Et puis Cassidy l'interrogea. Ah, tout de même. Elle relevait un petit peu la scène. Un peu comme l'oignon qui releve doucement le goût. Tant mieux. C'était exactement ce qu'elle avait esperé : lui, perdant bêtement la face. Elle, souriant par facade et ayant un peu de répondant. Là-dessus, Savannah l'écouta attentivement, et avala de nouveau une petite gorgée de vin. Avant de le regarder pensivement, en le mettant devant ses yeux. Puis, elle releva les yeux et accorda un curieux sourire à ces deux-là.

"Je suis d'accord ; l'art est fait pour que tout le monde en profite. A vrai dire, je pense que l'art devrait être comme du vin." répliqua-t-elle d'une voix plutôt doucereuse, en levant son verre pour le désigner. "Le vin est accessible à tout le monde, mais seuls les bons vins comptent. Qu'en pensez-vous, monsieur Werritt ?"

Une petite métaphore qui tombait fort à propos et qui en disait très long sur ce qu'elle pensait de cette soirée. N'importe qui n'ayant pas de mauvais goût pouvait très bien profiter d'un art. Encore fallait-il que le chef d'oeuvre en question soit exceptionnel. Or, de ce qu'elle avait pu voir ce soir, aucune photo ne démontrait un quelconque talent. Même l'originalité dont il avait voulu faire preuve était loupé. Elle acheva néanmoins cette tirade par un sourire quasi-mieilleux. Restait à savoir si elle ferait une nouvelle fois mouche en le mettant d'avantage mal à l'aise ou si finalement, il aurait assez de cran pour répliquer un peu. Ce serait amusant tiens, elle imaginait bien la scène. Lui, rougissant et cafouillant pour répondre. Quand elle en aurait fini ici, elle irait bien tenir compagnie au couple de blondinets tiens. Avant de trop s'ennuyer avec Cassidy et Brent.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Dim 24 Avr - 10:16

Brent ne s'attendait pas à être pris à parti par Savannah. Il sursauta comme si quelqu'un lui avait posé la main sur l'épaule la nuit dans une ruelle déserte, avant de se ressaisir un petit peu et de s'éclaircir la gorge. Il parlait d'une voix étonnamment grave pour quelqu'un de sa corpulence, même si son ton était saccadé et hésitant.

- Et bien...hmm...je suis d'accord avec...avec vous. Du...du bon vin, tout à fait. Mais...on ne range pas un...Château Margo 1982...sous son évier.


Ce disant, il adressa un regard lourd de reproches à Cassidy. Celle-ci comprit visiblement l'allusion mais ne se départit pas de sa bonne humeur, en profitant pour saluer de la main un couple de personnes âgées sans doute importantes.

- Brent souhaitait présenter son exposition d'une façon différente, mais nous n'avions pas d'autre choix que ce Centre pour l'accueillir. Et malgré la qualité de ces photographies, nous n'allions pas casser des murs pour donner de l'espace.


L'artiste haussa les épaules.

- Mmh...l'American Airlines...Arena... aurait été parfaite.

- Oui, et les joueurs auraient sans doute apprécié de devoir jouer dehors pendant l'exposition.


L'AAA était la salle de l'équipe de basket-ball locale. Commençant à accuser le poids des ans, une nouvelle était en chantier, mais les travaux avaient pris un monstrueux retard et n'étaient toujours pas terminés.

- Bref. Saviez-vous, mademoiselle Lecter, que plusieurs personnalités se sont manifestées pour acheter des clichés ? Un, en particulier. S'il accepte de les céder, monsieur Werritt sera certainement un homme riche d'ici à quelques mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Dim 24 Avr - 11:23

Visiblement, elle avait une fois de plus réussis son coup. Il bafouilla une presque réplique. Et étrangement, elle était d'accord avec lui. Le bon vin se range dans un endroit particulier. Et elle apprécia notamnent le regard lourd de reproche qu'il adressa ensuite à Cassidy. Il y avait manifestement un petit .... soucis entre eux. Et ça l'amusait encore plus. Merveilleux. Non seulement elle l'avait mis mal à l'aise, mais en plus, elle avait réussi à sémer la zizanie pour ce soir. Adressant un grand sourire à Brent, elle leva son verre, un peu comme si elle faisait ça exprès en son honneur.

"Je suis ravie de voir que nous sommes d'accord sur ce point-là."

Bien qu'en réalité, si son exposition avait été une bouteille de vin, elle ne l'aurait pas même mise sous son évier. Elle l'aurait vidé dans l'évier et jeté la bouteille vide. Cassidy continua à saluer des gens, l'air de rien. Pourtant, il était clair et même évident que ce n'était qu'un faux semblant. Rien d'étonnant après tout. Elle devait bien assurer une certaine image... Et par la suite, la rouquine apprit qu'il voulait plutôt un endroit.... étrange. Une salle de sport ? Elle haussa un sourcil. Quelle drôle d'idée. Comme si cela aurait pu suffire à rendre les photographies intéressantes. N'importe quoi. Ce type-là n'avait manifestement pas idée de l'art qu'il exercait. Elle s'apprêter donc à repartir, posant ses doigts sur ce qui lui permettait de faire bouger son fauteuil, lorsque Cassidy lui appris qu'un acheteur était interessé. Bon. Elle pouvait bien se montrer curieuse : qui donc avait assez de mauvais goût pour cela ?

"J'en suis ravie". Déclara-t-elle, un faux sourire se dessinant sur ses lèvres. D'un ton mi-chaleureux et mi-froid. "Je suis sure que cet acheteur fera... bon usage des photographies. Je suis curieuse de savoir qui serait ce... mystérieux acheteur." conclut-elle, d'un ton tout autant mystérieux.

Autant elle voulait savoir qui avait de l'argent et autant de mauvais goût, autant elle aimait bien savoir. Ca pouvait toujours servir ce genre de petites informations.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Lun 25 Avr - 22:57

L'artiste se contenta de hausser les épaules, l'air de plus en plus maussade. Ne cachant même plus son déplaisir de se trouver en compagnie des deux femmes, il grommela une excuse avant de tourner les talons et de se diriger à grands pas vers le buffet, bousculant au passage un garçon qui avait échappé à la vigilance de ses parents. Cela n'entama en rien le sourire commercial de Cassidy qui reporta son attention sur Savannah.

- Ah, toutes mes excuses, je me suis mal exprimée. Les acheteurs sont nombreux à s'intéresser à un cliché en particulier. Souhaitez-vous le voir ?
demanda-t-elle tout en commençant à indiquer le chemin à la jeune critique. Elle avait parlé sans l'obséquiosité que certains réservaient aux handicapés, et désignait la direction de la suite de l'exposition, dans une des autres salles.

Les deux journalistes s'étaient séparés, l'homme ayant trouvé un nouveau camarade de discussion, tandis que Wendy poursuivait la visite avec un air de profond ennui sur le visage.

Dans l'entrée, un groupe de trois membres du service de sécurité, brassard fluorescent autour du bras, avaient fait leur entrée. Ils ne semblaient pas le moins du monde paniqués, et commençaient ce qui ressemblait à une tournée d'inspection en demandant poliment aux visiteurs sur leur chemin de s'écarter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mar 26 Avr - 14:07

Si elle avait pu, elle aurait ris ouvertement de voir "l'artiste" manifester son mécontement de cette manière. Elle adorait voir les gens hors d'eux, et elle absolument ravie de voir qu'elle avait remporté une nouvelle manche allant dans ce sens. Cependant, elle ne montra rien de sa grande joie et se contenta de garder un air impassible en levant un sourcil. Cassidy fit de même, avec un sourire de facade. Qui expliqua qu'elle s'était trompé. Ah vraiment ? Il y avait donc une photographie qui valait la peine d'être vue ? Intéressant. Soit il s'agissait d'un cliché se démarquant agréablement du reste, soit c'était juste quelque chose de racoleur. Allez savoir. Une femme nue sous sa douche peut-être ? Ca ne l'étonnerait même pas que ce soit un gros pervers et voyeur qui prendrait son pied comme ça.

"Je ne manquerai pas d'aller le voir", assura Savannah. Et pas juste par curiosité. En tant que critique, elle se devait bien de voir un cliché qui attirerait autant de foule. Sinon, son article ne serait qu'un bête avis.

Bougeant un peu son fauteuil et laissant enfin seule Cassidy, elle jeta néanmoins un regard à ce qui se passait par là. Rien de très intéressant. Le "couple" s'était séparé, et la chère Wendy semblait s'ennuyer ferme. La pauvre, ricana-t-elle intérieurement. Elle aussi, semblait peu s'amuser tout d'un coup. Et puis il y eut un peu de mouvement aussi... Visiblement, trois personnes, sans doute de la sécurité, avec chacune un brassard trop vif à son goût, s'amusait à faire ce qui semblait être une "tournée d'inspection". Cruel dilemne. Elle pouvait aller voir le cliché en question dès maintenant, ou rester encore un peu pour discuter avec Wendy et s'amuser en douce avec ce groupe de trois. Bon. Le cliché n'allait pas s'envoler.... Elle pourrait très bien le voir d'ici une poignée de minutes. Elle choisit donc de se diriger vers Wendy, levant son verre de vin désormais à moitié plein, comme elle l'avait pour Cassidy.

"Wendy McKinnon ! Quel plaisir de vous croiser ici." la salua-t-elle avec un sourire. Faux-semblants. Même si cependant, Savannah n'avait pas encore dénigré les critiques de la blondinette. "Vous avez vu l'artiste de l'exposition ?" enchaina-t-elle directement, en le désignant à son tour indirectement en levant son verre dans la direction de ce dernier sans toutefois y tourner aussi la tête. "Il est absolument adorable. Et il a beaucoup d'humour.... Un peu comme vous tout à l'heure." dit-elle, sur un ton qui semblait être celui de la confidence. Même s'il était évident qu'elle faisait référence à son fou rire de tantôt. A son tour, d'être mal à l'aise, espérait la rouquine, en avalant délicatement une gorgée de son vin.

Tout en regardant du coin de l'oeil les trois de la sécurité. Se concentrant sur leurs pas, et plus particulièrement sur leurs ombres. Elle choisit alors d'en faire tomber un, avec les ombres qui s'emmêlaient au sol. En évitant bien sur de leur faire changer de forme. Si cela pouvait marcher, elle adorerait en voir un tomber. Ce n'était pas classe, et même totalement risible, de voir un gars comme ça qui se prenait très au sérieux s'effondrer à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Jeu 28 Avr - 10:56

Cassidy Williams sembla vouloir dire quelque chose, puis détourna finalement son attention de Savannah pour aborder un couple de personnes âgées d'une cinquantaine d'années et bénéficiant visiblement de confortables revenus.

Wendy, elle, se retourna et lança un grand sourire à la jeune mutante, comme si elles étaient les meilleures amies du monde.

- Savannah Lecter ! Je ne suis donc pas la seule heureuse bénéficiaire d'une entrée gratuite à ce que je vois. Non, je n'ai pas eu la chance de l'aborder,
poursuivit-elle en tournant les yeux dans la direction de Werritt qui ruminait dans son coin en engloutissant petit four sur petit four, mais je ne suis pas certaine d'être capable d'écrire un éloge sincère de cette exposition.

Visiblement, Savannah n'était pas seule à partager un certain dédain des photographies. La blonde enchaîna.

- Oh, vous voulez parler de cet éclat de rire avec Charles ? Hé bien, vous voyez cette vue plongeante de Toronto ?
Elle désignait le tableau devant laquelle elle se trouvait en compagnie de son camarade. Il m'a fait remarquer que l'exposition aurait certainement gagné en intérêt si les clichés avaient été pris en se jetant dans le vide.

Elle pouffa de nouveau, absolument pas gênée de montrer qu'elle ne partageait pas le point de vue de l'artiste. Et s'attira de nouveau des regards désapprobateurs de visiteurs.

De son côté, le petit stratagème de Savannah passa tout à fait inaperçu, et se déroula sans accrocs. Le vigile était en train de recevoir un message dans son oreillette, et ne faisait absolument pas attention à ses pieds. Il trébucha, et bouscula un homme qui renversa son verre de champagne sur la tête d'un enfant tenant la main à sa mère. Une dispute éclata rapidement.

- En tous cas, j'espère qu'il est adorable, parce que ce n'est pas son talent qui va lui permettre d'aller loin dans la vie,
conclut Wendy en jetant un coup d'oeil amusé à ce qui se passait. Qu'est-ce que vous pensez honnêtement de ces photographies ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Ven 29 Avr - 16:28

Le sourire de Wendy lui déplut profondément. Mais loin de le montrer, elle lui répondit par un sourire à peu près identiques. C'était quoi ça ? Wendy la prenait pour son amie maintenant ? Et puis quoi encore. Qu'elle aille gratter de l'amitié ailleurs. Blondasse, songea dédaigneusement la rouquine. Et puis c'était quoi cette remarque sur l'entrée gratuite ? Qu'elle doutait que elle, Savannah Lecter, puisse être invitée quelque part ? Elle se retint de renifler d'un air dédaigneux. Elle ne l'aimait pas. De la jalousie ? Non. Même pas. Elle ne lui enviait rien. Elle ne l'aimait juste pas, comme tout les autres présents ici en réalité. Elle le savait elle. Ils étaient tous humains. Non-mutants. Et ils étaient là, à profiter de cette exposition comme beaucoup d'intérêt ou non. L'ambiance était assez décontractée. Et pourtant, s'ils savaient qu'il y avait un mutant parmis eux, hein ? Là, ils montreraient tous leur vrai visage. Elle connaissait bien ça. Une fois, une seule, lui avait suffit.

Néanmoins, elle apprécia presque la remarque de Wendy lui faisait comprendre qu'elle non plus, ne pensait pas grand bien de cette soirée. A défaut de pouvoir être quelqu'un de bien, elle avait au moins bon goût. Tout n'était pas perdu. Et puis la remarque de l'autre critique l'amusa à son tour. Effectivement, elle compris tout à fait le fou rire de celle-ci, et se fit violence pour se contenir et ne rien montrer. Avec un grand sourire presque carnassier, elle répondit que : "En effet.". Avant de boire une nouvelle gorgée de vin. "Mais avec une telle .... idée, je me serais presque attendue à ce qu'il prenne en photo des femmes dans leur intimité derrière une vitre. Le terme me semble un peu voyeur à moi." lui confia-t-elle soudainement. Pourquoi ? Pas pour essayer de faire ami-ami avec elle. Mais pour la mettre un peu en confiance. Elle était sure que ce genre d'aveu mettrait Wendy un peu plus à l'aise. Et puis si ça se trouvait, la blonde avait bu. Ca ne l'étonnerait pas beaucoup. Bon, elle aussi. Mais Savannah tenait bien l'alcool.

Elle avait essayé de se servir de ses ombres pour faire tomber un vigile. Raté. Il avait juste trébuché sur un type qui renversa du vin sur un môme. Tant pis. Elle ne retenterait pas. Sinon, il risquerait de flairer quelque chose. Genre regarder tout le monde d'un air suspicieux. Et elle pouvait pas se permettre ça. Sa règle d'or avait toujours été de faire attention à ne pas prendre le moindre risque de se faire réperer. Aussi préféra-t-elle essayer de tendre l'oreille d'un air distrait pour entendre la dispute. A défaut d'autre chose, on prend ce qu'on a pour se divertir.

Elle avala le reste de son verre avant de répondre à Wendy.

"Honnêtement...." soupira-t-elle, d'un air las,"Je pense que si je donne un appareil photo jetable à ce gosse, il peut faire la même chose", dit-elle en désignant précisement celui qui venait de se prendre du vin sur la tête.

Ce qui en disait très long en réalité sur ce qu'elle pensait à la fois des photographies et de l'artiste du dimanche en question.

Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mer 4 Mai - 17:41

Wendy pouffa de rire en écoutant les remarques de sa confrère, en se cachant de la même manière derrière sa main - mais l'agitation découlant de la "maladresse" du vigile accaparait cette fois l'attention des visiteurs grincheux. Elle finit par s'éclaircir discrètement la voix avant de remettre en place la lanière de son sac.

- Tout de même, il faut rendre à l'artiste ce qui lui appartient : il a du bon matériel. C'est d'ailleurs dommage qu'il l'utilise pour faire ça.


Il était vrai que la résolution et la profondeur de champ des clichés était admirable - même si dans les mots de Wendy, il s'agissait des seules qualités que l'on pouvait y trouver.

- Il ne suffit pas d'avoir la technique, encore faut-il avoir de l'insp...


Elle fut interrompue par une brusque coupure de courant. Les lumières s'éteignirent, ce qui n'eut dans un premier temps qu'un effet mineur, les vitres du centre laissant toujours passer la lumière du jour. Mais après quelques très courtes secondes, les stores électriques commencèrent à se refermer, plongeant la foule dans des ténèbres de plus en plus épaisses. Savannah put voir une multitude de points lumineux apparaître ici et là : les téléphones portables devenaient les seuls moyens de se repérer. Le niveau sonore augmenta, et des cris commencèrent à retentir, tandis que des bruits de pas se faisaient entendre en direction de la porte d'entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Jeu 5 Mai - 8:50

A un observateur extérieur, Savannah et Wendy auraient très bien pu être amies de longue date. Elles discutaient, papotaient, se faisaient des confidences, et riaient. Enfin rire... Il n'y avait que Wendy qui riait. Savannah elle, se contenta d'un sourire qui pouvait être interpreté de beaucoup de façon. La blondinette se cachant même une fois de plus le visage entre les mains. Discrêtement, la rouquine regarda vers le buffet, se demandant si l'artiste les avait vu. Elle espèrait bien que oui. Ca le mettrait encore plus à nerf surement. Il n'avait pas l'air d'être solide, ce pauvre garçon. Et surtout, il ne devait pas être sociable. Mais qu'importe. L'ennui étant que finalement, il n'était qu'une proie facile pour elle. Elle aurait esperé un artiste qui en aurait eu d'avantage dans le pantalon et avec lequel elle aurait eu plus de mal à le mettre mal à l'aise.

Heureusement qu'il y avait les vigiles pour ça. Elle avait tout de même réussi à faire en sorte qu'un homme tombe sur un petit garçon. Indirectement, mais peu importe. Ca lui avait fait penser à la théorie des dominos. Si l'un tombe, les autres aussi. Ca pouvait être bon à savoir, songea-t-elle, en regardant l'agitation des vigiles d'un oeil fort amusé. Il y avait de quoi. C'était bien le moins ennuyeux de l'exposition. Elle avait bien envie de recommencer finalement. Mais il lui faudrait choisir une autre victime. Un des invités plutôt. Ce serait drôle si ça tournait en bagarre, se dit-elle, un peu pensive. Oh oui tiens. Une bonne bagarre, voilà qui mettrait définitivement un peu de piment ce soir.

Wendy commenca à parler du matériel. Oui, et alors ? Même un véritable artiste peut faire de l'excellent travail juste avec un appareil jetable. Le tout était d'avoir ce petit quelque chose qui fait qu'une photo n'est plus une photo mais une oeuvre d'art. C'est trop facile sinon. Ce serait comme prétendre que le premier musicien venu peut égaler Mozart. La technique ne suffit pas. Enfin au moins, elles semblaient d'accord sur ce point-là. Sauf que la blonde semblait penser que son matériel était un point positif. Or, elle n'était pas de cet avis. Pour elle, ce n'était qu'un bête détail. Les gens n'avaient pas spécialement envie de lire qu'untel a du bon matériel et qu'il a pris des photos. Non. Ils voulaient sortir et voir des choses intéressantes. Sinon, autant aller dans un quelconque pub et regarder un match tout à fait banal en écoutant les histoires de bistrot et en sirotant une bière. Et il fallait avouer qu'à l'heure actuelle, elle avait surement plus envie de ça que de cette exposition.

Elle se contenta donc d'écouter d'une oreille Wendy et de chercher une personne qu'elle pourrait faire tomber sur l'un des vigiles. Mais cette fois, de telle manière que le vigile en question prenne ça pour une sorte d'agression. Sauf qu'elle n'en eut pas d'avantage le loisir. Il y eut une coupure et les lumières s'éteignirent d'un coup, les faisant sursauter. Elle y compris. Elle ne s'était certainement pas attendue à ça. Les plombs auraient sauté ? se demanda-t-elle, essayant de s'habituer à la soudaine pénombre. On ne voyait plus que la faible lumière du jour, de l'extérieur. Sauf qu'on était le soir et que la nuit allait venir. Mais ca la réjouissait tout d'un coup. Elle se sentait bien dans les ténébres. C'était son élément après tout. La nuit, elle en était la maitresse. Et reine de minuit. Et puis même. Il n'y avait aucune raison d'avoir peur. Ce n'était qu'une coupure d'électricité. Ils allaient surement rétablir ça assez rapidement.

Ou pas, réalisa-t-elle dubitative en entendant un léger bruit. Avant de comprendre que c'était bel et bien les stores qui se baissaient. Oh oh, une minute. S'il y avait eu une coupure, comment les stores pouvaient-ils fonctionner ? C'était donc intentionnel. Rapidement, les invités sortirent leur téléphone portable, créant des petits points lumineux, et la rouquine fit de même. Tout en ayant soin de prendre un air inquiet. Il y avait surement un truc louche, c'était indéniable. Dans ce cas-là, autant jouer la carte de la faible femme handicapée et sans défense. Elle n'attirerait jamais les soupçons de cette manière. Mais tout le monde ne se contentait pas juste d'avoir l'air effrayé et beaucoup poussèrent des cris. Ce qui l'exaspera au plus haut point. Pourquoi fallait-il qu'ils se mettent à être aussi bruyant ? Qu'ils crêvent et qu'on en parle plus, mince quoi. Quant à elle, elle comptait bien ne pas rester inactive malgré tout.

Et puis, il y eut des bruits de pas. Feignant la terreur, elle réprimanda un petit cri en sursautant et en lachant son verre qui explosa par terre. Aux yeux de n'importe qui, elle avait juste peur, comme tout les autres. Mais pour elle, elle venait juste de se débarasser de son verre vide devenut soudainement très encombrant. Elle n'avait pas l'intention de garder bêtement ceci sur ses genoux. A la place, elle serra son minuscule sac à main, comme si elle avait peur qu'on tente de le lui voler. Et fixa la porte, avec un air particulièrement craintif. Comme beaucoup, certainement, qui se demandait surement ce qui allait se passer. Exceptée que pour elle, la ou les personnes avaient commises une grossière erreur. Voir deux. Prendre des otages ou autres, avec Savannah dans le lot, ce n 'était pas une bonne idée. Mais en la plongeant dans des ténébres aussi épaisses par contre, ils avaient directement signés leur arrêt de mort. Qu'ils tentent quoique ce soit de mauvais, et elle ne se gênerait pas. En plus, vu le nombre de personnes présentes, elle ne craignait que peu d'être découverte. Aussi, en même temps qu'elle fixait la porte, angoissée, elle se concentra doucement pour donner de la consistance aux ténébres proche de la porte. Mieux valait être prêt à passer directement à l'attaque. Un geste de travers et elle était sure d'une chose ; elle ne louperait pas son coup. Ce n'était pas comme si elle pouvait avoir de la pitié ou de la compassion, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Dim 8 Mai - 12:01

La cohue débuta réellement lorsqu'il devint évident que tambouriner sur les portes ne permettrait pas leur ouverture. Les cris redoublèrent d'intensité, même si certains esprits moins échauffés tentaient d'appeler tout le monde au calme. Les parents criaient pour inciter leurs enfants à revenir à longueur de bras, et certains jeunes plus décontractés - Wendy incluse - faisaient profiter leurs réseaux sociaux de leur mésaventure.

Des rais de lumière apparurent subitement : les vigiles avaient déclenché quasi simultanément leurs lampes de poche, ce qui fit baisser le niveau sonore. L'un d'eux en profita pour se faire héraut :

- Ne vous inquiétez pas, la situation est sous contrôle. Restez calmes et tout se passera bien.


Des protestations se firent évidemment entendre, mais les responsables de la sécurité étaient passés à autre chose : l'un des trois resta dans la salle, et commença à faire passer le halo de sa lampe de droite à gauche afin d'en rassurer les occupants. Savannah put voir que le centre de la pièce était quasiment désert - les visiteurs s'étaient massés contre les murs afin d'avoir un repère spatio-termporel à portée de bras. Les deux autres vigiles éclairèrent une double porte donnant sur une autre aile de la salle d'exposition, et commencèrent à se déplacer dans cette direction.

La mutante put voir qu'elle n'était pas la seule à avoir lâché son verre - même si elle était probablement unique à l'avoir fait volontairement. Le bruit dans la salle où elle se trouvait resta plutôt bas, mais la salle vers laquelle se dirigeaient les vigiles était encore animée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mer 11 Mai - 9:36

Il s'avéra qu'elle avait mal compris les bruits de pas. Elle avait cru au début que c'était les auteurs de la coupure de lumière qui était vers la porte. Dès lors qu'elle entendit des tambourinements, elle se détendit. Ce n'était donc que de pauvres hères qui voulaient sortir. Tous les mêmes. Dès qu'il y avait un pétrin, c'était du chacun pour soit, chacun pour sa peau. L'égoisme était de mise quand l'être humain se pensait en danger.... Cela dit, elle était exactement pareil. Sauf qu'au moins, elle ne s'était pas bêtement ruée sur la porte et essayait de réfléchir. Et puis elle avait les capacités pour se défendre au moins. Enfin, juste un peu. Sure que si un gros gorille essaye de lui balancer son poing à travers la figure, elle aura du mal à éviter ça. C'était bien pour ça qu'il valait mieux essayer de la jouer finement. Bon, récapitulons, songea-t-elle. Les lumières se sont brusquement éteintes, mais les volets électriques fonctionnent encore. Du moins, ils en ont l'air. Soit l'éléctricité était encore là et seules les lumières avaient pris. Soit le courant était effectivement coupé, et il n'y avait pas tant de solutions que ça pour expliquer la fermeture des volets. Un mutant, sans doute. Ce point-là demeurait flou à ses yeux. Ca pouvait être simplement des gens mal intentionnés, des gens d'une banalité fatiguante. Soit, il y avait un mutant. Les deux étaient possible.

Bon. Dans tout les cas, ils étaient donc enfermés, et un des vigiles venaient de prendre la parole. Elle haussa un sourcil. Sous contrôle ? La seule chose dont ils pouvaient se vanter d'avoir réussi à calmer la panique générale. Pour le reste, elle doutait qu'ils controlaient tant que ça. Tous des minables. Le soucis étant qu'elle ne voyait pas grand chose finalement. Elle s'était approché de Wendy avec son fauteuil roulant alors qu'elle avait été au milieu. Du coup, elle ne voyait guère grand chose... Et difficile de se retourner dans son état. Ca faisait mal au cou en plus. Prenant un air timide et quelque peu peu rassuré, elle se tourna vers la blonde.

"Est-ce que tu pourrais... Enfin.... " commenca-t-elle, comme si elle était mal à l'aise de demander un tel service, "je ne peux rien voir à part les photos alors .... Tu pourrais tourner mon fauteuil s'il te plait ?"

Bon certes. Elle aurait pu le faire elle-même ; sauf qu'il aurait fallu faire beaucoup plus de manoeuvres. Et puis en plus, c'était mieux de faire croire qu'elle avait peur. Ca ferait forcément ressentir un certain côté faible déjà accentué par son handicap. Et puis, elle avait besoin de réfléchir à la situation. Derrière elle, il semblait y avoir encore du bruit et les vigiles avaient dû se diriger par là. Bon. Procédons par élimination. Ce n'était pas un cambriolage : des voleurs auraient fait ça discrêtement et de préférence avec personne dans les parages. En plus, il fallait vraiment avoir mauvais goût pour voler ça. Une prise d'otages ? Ca y ressemblait fort mais probablement que non. Elle n'avait vu personne et leur enfermement était très discrêt. Trop, peut-être... Sans doute. Alors quoi ? Des révendications ? Quelqu'un qui veut faire entendre quelque chose...? se demanda-t-elle, essayant alors de chercher du regard le prétendu artiste et Cassidy. A part ces deux-là, les autres invités étaient soit des acheteurs soit des critiques, en grande partie. Il y avait très certainement fort à parier que si des personnes ici en intéressait certains, ce serait ces deux-là.

Et puis elle n'osait pas bouger de là de toute manière. Elle voulait voir de l'action, mais ne savait pas quand et où il y en aurait. Parce que ça au moins, elle était prête à parier qu'il se passerait quelque chose. Malheureusement, elle n'avais pas d'autre choix que d'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mer 11 Mai - 23:15

- Une seconde, je finis un truc...voilà.

Wendy rangea finalement son téléphone dans sa poche et attrapa le dossier du fauteuil de Savannah. Elle prenait la situation avec amusement, et partagea son avis avec sa collègue.

- "Expo tellement pourrie que même le Destin m'empêche de l'apprécier." Tu trouves ça comment comme statut ? En fait, pour ma chronique, je crois que je vais juste raconter cette anecdote. Ca m'évitera d'avoir à évoquer les photos.


Savannah se retrouva face à l'issue par laquelle étaient passés les deux vigiles, et dans laquelle le tumulte ne semblait pas s'arrêter. Il allait même en grandissant, comme s'il s'y déroulait une émeute. Wendy profita du passage du rai de lumière fourni par le vigile pour lui désigner quelque chose.

- C'est marrant, les écrans digitaux ont l'air de toujours fonctionner. Ils pourraient remettre la lumière si c'est pas une coupure. Peut-être un truc prévu par l'artiste ? Ce serait bien le premier truc original.


Désormais tournée dans la bonne direction, Savannah put voir que deux écrans destinés à informer les visiteurs sur l'organisation de l'exposition étaient toujours allumés, et montraient le logo de la société gérant la salle ainsi que quelques sponsors. Mais l'image sombre n'offrait que peu de luminosité à la pièce - quelques personnes s'étaient cependant assises devant afin d'en profiter.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Jeu 12 Mai - 9:20

Visiblement, bouger son fauteuil ne lui posa aucun problème. Du moins, la blondinette rangea rapidement son téléphone après avoir fini un truc. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien y faire ? Envoyer des sms assez hot à son amant dans la salle ? Ecrire comme une kikoolol sur des réseaux sociaux ce qui se passait maintenant ? N'importe quoi, vraiment. Et puis elle récita une phrase. Avec "Destin". Rien que pour ça, la rouquine méprisa encore un peu plus sa confrère. Le destin ? C'était des foutaises ça. Le destin n'existait pas. Juste les hommes et leur connerie. C'était à cause de ça qu'elle était en fauteuil roulant. Il n'y avait aucun lien avec le destin là-dessus. Et même si c'était le cas, elle s'en ficherait éperdument. Si le "Destin" l'avait réduit à l'état d'handicapée à cause de son état de mutante, alors c'était un sacré con lui aussi. Et pas question de culbaliser sur ses pouvoirs. C'était la seule chose qui lui avait permise de s'accrocher quand elle n'avait plus rien. Et c'était pas à cause de ça que l'accident avait eu lieu. Pour elle, tout était relié à l'expression de son ex-copain qui conduisait. Sans ça, il n'y aurait rien eu, malgré son drôle de talent. Alors que quelqu'un comme Wendy se permette de râler sur l'exposition en parlant du fait que le destin y était intervenu, c'était franchement la chose la plus stupide qu'elle avait entendue cette semaine.

Encore stupide que c'était visiblement pour un "statut". Un réseau social donc. Pauvre petite Wendy.... Tellement seule chez elle qu'elle grattait des amis sur le web. Pas étonnant qu'elle s'intéresse à l'autre blondinet. N'importe qui lui aurait surement fait l'affaire, songea Savannah avec mesquinerie. Et puis elle s'en fichait. Elle était en face d'un couloir qui semblait donner sur une émeute. Ca semblait être bien mieux que la blondasse qu'elle devait écouter en ce moment.

"Bien sûr", acquiesca-t-elle. "Tu pourrais toujours en faire un papier dessus.... Je suis sure que quelque chose d'écris par un critique sur un tel évenement pourrait bien être vendeur".

Après tout, si elle se débrouillait bien, elle pouvait bien s'arranger avec la tournure des phrases pour rendre cette expérience ô combien intéressante.

"Peut-être même que tu aurais une promotion" ajouta-t-elle, avec un certain sourire. "Tu pourrais bien devenir reporter mais en attendant... Je vais t'apprendre trois choses", dit-elle, en levant trois doigts et en haussant un sourcil.

"Premièrement..." commenca-t-elle, baissant un doigt. "L'artiste voulait présenter son exposition dans l'American Airlines Arena. Il vise d'abord sur quelque chose de bien visible. Il ne compte pas sur ses clichés mais sur l'environnement."

"Deuxièmement", continua-t-elle, baissant un autre doigt. "En plus des écrans digitaux, je te rappelle que les volets électriques ont parfaitement fonctionnés juste après la coupure des lumières. Et troisièmement..." enchaina-t-elle, baissant son dernier doigt, "J'ai entendu dire qu'un des clichés présent dans une autre salle avait de nombreux potentiels acheteurs qui s'étaient manifestés."

Avec ce qu'il s'était passé, elle ne se souvenait que trop vaguement du couloir désigné par Cassidy. Ca pouvait être celui-là après tout. Et puis ca pouvait aussi expliquer l'émeute et tout ça. Un acheteur trop virulent... Un peu surprenant, mais si c'était vrai, ca pourrait bien devenir le potin numero un de la semaine. Ou une pub incroyable pour l'artiste. Au choix.

"Maintenant... madame la reporter, la question est : que se passe-t-il dans cette salle ?" fit-elle, indiquant précisement l'issue que les vigiles avaient empruntés. "Si tu veux écrire cette anedocte, autant aller voir. Tu n'es pas d'accord ?"

Et là, si Wendy ne disait pas que oui en poussant le fauteuil de Savannah, la rouquine n'aurait plus qu'à changer de tactique pour aller voir là-bas. Elle avait effectivement pensé à rester ici d'abord. Mais pour l'instant, il n'y avait rien. Et plus elle réfléchissait à cette histoire, plus elle se sentait un brin curieuse. Surtout que mince quoi, elle était prise au piège elle aussi. Ils étaient tous enfermés ici, sans la moindre issue. Que ce soit la porte ou les fenêtres, ils devaient demeurer ici. Autant comprendre de quoi il en retournait. Mais pour autant, elle n'avait pas envie de se ramener toute seule dans cette autre salle. Elle préférait passer pour une faible. La provocatrice, elle le ferait une autre fois. Elle n'était pas en mesure de le faire dans de telles conditions. Parce qu'évidemment, si elle devait par hasard se servir de ses pouvoirs, elle ne tenait pas du tout à ce qu'on fasse le lien avec elle. Ainsi, ca l'arrangerait beaucoup que la blondasse la pousse et vienne aussi. En plus, elle trouvait qu'elle s'était bien débrouillée là tout de même. Elle en avait dis assez pour attiser sa curiosité... du moins l'espérait-elle. Même si elle méprisait encore plus Wendy, qui semblait ne pas vouloir écrire de papier sur l'exposition. C'était pourtant leur travail : dire aux lecteurs ce qu'il en était. Leur permettre de ne pas faire de mauvais choix. Mettre une anedocte à la place, c'était du n'importe quoi. Enfin bon. Tant que ca pouvait lui permettre d'aller voir l'autre salle, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Sam 14 Mai - 17:58



Wendy et toi êtes sur le point noir marqué "Sa."
Cassidy s'était dirigée en direction de la salle bleu marine à l'Est.
Le bruit semble venir de la salle rouge au Nord.


- Roh nan...tu veux dire qu'il y'aurait un braquage en cours ? Elle devient de plus en plus intéressante cette expo !


Wendy n'eut pas besoin d'être motivée pour diriger le fauteuil de Savannah en direction de la salle au Nord d'où semblait provenir le vacarme. La voie était dégagée, les visiteurs du grand hall d'entrée s'étant rassemblés sur les bords de la pièce.

- Il voulait qu'elle ait de la visibilité, elle va en avoir dans les journaux. Il en a de la chance, l'artiste. Si ça se trouve, ça va devenir la Joconde du XXIème siècle
, poursuivit-elle en ralentissant alors qu'elles parvenaient aux abords de leur destination.

A l'intérieur, Savannah pouvait voir la lumière des lampes de poche des vigiles bouger beaucoup plus frénétiquement que dans le hall. Ils étaient a priorideux, et tentaient de hausser la voix pour intimer à tout le monde de se taire. Plusieurs personnes conversaient de façon animée avec eux, et des mots revenaient régulièrement : "sécurité", "honte", "dangereux" et "sortir" essentiellement. Des enfants pleuraient, et une mère se plaignait de la présence de son fils dans la salle voisine dont un des vigiles bloquait volontairement l'accès.

Dos à lui, un autre gardien faisait de même dans l'autre sens. La pièce à l'Est était confinée, même si les mêmes scènes de protestation semblaient s'y dérouler. Des traits de lumière plus fréquents semblaient la balayer, comme si un nombre encore plus important de responsables de la sécurité s'y trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Dim 15 Mai - 15:38

Apparement, elle avait fait mouche du premier coup. Ouf. Tant mieux. Voilà que la blonde se mettait à jacasser sur un braquage. Tu parles. C'était pas une banque non plus. Y avait moyen de faire ça quand l'expo était fermé, faut pas déconner non plus. Elle était persuadée que ça ne pouvait pas être ça. Et à ses yeux, non, cela ne rendait pas plus intéressant cette expo. Ca mettait du piment dans cette soirée, oui, par contre. Mais il fallait avouer que c'était du piment de mauvaise qualité. Elle commencait à être agacée de ce manque d'action. Et ben alors messieurs ? pensa-t-elle, balayant la salle du regard. Pfeuh. Ca avait du cran pour couper les lumières, mais pour se montrer, plus rien. N'importe quoi. Elle attendait pourtant avec impatiente. Même si cela risquerait d'être dangereux pour sa pomme. Elle avait beau avoir survécu à un camion qui lui était pratiquement rentré dedans, elle aurait sans doute plus de difficulté si un braqueur lui pointait une arme vers la tête. Et ce, même avec son pouvoir. Elle ne pourrait pas spécialement lui coller un bon de coup de pied dans l'entrejambe et partir en courant, notamment. Maudit soit son dernier petit ami. Si l'enfer existait, elle espérait toujours qu'il puisse y crâmer jusqu'à la fin des temps.

Et puis elle se reprit. C'était pas le moment de penser à ça. Wendy était justement en train de pousser son fauteuil vers la salle encore animé. Elle aimait bien se faire pousser. Ce n'était pas fatiguant. Elle n'avait rien à faire. Enfin, ca dépendait des cas, songea-t-elle, se crispant un peu de nouveau. Si quelqu'un en profitait pour la pousser de force dans un autre endroit, il était clair et net qu'elle n'aimerait guère cela. Enfin bon. Elles arrivaient dans la fameuse salle, et perdue dans ses réflexions, la rouquine n'écouta pas un seul mot du bavardage de Wendy. Elle ne sortit de ses pensées que pour établir rapidement un état des lieux. Bon, il semblait n'y avoir que deux vigiles, qui avaient des lampes de poches. Du moins, leurs faisceaux bougeaient régulièrement. Ils étaient d'ailleurs en train d'hausser la voix pour calmer les personnes présentes. Celles-ci ne semblant guère apprécier les façons de faire des fameux vigiles. L'une d'elle se plaignait même de ne pouvoir rejoindre son enfant. Ca, à la limite, elle s'en fichait absolument. Elle le reverrait son môme, c'était pas la mort non plus.

De l'autre côté, le second vigile. Et il bloquait l'accès d'une salle qui semblait contenir un peu plus d'agents de sécurité. Voyons voir.... Que faire à présent ? Elle se remua les méninges, cherchant désespérement ce qu'elle pourrait faire. Elle n'avait pas très envie de rester ici, inactive. Elle s'ennuierait de suite. Et puis c'était trop frustrant. La frustration, elle connaissait très bien : ca l'était déjà bien assez d'être bloquée depuis des années sur un fauteuil roulant. Hors de questions donc, qu'elle n'essaye pas d'aller voir ailleurs. Et elle avait bien envie d'aller à la salle qui se situait à l'est, finalement. Sauf que l'accès était bloqué. Et pas moyen de parler avec eux, probablement. Si une mère ne pouvait pas avoir son nain avec elle, elle ne pourrait pas essayer de baratiner bêtement l'un des vigiles. Ils devaient être totalement indifférent à ce qu'ils pouvaient bien entendre. Son regard se porta alors sur les clichés. Et si quelque chose se produisait ? Une bagarre ? De drôles d'événements ? Peut-être bien qu'ils bougeraient de leur place... Elle choisit donc de se concentrer principalement sur Wendy, jetant un regard en biais à ses pieds. Il fallait absolument qu'elle parvienne à faire la blonde. Mais pas n'importe comment : directement sur un enfant. Si elle pouvait réussir ça de nouveau... Avec de la chance, vu le stress occasionné par l'absence soudaine et brutale des lumières, il pourrait peut-être y avoir une bagarre entre une mère et Wendy. Ce qui avait des chances d'attirer provisoirement les vigiles qui essayeront peut-être de calmer ce petit monde. Elle n'était sure de rien à vrai dire.... Mais elle pouvait toujours tenter à défaut de mieux.

Dès que le moment lui paraitrait opportun, elle n'hésiterait donc pas à donner de la consistance à l'ombre aux pieds de Wendy afin de la faire trébucher sur un jeune enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Dim 15 Mai - 16:01

Savannah put repérer une cible intéressante : une petite fille sagement debout aux côtés de sa mère, et qui se tenait juste à droite de l'entrée de la salle, à un mètre cinquante à peine du vigile gardant le passage vers la salle voisine. Elle semblait d'ailleurs bien plus calme que sa mère qui ne cessait de jeter des regards anxieux ou énervés à droite et à gauche.

L'usage du pouvoir fit trébucher Wendy avec succès : la blonde s'affala de tout son poids sur la gamine qui se mit à crier, bien moins fort cependant que sa mère qui commença à l'invectiver. Ce que n'avait pas prévu la mutante, c'était la poussée réflexe de sa collègue qui en tombant l'envoya rouler directement dans le mur juste à la droite du vigile. Les repose-pieds reçurent l'essentiel du choc.

Cela aurait pu attirer l'attention du gardien s'il n'avait pas les yeux rivés sur Wendy et la mère de sa victime qui l'invectivait, la traitant d'idiote et de dégénérée en hurlant. Ce à quoi la blonde répondit sur un ton tout aussi sanguin, précisant que si elle avait pu blesser une telle abrutie, sa maladresse était bienvenue.

Le vigile tapa sur l'épaule du collègue contre lequel il s'adossait, et d'un accord silencieux ils se résolurent à aller séparer les deux femmes. Ils ne prêtèrent pas attention à la jeune handicapée en fauteuil, qui devait de toute façon être bien inoffensive, lui laissant de ce fait la voie libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Dim 15 Mai - 17:01

Rapidement, elle repera une petite fille. Parfait. C'était exactement ce dont elle avait besoin. Quoique n'importe quel autre enfant aura fait l'affaire. Wendy n'était pas un mammouth non plus, il y en aurait plus de peur que de mal. Et qu'est-ce qu'un bleu ou une bosse ? Franchement, aucune importance. Surtout si c'était pour les autres. Elle n'hésita donc pas une seconde à se servir de son pouvoir pour faire tomber la blonde sur la môme. Et ça ne loupa pas : sa collègue tomba de tout son long sur la gosse qui n'avait malheureusement rien demandé à personne et surtout pas à Savannah. Comme prévu. Ce qui n'était pas prévu, c'était "l'onde de choc", qui la propulsa contre le mur. Elle regarda anxieuse vite fait l'état de son fauteuil et espèra qu'il n'était pas cassé. Difficile de dire par exemple si les reposes pieds étaient cassés. De toute manière, la mère qui était pas loin, se mit à insulter avec rage Wendy. Parfait, parfait.... Et elle eut du bol : la blondinette se défendit alors aussi férocement, l'injectivant avec autant de force et de hargne. Il n'en fallait pas plus pour attirer l'attention des gardes.

Ceux-ci se décidèrent donc à aller séparer ce qui était devenue un combat de furies. Enfin, elles n'en étaient qu'à l'échauffement pour l'instant. Et se marra intérieurement des paroles de Wendy. Finalement, peut-être que c'était une humaine pas trop mal et presque digne d'intérêt. Peut-être. Mais pour l'heure, la voie était libre et elle profita donc pour glisser son fauteuil dans la salle voisine, jetant immédiatement un coup d'oeil aux alentours de la pièce. Elle cherchait surtout à voir si elle y verrait un cliché plus exceptionnel que les autres, mais aussi des visages qu'elle reconnaitrait. Ou un fait intéressant. Quelque chose qui lui permette de ne pas s'ennuyer ou de lui en apprendre plus.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Dim 15 Mai - 20:03

L'altercation ne fut pas immédiatement interrompue, car d'autres esprits échauffés s'étaient interposés pour empêcher ce qu'ils nommaient un abus de pouvoir de la part des vigiles. Ceux-ci tentaient malgré tout de séparer les deux femmes qui en étaient venues aux mains et commençaient à rouler au sol sous les cris de détresse de la petite fille qui ne supportait pas de voir sa mère dans cet état.

Savannah put donc observer à sa guise la salle dans laquelle elle se trouvait désormais. Elle était exactement de la même taille que sa voisine, et comportait une quinzaine de clichés de taille variable allant de l'A4 à l'A1, et toujours pris selon le même principe.

Cependant, un des faisceaux lumineux était fixé sur une photo en particulier qu'il était donc plus simple d'observer. De là où elle était, la critique ne pouvait voir les détails, mais l'éclairage et la composition d'image semblaient infiniment supérieurs à celles de la majorité des autres images. De plus, les rues en contrebas étaient pleines de monde alors que les autres vues montraient généralement des lignes de voitures, ou le vide. Ce n'était pas un cliché légendaire, mais il était de très bonne qualité. Surtout à côté de ses voisins.

Les visages dans la pièce étaient inconnus de Savannah : ni Cassidy, ni Charles, ni l'artiste ne se trouvaient sur place. Les vigiles parcouraient inlassablement la salle, comme s'ils s'attendaient à voir quelque chose survenir. Les visiteurs présents étaient eux calmés par le nombre élevé de responsables de la sécurité, et s'étaient pour la plupart assis contre les murs. La mutante put ainsi voir une famille nombreuse - père, mère, quadruplés - ainsi que deux autres couples avec moitié moins d'enfants, un trio de jeunes hommes à l'allure négligée d'étudiants en art, deux femmes âgées qui parlaient à voix basse, un homme en costume trois pièces qui regardait sa montre sans pourtant donner l'impression d'être nerveux, un couple plus jeune qui profitait un peu de l'obscurité, et quatre hommes ou femmes seuls ici et là regardant leur téléphone pour passer le temps. Toutes les issues de la pièce, à l'exception de celle que venait de franchir Savannah, étaient bouchées par un gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mar 17 Mai - 16:36

D'abord, elle examina les clichés présents sur les murs. Et jackpot ! L'un d'entre eux semblait être effectivement celui qu'elle cherchait. En tout cas, il avait été mis en valeur par un faisceau lumineux. De là où elle était, il lui sembla qu'effectivement, sa qualité était nettement plus réussie que les autres photographies. Et puis différente. Elle fit la moue. Quel dommage que ce soit la seule photo potable ! Toutes les autres auraient dû bénéficier du même genre de travail selon elle. Enfin, elle l'avait vu, c'était ce qui comptait. Si elle sortait de là tôt ou tard - et elle en avait bien l'intention - elle pourrait au moins le mentionner dans son article. Rester à savoir qui était présent dans la pièce. Rapidement, elle constata, déçue, qu'il n'y avait personne qu'elle ne connaissait. Même pas l'artiste ou Cassidy. En revanche, les vigiles semblaient plus nerveux que dans les deux salles précédentes qu'elle venait de traverser. Il y avait donc quelque chose ici. Et elle se demanda si c'était vraiment parce qu'il y avait ce cliché plus travaillé que les autres. Un vigile doit pas mal se moquer de ce genre d'oeuvres, non ? A moins qu'ils n'aient reçus quelques ordres leur conseillant de rester vigilant par ici ? Non, c'était ridicule, se reprit Savannah. Ce n'était pas la Joconde ce cliché, non plus. Il n'était pas vendu non plus. Sa valeur n'avait pas encore été estimé. Donc impossible qu'il y ait ce genre de choses autour de ce qui était pour l'instant une simple photographie.

Elle regarda plus attentivement les personnes présentes. Mouais. Rien de très follichon. Couples, étudiants, enfants... Et l'issue était encore bloqué par un gardien. Bon. Elle n'avait plus de Wendy à faire tomber sur un gosse, et puis ça aurait l'air étrange si deux bagarres avec des similitudes pareilles éclataient dans deux salles qui était côte à côte. Non, elle avait éventuellement d'autres idées. Mais avant ça, elle choisit de faire quelque chose qu'elle n'avait pas encore tenté. Se mettant en travers du chemin d'un des vigiles, elle fit l'apeurée, et lui demanda :

"Qu'est-ce qui se passe monsieur le vigile ? Pourquoi les lumières sont éteintes ?"

Pas sur qu'il le lui dise. Mais il fallait bien tenter après tout. Des fois qu'il lui dise un truc même minime qui pourrait s'avérer intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Le Gardien
Conteur
avatar

Messages : 2451

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Pourriture d'MJ sadique
Nota Bene:

MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mer 18 Mai - 0:19

Le vigile sursauta en voyant Savannah sur son chemin. Il s'agissait d'un homme noir d'une cinquantaine d'années, aux cheveux blancs et aux larges épaules malgré sa taille moyenne. Son visage s'adoucit en observant le fauteuil roulant, et il lui répondit même avec un petit sourire, à voix basse pour ne pas être entendu par tout le monde.

- On ne sait pas, pas de contact avec la salle de contrôle, on est en train de tenter de les joindre. Vous devriez vous mettre sur le côté, mademoiselle,
ajouta-t-il en lui désignant de sa lampe un espace libre près du mur, avant de remarquer les fougueux câlins du couple. Euh...ici, plutôt - il désignait un coin à côté d'une femme seule qui avait rangé son téléphone et semblait dormir. Vous avez besoin d'aide ?

L'un de ses collègues l'interpella, interrompant sa ronde.

- Ray, dis à la jeune femme de s'écarter, les chefs sont sur les dents. Apparemment ils ont un problème pour entrer, les disjoncteurs sont pas près d'être accessibles.


Ledit Ray se gratta le crâne.

- Quelle histoire...si vous voulez, je peux faire une exception et vous reconduire vers la sortie. Peut-être que le temps d'arriver le problème sera résolu.

- Tu devrais plutôt faire exception pour la marmaille, là.
Le second vigile s'était rapproché : il était rond et tonique, et parlait avec un fort accent de Boston. Il désignait du doigt la famille très nombreuse. Autant de gosses, ils vont craquer. La jeune fille me paraît moins... en difficulté.

Effectivement, les parents des quadruplés passaient tout leur temps à tenter d'apaiser des enfants - ils avaient quatre ou cinq ans - de plus en plus angoissés par le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   Mer 18 Mai - 9:52

Apparemment, il avait eu l'air surpris de la voir débouler comme ça sur sa ronde. A croire qu'il le faisait justement de façon quasi-monotone. Elle se plut à penser qu'il s'emmerdait royalement et que lui aussi voulait un peu d'action. Mais il devait plutôt avoir envie de rentrer chez lui, mettre les pieds sous la table pendant que ses marmots dormiraient sagement et que sa bonne femme lui apporterait la soupe. Et puis il sembla s'adoucir devant la vue de son fauteuil roulant. Ca ne l'étonna guère : ce n'était absolument pas la première fois qu'on compatissait à son triste sort. Mais quelle importance ? Ca la faisait rire plus qu'autre chose. La dignité ? Elle en avait, mais autrement. Aux yeux des autres, elle était hypocrite. A ses yeux, l'hypocrisie venait des humains. Les non-mutants. Alors elle minauda, accentua son air fragile et effaré, et l'écouta sagement lui répondre à voix basse. Comme une confidence. Ca lui plaisait bien ça.

Donc le soucis venait de la salle de contrôle et ils étaient injoignable. Mais ils tentaient seulement de les joindre ? Pas de les rejoindre justement ? Et les pieds, c'étaient fait pour quoi ? Quel bande de ploucs, songea-t-elle, partagé entre haine et rage. Et bien quoi ? Ca avait des pieds mais ca ne savait pas s'en servir ? Et dire qu'elle se bougeait surement plus le postérieur que ces vigiles à la noix alors qu'elle n'était qu'en fauteuil. Faut toujours faire soi-même. C'est pas vrai ça quoi. Merde à la fin. Et puis il essaya de lui trouver un coin où aller. Ah ouais. Elle regarda avec dégoût le couple et sembla se résigner pour le coin à côté de la femme seule, dirigeant son fauteuil par là. Mais encore une fois, elle se retrouverait plutôt face à un mur, tournant encore le dos à ce qui pourrait être intéressant. C'était horriblement gênant. Fichtre quoi. Elle ne méritait pourtant pas d'aller au petit coin, elle avait été sage ce soir. Juste un verre de vin, c'était un record. D'habitude, elle en descendait au moins trois ou quatre.

Les vigiles eux, s'en fichait. Bon, elle s'était surement trompée sur leur compte... Puisqu'ils parlèrent de "problème pour rentrer". Mais c'était où la salle de contrôle ? Puisqu'elle n'avait pas encore bougé, elle en profita donc, pour demander innocemment au premier vigile :

"Mais elle est où la salle de contrôle ? Quelque part dans ce batiment...?"

Elle avait l'air à la fois curieuse et bête. Mais si c'était à l'intérieur, par quelque hasard miraculeux, elle ira elle-même sans hésitation. Elle commencait à être échauffée d'être "prisonnière" sans rien savoir. Mais pour l'instant, valait mieux ne pas se faire remarquer d'avantage. Aussi choisit-elle de se mettre au p'tit coin elle-même, avant de tapoter doucement l'épaule de la femme qui semblait endormie.

"Pardon... Vous pourriez m'aider à tourner mon fauteuil s'il vous plait ? C'est pas facile avec autant de monde...."

Et ensuite, il faudrait qu'elle trouve quelque chose. Elle ne supporterait pas d'attendre. Rester dans l'ombre, elle aimait ça. Mais attendre sans rien faire était insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre   

Revenir en haut Aller en bas
 
01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» 01.01/24.C.Dallas - 20 000 clichés sous verre
» Dallas/Edmonton
» Dallas' Stars
» Dallas Stars
» La Suisse 'coffre-fort' pour argent sale, un cliché dépassé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Héritage :: Terre 616 :: Amérique-
Sauter vers: