Jeu de rôle par forum dans un univers futuriste et alternatif des X-Men.
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Malo Le Pouhibec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malo Le Pouhibec

avatar

Messages : 1924
Taille : 1m52
Poids : 39 kg

Feuille de personnage
Réputation:
15/15  (15/15)
Connotation: Terreur des Préaux
Nota Bene:

MessageSujet: Malo Le Pouhibec   Jeu 30 Déc - 22:48

Fiche numéro XM-030

Nom : Le Pouhibec

Prénom : Malo

Nom de code : Pas encore de nom, le pouvoir vient d’être découvert mais va s’appeler « Breizh ».

Date de naissance : 14/12/2031

Âge : 13 ans (nous sommes en 2045)

Lieu de naissance : Brest (France)

Nationalité(s) : Française

Taille : 1m52

Poids : 42 kgs

Langues parlées : Français, Anglais

Pouvoir : Téléportation

Savoirs particuliers :
  • Modèles réduits
  • Joue de la bombarde (instrument de musique breton au son particulièrement discret et mélodieux)
  • Scoutisme

Sport(s) pratiqué(s) :
  • Voile
  • Hockey sur glace
  • Escalade

Description physique :

Pas très grand pour son âge, Malo est assez trapu, souple et dynamique. Chatain clair, il a les cheveux perpétuellement en bataille et ne fait aucun effort pour remettre de l’ordre dans sa chevelure. Son visage est assez harmonieux, ses yeux rieurs et ses taches de rousseurs lui valent un succès certain auprès de la partie féminine de sa classe, ce qui le gène quand même un peu.
Habillé souvent de façon très décontractée, Malo aime recouvrir ses cheveux d’une casquette posée à l’envers, au grand désespoir de ses parents. Néanmoins, pour la sauvegarde des apparences familiales, il sait aussi s’assagir et jouer au fils modèle, capable de supporter une cravate et un blazer pendant quelques heures.

Caractère :

Breton jusqu’au bout des ongles et fier de ses origines, voila ce qui pourrait facilement définir Malo. Il est, d’après son père, «aussi souple que le granit de nos falaises» et, d’après sa mère, déménage autant qu’un «orage observé depuis les remparts de la ville de son Saint Patron». Bref, il est plus facile de soutirer de l’argent à un agent du fisc que de faire changer d’avis le jeune Malo. Pourtant, il n’est pas forcément buté ni obstiné (quoique…) mais il a de la suite dans les idées.
Ce charmant trait de personnalité se double d’une extraordinaire vitalité. Toujours en mouvement, ne sachant pas marcher (il est si facile de courir), la vie aux côtés de Malo n’est pas forcément de tout repos. Si ce jeune garçon déménage, il entraine souvent les autres derrière lui et leurs éclats de rire résonnent souvent sur leur passage.
Heureusement que ce caractère s’adoucit souvent. Une générosité à toute épreuve, parfois un peu de naïveté enfantine viennent compléter ce tableau et le rende très attachant.
Il lui faut cependant se dépenser toujours. Il a découvert le hockey sur glace pour ses 5 ans et, depuis, il s’épanouit dans ce sport auquel son physique ne le prédisposait peut-être pas. Mais sa vitesse d’exécution, son adresse et sa détermination lui permettent de compenser son petit gabarit. L’été, il s’exprime pleinement à bord du dériveur de ses parents ou dans ses excursions, seul ou avec quelques camarades, où il allie marche en forêt et escalade des falaises alentours.

Historique :

Malo est né à Brest, à Brest même comme le disent les gens du coin, d’un père officier de marine et d’une mère «sans profession», troisième enfant d’une famille qui allait en compter cinq. Voyageant au grès des mutations du père, la famille Le Pouhibec s’est toujours sentie bien partout, s’intégrant facilement là où elle échouait, grâce à sa gentillesse naturelle et sa simplicité.
Né quelques jours avant Noël, le petit Malo n’est pas apparu comme le Messie mais presque, ravissant ses parents et ses deux ainés (Ronan, 4ans et Maylis, 2 ans). Par la suite, un petit Guillaume, puis une Anne-Gaëlle vinrent compléter la fratrie.
Malo garde peu de souvenirs du début de sa vie, il se contentait de suivre le mouvement, découvrant les nouveaux paysages avec l’émerveillement de ses yeux de bébé.

D’un séjour de trois ans aux Etats-Unis, Malo, alors âgé de cinq à huit ans, rapporta une passion pour le hockey sur glace et une parfaite maîtrise de la langue (soi-disant) anglaise.

Puis ce fut un retour sur Brest où la famille demeure depuis lors, base arrière recueillant le père entre deux affectations sur des bâtiments.
Malo fut inscrit chez les scouts. Louveteau d’abord, puis scout à ses douze ans, il apprit à se débrouiller dans la nature, à marcher sans rechigner, et à supporter, très peu quand même, la contradiction d’un camarade.
Les vacances d’été se passaient toujours chez les grands parents paternels, dans cette petite ferme près de la mer, à deux pas de la crique où Malo et ses frères et sœurs pouvaient se baigner et affronter l’océan sur le bateau familial. Parfois, dans la journée, le jeune Malo, accompagné des ses frères et de camarades de jeu, partait dans la lande, devenue pour l’occasion leur terrain de jeu. Les falaises proches leur permirent se tester leur souplesse et leur courage dans des escalades parfois un peu risquées.
Souvent des éclats de voix, parfois véhéments, rappelaient que Malo était de la partie. Mais ces colères ne duraient pas et se concluaient aussitôt par des éclats de rire, surtout lorsque Malo était conforté dans sa bonne (ou mauvaise) fois.

Ce fut peu après ses douze ans, avec l’arrivée de la puberté, que se manifestèrent les premiers signes de son pouvoir. Malo n’avait pas que des amis à son collège. Son caractère entier et parfois agressif lui valait parfois quelques inimitiés. Sa petite taille ne lui était pas d’un grand secours lorsque des «grands» lui cherchaient querelle. Il n’était donc pas rare que le jeune Malo rentre chez lui, les vêtements un peu déchirés et un œil un peu poché. Aux questions de ses parents, il répondait toujours que «c’était rien, il était tombé, et puis c’est tout…».
Un soir, alors qu’il rentrait en vélo chez lui, il tomba sur un petit groupe de ses « ennemis préférés ». Etant tombé de vélo, le genou en sang, Malo avait cherché à fuir. Il avait fini par se cacher dans un bosquet, espérant échapper à ses poursuivants. En les entendant approcher, pris de panique, Malo avait fermé les yeux. Un étrange vertige l’avait surpris, suivi d’une sensation de froid. Il ouvrit les yeux. A sa grande surprise, doublée d’un sentiment d’horreur bien compréhensible, il était dans le jardin de sa maison, mais entièrement nu, en train de se geler dans le froid de l’hiver. Portant rapidement les mains pour masquer aux insectes du jardin la vue d’une partie sensible de son anatomie, Malo poussa un petit cri vite étouffé. Il ne fallait pas qu’on le voit dans cette situation, difficilement explicable par ailleurs. Puis, il entreprit de rentrer chez lui, cherchant une porte ouverte et libre de toute présence. Ce ne fut qu’une fois en sécurité dans sa chambre, le verrou tiré, qu’il put souffler et essayer de comprendre tout en enfilant de nouveaux habits.
Le lendemain, retournant sur les lieux de l’incident, il trouva ses vêtements de la veille, posés à même le sol, la chemise encore sous le pull et le pull sous le blouson, les chaussettes dans les chaussures et le boxer dans le pantalon.
Au fil du temps, Malo commença à réaliser ce qu’il se passait. Quelques nouveaux « sauts » se réalisèrent de façon d’abord spontanée puis plus ou moins maîtrisée, mais toujours dans la maison. Heureusement, car si Malo arrivait à visualiser assez précisément sa destination, il ne réussissait toujours pas à faire voyager ses vêtements avec lui… Par chance également, il réussit à garder secret ce pouvoir, ne voulant le confier ni à sa familles, ni à ses proches.

Ce «léger» désagrément devait être réglé pour profiter pleinement des avantages offerts par ce don. Etant incapable de trouver le moyen de coller ses vêtements à sa peau lors de ses « sauts », il décida de ruser, positionnant des vêtements de rechange sur ses lieux de chutes souhaités. Le jeune Malo trouvait fort intéressant le fait de pouvoir se déplacer instantanément d’un endroit à l’autre et ainsi gagner du temps pour flemmarder au lit par exemple…
Ainsi donc, il avait placé des sacs contenant le nécessaire pour s’habiller dans des endroits discrets à proximité de l’école, de la patinoire et dans le jardin de son meilleur ami.



Nombre de points initiaux : 4


Dernière édition par Malo Le Pouhibec le Lun 17 Jan - 23:28, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://departement-cherub.forumgratuit.org/
 
Malo Le Pouhibec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» St Malo
» E malo nascitur omne malum [Damian Thompson]
» [Entraînement] Malo de Scylla VS Shinji du Phoenix
» Du côté de Saint Malo
» BELIEVE (malo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Héritage :: Règlement et Inscription :: Almanach-
Sauter vers: